Mardi 01 Janvier 2019

lu 55 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

15h01

Cher journal,

Je suis crevée, j'ai fait la fête jusqu'à 6h30 du matin, et je crois que j'ai un peu trop bu, mais je me suis bien amusée.
Ça fait du bien de rigoler comme ça, que tout se passe bien. Je dois admettre que c'était pour moi, beaucoup plus joyeux qu'il y a un an.
Je n'avais pas de tristesse dans le cœur, contrairement à il y a un an.

J'ai juste appris encore deux ou trois petites choses de ce que dit Eva sur moi. Est ce que ça me fait quelques chose . Honnêtement, oui, ça me blesse.
J'ai offert le voyage a Rome à ma sœur, quand elle a perdu sa petite fille. Et elle ose appeler ma sœur en lui disant que c'est abusé que je ne l'ai pas invité, alors qu'elle m'a invité à Venise. Je suis en colère. Comment peut elle comparer deux choses aillant deux circonstances si différente? Et en plus, de dire ça à ma sœur ?
Je crois que je vais couper les ponts. J'y réfléchis, car cette fille je l'adore, mais je ne supporte plus qu'elle puisse parler en mal de moi comme elle le fait. Elle est injuste, jalouse et haineuse, alors que je suis là pour elle, je suis toujours là pour elle.
Elle a eu des soucis financiers, j'ai été la seule à vouloir m'aider , et elle a refusé, ce que je peux comprendre. Mais j'étais là.
Quand elle a fait une fausse couche et qu'elle a fini à l'hôpital paniqué, je suis la seule à avoir quitté le boulot et être là pour elle. Je n'attend rien en retour,absolument rien. Si je ne veux pas faire quelques chose, je ne le fait pas, mais je ne fais pas de reproches par derrière.
J'en parle beaucoup, car je me sens vraiment blessée. Je déteste les langues de serpents, et ça me brise ce genre de comportement.

Je me rappelle pourquoi ma sœur c'est éloignée d'elle, c'était pour se protéger.
Bambi ne veut plus là voir. Je suis la seule qui accepte de lui parler tout le temps, et d'être là pour elle. La seule. Et elle fait comme si, j'étais de la merde. Et tu sais pourquoi ? Parce que j'ai refusé de sortir samedi après midi car j'étais fatiguée.
J'ai l'impression d'être à nouveaux une enfant, qui se dispute pour des broutilles. Mais ça me touche, et ça me blesse.
Les amis ne font pas ça.

Bref, j'ai débuté l'année 2019 bien mieux que 2018, et je suis prête à lâcher ce qui le fait du mal si cela est nécessaire.
Je réfléchis bien sérieusement à ce que je vais faire

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !