Mardi 13 Août 2019 - Quand Princesse Lola éternue, tout le royaume s'enrhume

lu 35 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Lola est une gamine attachante. Elle est drôle, intelligente, vive, elle percute vite, s'exprime avec un vocabulaire riche et châtié. Mais c'est une enfant pourrie gâtée, une princesse qui a l'habitude qu'on soit à ses pieds, qu'on ne lui refuse rien ou presque, et elle ne comprend pas que tout le monde ne peut pas mener le même train de vie qu'elle.


Elle est fille unique et vit certes dans un foyer monoparental mais aux ressources conséquentes. Son père est chef d'entreprise, il a monté sa boîte il y a cinq ans et ça marche très bien, sa mère est directrice d'une agence bancaire, elle vit dans une superbe maison au bord de la mer, ne s'habille qu'avec des vêtements de marque, possède toujours le portable dernier cri et a autant d'argent de poche qu'elle le désire.

Si on ajoute à tout ça le fait que Suzon, sa grand-mère, est raide dingue de sa petite-fille et lui passe tous ses caprices, que ses grands-parents maternels la couvrent de cadeaux, on obtient une (adorable) petite emmerdeuse qui se prend pour le centre de l'univers et ne met aucun frein à ses désirs. Normal, ils sont toujours exaucés donc tout pour elle est devenu évidence et habitude.

Elle est constamment après Maeva, la traite de godiche, de petite souillon, et cet après-midi elle a dépassé les bornes en lui disant que ses parents étaient des cas soc'. Tant que ça reste gentillet, je n'interviens jamais dans les chamailleries de gamins, en général ça ne fait qu'envenimer les choses, mais cette fois j'ai demandé à Lola, que j'avais déjà prévenue à plusieurs reprises, d'aller s'excuser. Elle a surenchéri en disant que c'était vrai, qu'il n'y avait que des cas soc' pour refourguer leurs gosses à des inconnus pour les emmener en vacances parce qu'ils sont trop fainéants pour aller se chercher du boulot. J'étais sidérée!


Lola est née avec une cuillère en argent dans la bouche, mais ce n'est pas le cas de tous les enfants et Maeva fait partie de ceux qui sont moins favorisés. On n'a pas à juger, chacun fait ce qu'il peut, et on n'a surtout pas à s'en prendre à une petite fille qui n'est pas responsable de la situation de ses parents. Il faut mettre son orgueil de côté pour inscrire son enfant à un programme solidaire, je trouve que c'est courageux et que c'est une belle preuve d'amour.

Je sais pourquoi Lola a été aussi méchante, elle a été vexée, et frustrée, qu'on ne choisisse pas l'activité qu'elle désirait, elle supporte difficilement que les autres aient des envies et des opinions autres que les siennes. Lola voulait aller à la patinoire, mais les enfants votent, la majorité l'emporte, et aujourd'hui ils ont voulu aller à la journée organisée par l'office du tourisme : des jeux de foire avec chamboule-tout, croquet, pêche aux canards, bilboquet, incluant un goûter et une tombola. J'avoues que ce choix me convenait parfaitement : proximité, gratuité, accessibilité pour la puce.

Ce qui a encore plus agacé Lola, c'est que tout le monde s'est beaucoup amusé, surtout Maeva qui s'est éclatée comme une folle, pendant qu'elle ruminait sa mauvaise humeur toute seule dans son coin. Je suis certaine qu'elle avait envie de rejoindre ses potes, mais comme elle est fière et bornée, elle a campé sur ses positions et bien sûr elle a passé une très mauvaise journée.

Au moment de partir, elle me dit qu'elle avait très envie de pizza et me demande de passer en acheter. J'ai refusé en lui répondant que vu l'attitude qu'elle avait adoptée, je n'avais pas du tout envie de lui faire plaisir. Elle se plante devant moi et droite dans ses bottes me dit texto "c'est de ta faute aussi, ça ne serait jamais arrivé si tu n'étais pas aussi radin". Et d'ajouter "put---, c'est vraiment pas ma journée!".


Autant dire qu'une fois arrivés à la maison, elle a eu droit à un sérieux recadrage, parce que je n'ai accepté ni son comportement, ni ses propos. Je n'ai pas un salaire extensible, adaptable aux désirs de ces chères têtes blondes. Si le bonheur se résumait à posséder, ça se saurait, et on ne croiserait que des gens heureux. Elle est la preuve vivante que l'argent ne suffit pas. Je ne suis pas son père, je ne marche pas au chantage. Avec moi, ce n'est pas "je vais bien si tu fais comme je dis, et je vais mal si tu me contrarie", je ne fonctionne pas comme ça du tout. Elle a bien compris que je ne rigolais pas. Toute péteuse elle est allée présenter ses excuses aux garçons, puis à Maeva et lui a proposé de lui faire des tresses. Je préfère ça!


Tout à l'heure elle est venue me voir pour me demander si j'allais le dire à son père. Non, c'est entre elle et moi, même si je suis convaincue que Christophe devrait avoir une sérieuse conversation avec sa fille.

Elle m'a dit qu'elle était désolée, que ça lui avait fait tout drôle parce que c'est la première fois qu'elle me voyait en colère. Ben ouais, ça m'arrive parfois, quand on franchit la ligne rouge.
Pas facile à satisfaire tous ces gamins!
.

10
+1
Ils aiment cet écrit :
  • mon courrier
  • Elisa01
  • Carmin
  • Maryline_du_59
  • Lolita Véda
  • Hope88
  • Lucinde
  • Chocolove
  • Madu
  • Lhypobleu
Partager l'écrit