Lundi 12 Mars 2018

lu 284 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Vendredi après-midi, de retour des pistes de ski où ils ont trouvé de la neige en abondance, Christophe et Lola se sont arrétés chez nous avant de regagner, dimanche, leur Normandie natale. Ils ont ainsi pu faire la connaissance de notre petite fille, notre petit loir je devrais dire car la demoiselle passe ses journées dans les bras de morphée (et aussi dans les miens, et ceux de son papa). Belle de nuit, la coquine s'épanouit au crépuscule pour commencer l'entrainement intensif de ses cordes vocales. Cet enfant sera cantatrice, c'est certain!


Lola est enchantée de ses vacances. Elle a beaucoup skié, fait de super ballades en raquettes. L'hotel dans lequel ils sont descendus était équipé d'une piscine et d'un espace bien être, elle en a donc bien profité. Je l'ai trouvé en pleine forme, on dirait bien qu'elle a retrouvé le moral et la joie de vivre. Son père aussi avait bonne mine, même s'il a beaucoup travaillé pendant son séjour. Christophe est commercial, il peut bosser partout et profite toujours de tous ses déplacements pour agrandir son fichier client, tout en réservant du temps à sa fille. Lola a tenu à ramener un petit cadeau à Stella. Elle a choisi des stickers pour décorer sa chambre. Nous les avons collés sur le mur au-dessus de la commode, ça rend très bien. C'est discret, délicat, de jolies lettres et un petit ourson, c'est adorable.

Ce n'est pas la seule chose qu'ils ont ramené de leur séjour. Christophe a tenu à nous faire partager un plat qu'ils avaient particulièrement apprécié, une sorte de fondue vosgienne. Il a donc rapporté du jambon et du munster. Franchement Journal, il fouette ce fromage, même emballé dans du film plastique et enfermé dans des caisses en polystyrène. Ils ont roulé avec ça dans le coffre pendant plus de 3 heures, je tire mon chapeau à Lola. Elle n'en pouvait plus la pauvre gamine. Même Paquita, le dalmatien, empestait le fromage. Christophe lui n'a pas de nez, il n'a donc pas été indisposé. Pourtant ici, on est habitué aux fromages qui puent. On a quand même le maroilles, le vieux lille, et c'est déjà quelque chose, mais alors son clacos ... impressionnant! La prochaine fois que nous irons lui rendre visite, je lui amènerai une boulette d'avesnes bien faite, on verra bien si ça le fera autant marrer que son munster fermier.


Quelques heures plus tard, c'est la famille de Clément au grand complet qui est arrivée. Robin était impatient de voir sa petite soeur. Damien son oncle a proposé de faire un aller retour sur le week-end, et a fait la route avec Nelly et son compagnon qui a ainsi pu le relayer au volant. Serait-ce un début de réconciliation entre la mère et le fils? J'aimerai bien. Robin était tout impressionné, mais il est vite tombé sous le charme. Samedi, il a même demandé s'il pouvait donner le biberon. En voyant mon bébé passer de bras en bras, en voyant ces sourires attendris, ces visages détendus, heureux, j'ai ressenti une immense fierté. Je me suis dit, sans doute avec vanité, que j'y étais peut-être un peu pour quelque chose.

3
+1
Ils aiment cet écrit :
  • october
  • Scy
  • etoiledesneiges
Partager l'écrit