Mardi 21 Août 2018

lu 167 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Belle dans la poussière des rails
Laisse tomber l'éventail
Va où le vent te mène, va

Danse la, la vie qui t'aime
au rythme du monde qui va
Oublie les mots qui t'enchaînent
Va où le vent te mène, va

Belle dans la nuit claire des voiles
oublie le gouvernail,
Va où le vent te mène, va

Serre le bien fort dans tes bras
le premier qui te sourira
et bon vent si tu t'en vas
Va où le vent te mène,va

Tu te souviens de cette chanson Journal, elle fait partie du répertoire que j'écoutais quand j'étais ado, quand je n'étais pas encore la petite bourgeoise que je suis devenue, attachée à son confort, vivant dans la crainte de l'avenir et de perdre le peu qu'elle a. Je me suis perdue en route je crois. Elle me manque la sauvageonne qui se baignait nue dans la rivière, qui s'installait sous les noisetiers pour lire Kerhouac en fumant des vieux mégots, l'idéaliste qui voulait partir enseigner en Afrique, apprendre l'esperanto et dont le rêve le plus fou était de rencontrer dans sa vie au moins une personne de chaque pays du monde, la révoltée qui faisait signer des pétitions contre la vivisection et le massacre des baleines. J'ai perdu la foi, la foi en un monde meilleur, je n'ai plus de rebelles que mes pensées, j'ai fermé ma porte et, pire, j'ai fermé mon coeur.


Je ne sais pas ce que j'ai Journal. Je n'arrête pas de penser à ces 2 semaines de vacances et à ce qu'elles m'ont apporté. C'est comme si je me sentais à nouveau moi. La vraie moi, la personne que je suis vraiment. Ca me fait du bien je crois. Quoique je ne sais pas trop en fait.


Je pense beaucoup à ce jeune homme pas comme les autres, qui a tout plaqué pour vivre une autre vie. Une vie de nomade, sans attaches financières, qui l'enrichit pourtant de belles expériences et de belles rencontres. Un jour ici, l'autre là, un jour riche, l'autre moins, mais il s'en fiche, il est libre. Il a planté pour quelques temps sa tente chez Damien, il repartira il ne sait pas quand, sans doute quand l'horizon lui paraitra trop sombre et qu'il aura envie d'une autre lumière. Nous n'avons partagé que quelques petits déjeuners et repas du soir, mais en le regardant et en l'écoutant, une petite flamme s'est rallumée en moi, une petite étincelle de nostalgie est venu chatouiller le souvenir de la jeune fille que j'étais et qui s'est laissé bouffer par la vie.

On ne devrait jamais baisser les bras, on devrait toujours croire à ses rêves

2
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Evana 19
  • Hope_
Partager l'écrit