Je suis un Phénix

lu 37 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Ce matin, j'avais un rendez-vous pour une séance de kinésiologie. Cela m'a fait un bien fou. J'ai compris tellement de choses. J'ai l'espoir qui est revenu aussi vif qu'un volcan qui se réveille après des années d'inactivité. Qu'est-ce que cela fait du bien ! Suivre son intuition, écouter son corps et ses ressentis, c'est donc ça la clé. J'ai compris. Ces derniers mois, j'ai souvent écouté les autres. J'étais la faute, celle sur qui l'on pointait le doigt... l'erreur que l'on a oubliée de gommer. Je me suis remis en question, tant de fois, j'ai cédé, accepté tant de choses qui m'on blessée. Je pensais que c'était ce que je devais faire, pour le bien de tout le monde, pour le bien de mes amis. J'ai appris qu'il ne faut pas s'abîmer en essayant de ne pas blesser les autres à tout prix. Ce n'est pas juste, ce n'est pas ce qu'il faut faire. Je suis tombée bien bas ces derniers mois, en essayant de sauver une amitié qui n'en était pas une, au final. J'ai accepté que cette personne ne soit pas là pour moi à la suite d'une opération avec des complications graves, j'ai accepté n'avoir aucune aide quelconque de sa part lorsque je ne savais pas me déplacer durant trois semaines. Accepté d'avoir son amitié limitée à du virtuel. Bien que j'ai accouru à la moindre occasion lorsqu'elle avait besoin de moi. Je me suis dit que ce n'était qu'une passade.

Rien n'est figé, cela changerait.

Les gens ne changent pas. Sauf s'ils le désirent, mais pour ce faire, il faut déjà qu'ils reconnaissent leurs torts. Ce qui n'est pas chose aisée. L'autruche, c'est plus facile. Plus "politiquement correct". Cela passe partout... c'est plus simple de remettre la faute sur l'autre quand une vérité nous dérange. C'est un peu humain, mais surtout très égotiste.

J'arrête. Je laisse tomber. J'avance. Surtout ! J'avance... en laissant derrière ces boulets que je traîne pour des amis. Qui n'ont pas une once d'empathie quand tu es dans le besoin. Des mots, des mots sur un écran, qu'est-ce que cela représente ? Ce n'est que du vent. Face à des actes inexistants. Dois-je me contenter de cela sans arrêt ? Je pense mériter mieux. Non pas par vanité, seulement parce que je pense avoir de la valeur et ne pas être qu'un vulgaire jouet que l'on met de côté une fois que l'on s'en lasse.

Mon deuxième prénom est bonne poire. Tout le monde a dû connaître cela dans sa vie, ou presque. J'ai trente ans et cela ne m'a toujours pas quittée. J'aime avoir grand coeur et aider. Oui, j'aime cela. Et tellement que ça se remarque, que l'on en profite, que l'on me vide de tout, que l'on me prend tout, que l'on me laisse presque agoniser sur le pavé en passant à côté une fois que je n'ai plus rien à donner. Une fatalité ? Non. Un schéma pourrit que je mets désormais derrière. Une croyance erronée sur le fait que je ne valais pas mieux que ça. Au final, si. Je mérite que l'on me traite bien, au même titre que Monsieur et Madame tout le monde.

Ce n'est pas réservé à une élite. Qu'on se le dise. Capri, c'est fini !

Il vaut mieux être seule que mal accompagnée et voilà que la vie me confirme une fois de plus ce dicton. Bon, après, ça me fait de belles jambes ! Je veux bien accepter d'être seule, mais cela fait longtemps que la solitude me poursuit. C'est ça, être différent de la masse. C'est souvent être mis à l'écart. C'est faire sa vie en dehors de tout cercle social. J'ai pourtant tant de choses à partager, univers, n'as-tu pas envie de m'envoyer de belles personnes en accord avec celle que je suis et avec mes valeurs ? Merci !

Aujourd'hui, je passe le cap. La déprime, c'est à la corbeille. Je vide le tout, il faut que cela cesse. Que je nettoie. Que je fasse de la place pour laisser entrer de nouvelles personnes dans ma vie. Que je me guérisse. Que je prenne soin de moi.

Que je m'aime, bordel.

Qui le fera à ma place, sinon ? Compter sur les autres, c'est comme compter les étoiles. Cela finit par prendre la tête.

Le ciel est toujours gris. Pourtant, je sens qu'à l'intérieur de mon coeur, le soleil recommence à briller doucement... je renais de mes cendres.

Je suis un Phénix.

2
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Maryline_du_59
  • Louna-s
Partager l'écrit
Yoona
Yoona :

"J'ai appris qu'il ne faut pas s'abîmer en essayant de ne pas blesser les autres à tout prix." Je prends note et j'espère aussi apprendre de cette phrase en grandissant.

Soyons tous des Phénix !

Yellowsky
Yellowsky :

@Yoona : Je te le souhaite de tout coeur ! C'est tellement important !