15/12/2018 - 02 - J'ai retenu la leçon...

lu 104 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Tu te demandes sûrement pourquoi je ne te salue pas journal, et aussi pourquoi je prends cette police d'écriture... C'est tout simplement car cet écrit va être long, et qu'il n'est pas une confession mais bien une synthèse. Une synthèse qui vas vers une seule et unique conclusion. Il va falloir que je te mettes au parfum sur pas mal de choses car depuis deux semaines en fait je fais tout pour faire ce qu'il me semblait juste pour une personne. Je ne te donnerais aucun détail sur ce qu'il s'est passé, mais je vais en faire une conclusion générale et je vais me faire une promesse aussi. Car j'en ai plus qu'assez que l'on me prenne pour ce que je ne suis pas. Je suis un dragon, un dragon de métal, l'un des plus sensible de tout les dragons. J'ai une sensibilité énorme qui me permet d'aider mon prochain. Sauf que cette sensibilité est aussi mon point faible.

Oui je suis sensible. Cette sensibilité me permet d'aider ceux qui touchent cette sensibilité en me demandant de l'aide. Enfin me permettait... Car aujourd'hui je refuserai d'aider ceux qui me demandent de l'aide si je ne les connais pas en profondeur. Je ne me laisserai plus amadoué par la détresse. A chaque fois je me retrouve blessé, meurtri, peiné, car j'ai voulu aider. Chacun sa faille comme on dit. Aujourd'hui j'ai compris que dans ce monde il ne fallait avoir de pitié pour personne... Ni ceux qui te demandent de l'aide directement, ni ceux qui la demande sans oser la demander. J'ai osé ouvrir mon cœur trop de fois qui n'ont pourtant pas été si nombreuses. Je ne le ferais plus qu'à ceux qui ont conquis ma confiance au prix de longs mois ou de longues années. J'ai bien compris que les êtres sensibles avaient tendance à être plus blessé par les coups et les mots, surtout quand ils sont attendris.

J'en ai pris tellement plein la tête... Tu ne peux pas imaginer à quel point je me suis retrouvé blessé. Non, tu ne peux pas car tu t'en fiches... Toi qui a osé me décrire comme un égoïste. Moi qui t'ai ouvert mon cœur sans concession, sans demander quelque chose en retour, sans mettre de condition à mon amour. Je dis amour au sens large, car je t'ai aimé comme j'aime n'importe qui sur terre, je t'ai aimé comme chaque individu qui est là dans ma vie. Mais tu as choisis de tout détruire. Je ne suis pas un ange mais un dragon. Certes j'ai la faculté de pardonner, mais je n'ai pas la faculté d'oublier. Oui je me lâche dans cet écrit journal, oui je laisse mes mots dépasser ma pensée, mais au final ma pensée n'est pas moins que mes mots. J'ai pris les maux des autres comme si c'était les miens, cherchant à tout prix à les aider comme si leur souffrance était mienne... Sauf qu'ils ne feront jamais de même pour moi. Ma souffrance restera à jamais mienne et je finirais par ne plus savoir si c'est moi qui souffre ou non.

Personne n'entend mes appels à l'aide comme j'entends les appels à l'aide des autres. Tant de fois on m'a dit qu'on était là pour moi, mais finalement, très peu de fois ça a été vrai. Les rares fois où j'avais besoin qu'on m'aide comme j'aide les autres, on m'a souvent renié. Alors oui, j'ai fini par en avoir marre aujourd'hui. Je ne suis pas en colère, j'en ai juste marre. Marre qu'on me prenne pour ce que je ne suis pas, marre qu'on me prenne pour un outil jetable, marre qu'on me compare toujours à quelque chose de négatif à retardement... Je suis un dragon! Je ne suis pas quelqu'un d'agressif, mais je ne suis pas non plus un truc sur le quel on peut taper sans risquer un retour de bâton. Ce que je ne supporte plus aussi c'est qu'on me dises que je suis comme les autres... Alors ça... C'est on ne peut plus faux! Ah bah oui pour juger ça il y a du monde. Personne ne comprends que ce qui m'intéresse n'est rien de plus que le bien de ceux que j'aide? Et que le bien de ceux que j'aide n'est pas toujours ce qu'ils veulent? Certes je ne suis pas devin ou possédant un don de voir ce qui est le mieux pour les gens, mais au moins je fais de mon mieux. Je ne me cache pas derrière des excuses.

En bref je n'aiderais plus personne... C'est fini cette époque où j'aidais ceux qui demandaient de l'aide ou qui me faisaient comprendre qu'ils ont besoin d'aide. Si vous voulez de l'aide, allez voir un psy, un mage, un guérisseur, un prêtre, un médecin, ou tout ce que vous voulez, mais moi, la boutique est fermée! Zut à la fin! Si j'avais fait payé ceux qui voulaient mon aide je ne serai pas dans la situation dans la quelle je suis aujourd'hui, à me retrouver blessé, sans le sous et de plus, malade. Car oui, l'obésité est bien une maladie selon l'OMS, la dépression et le burnout aussi. Sans parler du PTSD dont je suis atteint. Je peux te dire que tout ça, tout le monde s'en fiche journal. On vit dans un monde ou les dragons n'ont plus leur place. Je m'en vais donc rejoindre la nature comme ultime objectif. Je ne veux plus entendre parler d'aider autrui ou son prochain.

J'ai retenu la leçon...

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit
Ancien diariste :

Tu appel ça une leçon?
C'est plutôt ton aide qui et monstrueux car si tu le prend toujours de cette façon forcément que tu es blessé.
La sensibilité n'excuse pas tout, mais relis toi et demande toi si c'est un leçon à retenir, rien que pour un être sensible cette leçon ne serait pas à retenir.
Ton aide ne fais pas partie de ton âme peu être que tu confonds les deux et les autres te le fond comprendre car ils souffre à leurs façon.
La détresse par toujours de la même cause alors un peu de respect.

AazBonaarBoziik
AazBonaarBoziik :
• modifié 3 min. après

@Vounette : Du respect ? Sérieusement ?

Bonne soirée...

Ancien diariste :

Oui, respecté la souffrance.
Si tu veux tant aider, fais le autrement que par une amitié.

Ancien diariste :

Va aider les autres en utilisant t'es bras plutôt que des paroles sans connaître la personne qui n'ai qu'autre que moi même.
En vivant les vraie choses sans attendre une histoire d'amitié personnels.
Si tu pense à moi dans ce texte alors oui, ne parle pas de généralité, c'est tout sauf une grande leçon.
Bonne soirée

AazBonaarBoziik
AazBonaarBoziik :

@Vounette : c'est vrai que tu peux te permettre des conseils... Je m'en passe bien volontiers merci.

Bonne soirée.

Ancien diariste :

Je voulais juste te dire que n'en fait pas une généralité.
Toi aussi tu peux parlé, tu change très facilement d'aide et tu oublie beaucoup de choses quand ça t'arrange.
Ne soit pas blessé pour rien du tout, ont ce connait pas.

Ancien diariste :

Tu as raison, il y a une grande différence entre une aide de psys et ton aide qui est juste personnel, c'est pour ça que tu blesse et que tu es blessé alors arrête avec t'es grand mots.

AazBonaarBoziik
AazBonaarBoziik :

Tu crois avoir été là première à qui j'ai proposé mon aide?

J'ai cherché à trouver le moyen le plus efficace...

Permet toi toutes les bassesses que tu veux, je n'en ai cure

AazBonaarBoziik
AazBonaarBoziik :

Je te rappelle que tu es sur MES pages, alors ne va pas trop loin non plus

Ancien diariste :

Je pense que tu n'es pas obliger de proposer de l'aide, je comprends pas.
Lis la définition d'aider, je suis sur ta pages mais tu as toujours la possibilité de supprimé, puis tu parle de chose qui n'on rien à voir avec l'aide.
Soit c'est purement personnel et tu te blesse soit c'est de bon coeur et tu donne de l'aide, tu parle d'une sensibilité et d'un besoin d'aider, c'est bizarre donc réfléchi, moi aussi j'ai eu des mauvaise relation et ca s'appelle vivre pas aider.

Ancien diariste :

Moi je ne vais pas trop loin, c'est l'espoir qu'on m'a donné qui va trop loin.
Pour ca que je parle de respect et je m'en fiche de ta sensibilité car tu es trop borné pour t'ouvrir et comprendre que tu te trompe.
Je m'arrête

AazBonaarBoziik
AazBonaarBoziik :

Je ne suis pas pour la censure... Comprends ce que tu veux, j'en ai marre de devoir me justifier. Surtout que la plus part des choses tu pouvais les dire en privé.

Ça serait plutôt à toi de réfléchir...

Ancien diariste :
• modifié 44 sec. après

Non car c'était un adieux.
Si tu veux guérir c'est pas en te cachant puis au moins j'explique la vraie raison de ton texte.
Normalement une aide ne demande pas d'être justifié, ca prouve bien que c'était personnelle et pas une aide comparable à autre choses de meilleur.
Je n'ai aucune pitié, je veux juste te faire comprendre 2 choses et toi tu reste encore sur quelque chose irréel.
Bonne soirée à toi

AazBonaarBoziik
AazBonaarBoziik :

Faux, tu expliques ton hypothèse. Passe ton doctorat en psychologie et on en reparlera.

Bonne soirée

Ancien diariste :

Reprend pas le mot dans mon écrit, à par si c'était pour me blessé?
Va crever, je peu le dire car c'est ce que je vais finir par vivre.

Ancien diariste :

Reprend pas le mot dans mon écrit, à par si c'était pour me blessé?
Va crever, je peu le dire car c'est ce que je vais finir par vivre.

Ancien diariste :

Tu peux te cacher derrière t'es truc de dragon.
Tu es faible car tu es méchant.

Ancien diariste :

Tu te cache avec beaucoup de choses sauf que tu ne sais pas à quelle niveau tu as était nul avec moi donc ne parle pas de ta sensibilité car tu en n'a pas. Tu es juste nul, je vais passer mon chemin et venir te hanté.

Ancien diariste :
• modifié 21 sec. après

Au lieu de dire des phrases que j'ai déjà entendu, je enverrai une photo de moi à l'hôpital ^^
Je peu te le promettre. Je suis juste dégoûté de t'avoir croisé.
Je me barre de ce journal

AazBonaarBoziik
AazBonaarBoziik :

@Vounette : J'ai été nul? Tu ne vois pas à quel point tu as été blessante?

Je t'ai toujours souhaité le meilleur et voilà comment tu es réellement... Je n'ai jamais rien caché, alors viens me hanter car tu ne seras pas là première à hanter mes nuits

Tu veux vraiment que je sois blessant? Alors je vais l'être pour de vrai...

Tu ne vaut pas mieux que lui...

Ancien diariste :

Ok.
Je retiens à jamais ce que tu viens de dire et ont verra si mon âme ne viendra pas te hanté.
Tu verra ce que ca fait d'être souillé par les morts, tu le vivra.

Ancien diariste :

Je sais que tu le pense alors pas besoin de le dire avec peine.
Tout le monde l'on penser. Alors pas besoin de le cacher.

Ancien diariste :

Continue de me souhaité le meilleur car c'est trop tard.
Je penserai à toi à l'hôpital ont va voir comment je vais vivre ces douleurs.

Ancien diariste :

Je vais ne plus parler ni écrire jusqu'à cette hôpital. Je me lance ce défie
Va chier comme tout ce monde. La c'est trop.

AazBonaarBoziik
AazBonaarBoziik :
• modifié 21 sec. après

@Vounette : Tu l'as cherché à ce que je le penses aussi, on ne récolte que ce que l'on sème.

Je ne te souhaite plus rien, tu as cherché à me blessé alors je suis devenu indifférent à ton sors. Fais ce que tu veux. 

Tu ne sauras jamais à quel point tu peux avoir tors sur tout ce que tu as dit. 

Tu m'as souhaité la mort, je te souhaite le néant.
 
Et merci de te préoccuper de mon transite intestinal mais il va très bien.

IamJulie
IamJulie :

Et beh ! Quel réglement de compte livrer à tous ceux qui veulent le lire ! Rien qu'en vous lisant on voit qui se fait passer pour la victime et qui est la réel victime ! C'est pathétique de régler ses comptes de cette façon.

AazBonaarBoziik
AazBonaarBoziik :

@IamJulie : Je lui ai proposé de régler ça en privé mais elle n'a pas voulu. C'est navrant d'en arriver là.

IamJulie
IamJulie :

Ce n'est pas si navrant au final... Si tu regardes bien, et comme t'as si bien su le relever, elle se préoccupe de ton transit... C'est une douce attention amical pour ça !!

AazBonaarBoziik
AazBonaarBoziik :

@IamJulie : C'est pas faux xD

Lustig Hinkston
Lustig Hinkston :
• modifié 2j après

C’est bizarre. . . Tu ne confond pas plutôt pitié et compassion ?

AazBonaarBoziik
AazBonaarBoziik :

@Lustig Hinkston : Aucunement, les deux notions sont séparées pour moi

Lustig Hinkston
Lustig Hinkston :

@AazBonaarBoziik : Pour revenir à ton écrit j’suis d’accord il faut avoir de la pitié pour personne, mais plutôt de la compassion à la place de la pitié