J'avais la rage.

lu 34 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

La journée à commencé dans une frustration que je n'ai pas pu contenir.. J'ai dormi longtemps, 10 heures je pense.. À mon réveil, j'ai eu l'idée un peu stupide d'appeler un propriétaire d'appartement et de lui demander s'il acceptait les gens qui ont des dossiers criminels.. Il a dit ça dépent de quel genre.. Je me suis dit que je le disais, sans émotion dans la voix, ou en essayant de demander sa pitié, parce que je savais trop bien qu'il refuserait.. Il a dit ''Malheureusement non'' puis j'ai raccroché sans dire un mot.. Il a pas le droit de faire ça et il aurait pus me demander ça fait combien de temps et si j'ai eu d'autres accusations.. Ça m'a plongé dans une rage, comme si j'allais exploser.. Ça me rappelait trop, de l'avoir dit et qu'il aie refusé aussi vite, pourquoi je suis presque un itinérant sans toit à moi.. J'ai une voiture, et c'est elle ma maison à moi.. Je dois m'accrocher à ce que j'ai, y penser tout le temps, jamais baisser les bras comme ce matin.. Je me disais que j'haissais tout le monde qui me juge, et je ne m'était jamais senti aussi méchant de toute ma vie.. J'ai noté le numéro de l'homme, et j'ai rappelé 15 minutes après, et j'ai raccroché sans parler, pour qu'il comprenne ce qu'il m'a fait et que je vais le rappeler, comme ça, pour l'énerver, parce que c'est un proprio de merde qui pense que je devrais aller dormir sous un pont parce que j'ai fait une connerie il y a 13 ans.. Si il y avait un bouton, devant moi, pour que ce gars meurt dans la souffrance, j'aimerais ce bouton, peut-être un peu moins que ma mère, mais plus que ma soeur.. Bon, l'erreur de la journée a été de prendre la route, après cet appelle, et avant d'avoir fumé.. J'avais un join que j'avais roulé avant de me coucher, et je m'étais endormi avant de fumer, mais je sais pas pourquoi je l'ai pas fumé avant de partir, je pense que j'étais trop frustré, et je me disais que j'avais juste à l'allumer en chemin, mais j'avais mal diagnostiqué la crise que je faisais au plus profond de moi.. C'est comme un réveille brutal chaque fois que je réalise que je n'aurai jamais ce que je veux à cause du dossier, une rage qui me fait totalement oublier les conséquences de mes actes, une rage qui me donne envie de foutre en l'air tout ce que j'ai réussi à bâtir puisqu'il n'y pas d'espoir, pas d'issus possible.. J'avais des idées tellement noir.. Ça a duré environ 7 minutes, entre le temps où j'ai démarré, et où j'ai allumé mon join.. Mais j'ai jamais conduit aussi agressivement de ma vie.. Ça allait trop vite, ça tournait trop vite dans ma tête, je voulais juste pleurer puis arracher mon volant, je le serrais de toute mes forces, en criant et tout.. Après, je pensais que la police me cherchait tellement j'avais été agressif.. Mais bon, pour moi c'était agressif, mais en fait je pense que j'étais plutôt dans la moyenne, je vois surement ça pire, mais c'était vraiment sans aucune forme de courtoisie, pendant 7 minutes.. Même en fumant j'étais frustré encore, il en fallait plus, il fallait que je me parle, que je me calme, que je respire, que je me souvienne de ce qu'il me reste.. J'allais tourner à droite, j'avais mon clignotant, et c'était la fin de ma crise, mais pas fini.. J'ai pris une puf de mon join et en même temps j'ai vu qu'un policier était devant moi.. Un peu loin pour voir s'il m'avait vu.. J'ai hésité.. Je me suis demandé si je continuais à fumer, étant donné que j'en avais plus rien à foutre de ma vie, ou si je devais l'éteindre.. J'ai choisi de l'éteindre, et en faisant ça, c'était comme si j'avais choisi la vie, choisi l'espoir qu'il me restait, choisi de ne pas me laisser abattre maintenant, choisi de continuer, comme Marc m'a dit de faire avant de mourir, choisi de trouver un peu de force en moi pour affronter ce moment.. La lumière est en devenu verte, j'ai enlevé mon clignotant pour continuer dans la direction que le policier ne pouvait pas aller, puis j'ai foncé vers la vie.. C'est 2 minutes plus tard que je me suis mis à me parler à voix haute, en conduisant, comme un père parlerait à son fils.. ''Qu'est ce qui va pas dans ta tête à matin? T'es pas heureux? Gros con, tu va tout gâcher maintenant? T'es jeune, t'as la santé, t'as une mère et un père vivant, qui t'aiment, t'as un travail que t'aime, une voiture.. Qu'est ce que tu veut encore? Ta va fermer ta gueule t'as compris.. Et en plus tu va me conduire cette putain de bagnole comme une saloperie de tesla pour le reste de la journée''.. Ça ressemblait beaucoup à ça.. C'est juste moi qui a le droit de me parler comme ça.. J'ai écouté mon papa intérieur.. Je n'ai plus ressenti de frustration pour la journée, qui est devenu plutôt agréable.. Je conduisais calmement, zen et tout, tellement que ça me faisait peur que je puisse passer aussi rapidement, du noir au blanc.. Je me demandais si j'étais pas bipolaire ou quelque chose du genre, et que j'avais besoin de cannabis comme médicament pour traiter ma bipolarité.. La vérité est que je suis mort il y a 13 ans et 4 jours.. Socialement et légalement, je suis déjà six pieds sous terre, et c'est juste en fumant un peu que je suis capable de l'accepter.. D'accepter qu'il ne vont rien me laisser accomplir de beau dans ma vie, qu'ils n'auront pas un gros effort à faire pour briser les rêves que j'avais, qu'ils vont me forcer à l'isolement, la solitude, qu'ils vont essayer de faire de moi un vrai monstre par tout les moyens légales, qu'ils vont m'humilier chaque fois que ça sera possible, qu'ils sont satisfait de savoir que je suis dans la merde.. Sans fumer, je n'accepterai jamais autant de méchanceté..

La femme de l’appartement à qui j'ai donné le 50$ de dépôt avait dit qu'elle me rappelait mardi pour me dire si c'est accepté ou refusé et elle ne m'a pas appelé.. Je me suis même dit qu'elle essayait de garder mon argent après avoir vu mon dossier.. Je vais l'appeler demain et aller la voir.. Je suis sur que c'est refusé..

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Maryline_du_59
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !