01/05/2019 - 01 - Beaucoup de choses.

lu 79 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Cher Karstolgronhaal,

Cela fait deux semaines que je ne t'ai rien écrit. Deux longues semaines où il s'est passé beaucoup de choses. Déjà j'étais vraiment mal dans ma peau. Entre toutes les tuiles que je m'étais prises et quelques mots peu délicats, je n'avais vraiment plus envie d'écrire. Tu sais que je suis assez susceptible quand on me reprends sur ce que je t'écris, alors quand ça fait un petit moment que les écris ne sont plus à jour, c'est encore pire. Il y a des mots blessants et des expressions blessantes, du chantage affectif etc... Mais je ne t'apprends rien. Tu le sais tout aussi bien que moi. Du coup ça ne m'a pas donné envie d'écrire. J'ai décidé de tout garder pour moi au lieu de le coucher sur tes blanches pages, et je l'ai payé cher. Je me suis beaucoup fragilisé et tu sais, ce n'est pas anodin que je le dises. Ces dernières semaines ont été difficiles.

Sur les 7 derniers jours j'ai commencé mon boulot dans la dératisation. C'est un boulot assez sympa, même si j'ai toujours peur de ne pas faire l'affaire. J'ai peur de ne pas réussir à être un bon technicien... C'est toujours la peur que j'ai, ne pas être assez bien. J'ai besoin de ce boulot pour au moins quelques mois. J'ai besoin de travailler, de pouvoir voir des clients, de pouvoir faire en sorte que ma vie soit peut être plus intéressante. Je me noie dans le boulot pour éviter de penser à mes soucis, comme souvent d'ailleurs. C'est toujours ainsi en fait, je me noie dans mon boulot pour continuer à vivre à peu près normalement. J'ai peur de ne pas arriver à travailler convenablement à cause de mes problèmes en fait. Mes problèmes d'argent sont toujours horriblement dur à résoudre. Je ne sais plus si j'ai vraiment les épaules pour gérer tout ça. J'essaie de m'en donner l'illusion en tout cas.

J'ai toujours eu peur de ne pas être aimé. Tu sais que j'ai longtemps été seul, que je me suis retrouvé régulièrement à me battre contre la solitude par le passé, voir les autres heureux à plusieurs et moi malheureux tout seul dans mon coin. J'ai peur de la solitude maintenant. Je l'avoue que ça me terrifie. Je suis épuisé d'être terrifié. Je crois que j'ai besoin de moments de douceur. De ces moments où rien n'a d'importance, où tout flotte naturellement, ou tout va bien. Je n'ai pas eu de moment comme ça depuis... Trop longtemps. Impossible de me souvenir à quand remonte mon dernier moment de douceur. Je crois que je me stress pour peu de choses. Mais c'est ce peu de choses dont j'ai besoin. Le reste m'importe peu en vérité. Je n'ai pas besoin d'une belle maison, je n'ai pas besoin d'une belle voiture, je n'ai pas besoin des dernières technologies, je n'ai pas besoin d'avoir beaucoup d'amis...

J'ai besoin de douceur, de tendresse, de moments de flottements, d'attention... C'est ça... J'ai besoin d'attention... Pas d'être au centre de l'attention, mais juste d'attention. J'ai besoin de ressentir une présence. Je me sens si seul parfois que j'en viens à pleurer sans aucune raison. Je le cache derrière la fatigue et la pression, mais en vérité... Je pleure par un manque de présence. Hier on m'a demandé quel était ma personnalité. Et je n'ai jamais su la définir par moi même. Cependant il y a des mots qui reviennent souvent et qu'Emilie avait très justement trouvé. Avenant, doux, aimant, attentionné, présent, diplomate et bon public... Voilà les constantes dans ma personnalité. Je l'ai toujours été. Je crois que c'est cette personnalité qui fait que je crois toujours au grand Amour, que j'ai toujours de l'espoir... Mais c'est aussi à cause de cette personnalité que je me retrouve à être aussi fragilisé... Je me croyais fort et solide, mais aujourd'hui, je ne suis plus que de la poussière.

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • IraSuperbia
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !