je ne t'aime pas

lu 115 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

L’amour c’est un peu comme la vie ; il réveille des douleurs dont personne ne veut. Il était six heures ce matin. Avant que le quotidien brut de routine ne nous arrache à nos obligations, nous avons bu un café avec S. Les filles dormaient encore, de ce sommeil si léger de l’enfance ; enfants qu’elles ne sont pas encore, elles qui font encore tellement bébés. Je lui ai fait remarquer combien son ras du cou, que je lui ai offert à noël avec trois cœurs symbolisant chacune de ses filles, était beau ; combien elle était belle avec… avant de ponctuer avec cette phrase « c’est un peu comme si tu me portais tout le temps sur toi ». « Je ne t’aime pas » a-t-elle répondu de manière très abrupte. Ce verbe « aimer » à la forme négative et qui plus est au présent n’est pas forcément un plaisir à entendre. J’ai fait comme si… « Un petit peu quand même » ai-je surenchérit. « Je reste parce que… » et elle a baissé la tête sans finir sa phrase. Je n’ai pas bronché. Un peu comme si ces raisons là qui la font rester étaient empreintes d’une émotion très forte, un peu comme si le silence était plus éloquent que n’importe quel autre mot. Ces raisons je les connais. Ce sont nos filles certes mais pas que. Car si la routine vous englue dans des habitudes redondantes, elle vous empêche également de sortir d’un chemin que vous avez maintes fois parcouru et parcourez encore. Ou du moins, elle rend plus difficile le fait de vous en écarter. Mais pas que. Le temps aussi. Tout ce temps que nous avons passé à construire ce que nous avons. C’est bien trop facile de tout casser, de tout bousiller, de tout mettre en l’air. De faire ses valises parce que l’on n’aime plus. Parce que l’on n’aime pas. Reste la question du sens, de la pondération.

Je finis ma tasse de café froid comme l’espoir qui s’efface. Je n’arrive pas à me convaincre qu’un jour, elle partira peut-être. Moi, j’ai trop perdu dans la vie pour me lancer dans une nouvelle lutte.

19
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Elisa01
  • Lizo, diary of a « lover »
  • Mavieselonmoi 2.0
  • Hector
  • Addam
  • Umber
  • Kolovor
  • Titia7
  • vivreencore
  • New Life
  • mmg
  • Never.Forget
  • Armonia
  • colombine
  • Jessy1
  • hawk
  • Philophobia
  • Blue Moon
  • Aveline I Can Fly
Partager l'écrit
Kolovor
Kolovor :

Courage...<3

mmg
mmg :

En lisant ton texte, très beau et douloureux comme toujours, je me suis demandé ce qui fait  le plus de mal  à entendre "je ne t'aime pas" ou "je ne t'aime plus"? 

rotvi
rotvi :

@mmg : merci Mmg. Je pense que les deux sont douloureux à entendre mais je trouve surtout que la négation est en trop, elle habille mal le verbe "aimer". Bises

Armonia
Armonia :

Bonjour, mince je pensais t’avoir laissé un message sur ce texte très touchant mais je m’aperçois que je ne l’ai pas fait.
Je te disais que j’ai pris ton histoire en cours de route mais je te demandais si vous aviez essayé la thérapie de couple qui parfois peut aider? Car parfois la routine et autres peuvent faire croire que l’on aime plus alors qu’il s’agit plutôt de « réveiller » l’amour ou ranimer la flamme. Courage !

rotvi
rotvi :

@Armonia : Merci pour ton passage, merci pour ton conseil. Franchement, que dire, que penser!? Notre couple est clairement en péril, l'atmosphère est lourde, la routine paralysante. Nous n'avons jamais évoqué la thérapie de couple qui pourrait être une très bonne idée pour que nous puissions réapprendre à nous parler, réapprendre à nous aimer petit à petit mais je crains que ma femme reste hermétique à ce genre de thérapie. Alors, j'essaye de maintenir ce minuscule lien qui nous unit encore mais qui, je le crains, cédera un jour ou l'autre. Merci encore.

colombine
colombine :

Oh mon ami ! Siento pena por ti. Tellement triste.
Ces mots sont d'une dureté extrême. "Pas" ou "plus", qu'importe. 
 
Te doy mil besos

rotvi
rotvi :

@colombine : ces mots sont des blessures. La vie en laisse beaucoup. Peut-être même trop. A un moment donné, on voudrait lui dire "stop, ça suffit, j'en ai eu assez" mais elle n'écoute pas. La vie n'écoute jamais la souffrance des gens. 
Todos los besos del mundo. 

Armonia
Armonia :

@rotvi : ce serait bien qu’elle accepte. Franchement je trouve ça tellement triste de laisser mourir qqch sans bouger le petit doigt pour se battre même un tout petit peu.

colombine
colombine :

@rotvi : Si je devais écrire un livre sur ces phrases-blessures, phrases assassines reçues, il aurait la taille d'un bottin !
Le vie fait toujours ce qu'elle veut. Je crois qu'elle attend que nous changions de direction, ou bien de point de vue des situations pour cesser d'être violente avec nous. C'est, en tout cas, ce que je retire de ma propre expérience de vie. 
Je refuse de croire que cette violence subie soit "gratuite". Il y a un sens caché que nous devons, chacun, trouver.
mil besos
 

rotvi
rotvi :

@colombine : la vie est toujours triste. Sauf qu'à un moment donné tu t'en rends compte. Je suis incapable à l'heure actuelle de donner le moindre sens à ce qui m'arrive, je ne peux qu'en être le témoin. Un peu comme si quelque chose m'échappait, quelque chose que je ne maîtrise plus. Je n'ai pas la force de le retenir. Je n'arrive pas à me battre, peut-être un jour le pourrais-je mais là c'est encore trop tôt ou déjà trop tard. Mille bises 

colombine
colombine :

@rotvi : Non! la vie n'est pas toujours triste ! Mais c'est ce que nous en voyons, et je crois que ça fait partie de notre culture. 
Lord Bayron a écrit (de mémoire) :" le souvenir du bonheur n'est déjà plus du bonheur, le souvenir du malheur est encore du malheur"; Tu le vois dans cette citation : nous ne sommes jamais heureux ! On ne nous apprend pas à "relever" nos instants de bonheur et à les garder tels quels. Nous ne gardons en mémoire que la tristesse, les échecs, nos larmes.
Je ne crois pas que la vie soit uniquement faite pour nous rendre malheureux. Je crois, au contraire, que nos malheurs sont là pour que nous nous interrogions sur nous, sur nos comportements, sur nos pensées, sur nos chemins de vie. 
Tu sais, je "crois" fermement en la réincarnation, et pas parce que l'idée d'avoir le possibilité "rattraper" mes erreurs de vies, mes erreurs de choix et/ou tout ce que j'aurais raté durant l'une de mes vies. Mais parce que la recherche du bonheur est primordiale. Le sien, celui que l'on donne aussi. Enfin, je ne sais pas si je m'explique clairement ;-)
Pour avoir traversé des déserts tels que je j'avais le sentiment de ne rien maitriser de ce qu'il m'arrivait, de ce que je ressentais, je crois vraiment comprendre ce que tu dis dans ton com au dessus.
J'ai l'habitude de dire qu'il faut laisser du temps au  temps, moi l'impatiente ;-)
Je crois que tu en es là. Laisse le temps. Prends le temps. Tu iras mieux. Petit à petit tu reprendras la maitrise de ta vie. Il se peut qu'alors des choix s'imposent à toi (je n'ai aucune idée desquels, je n'ai pas de boule de cristal!).. Mais tu sauras quoi faire, et à quel moment le faire.
Pour l'instant, si j'osais me permettre un conseil, ce serait celui d'écrire, de parler (si tu le peux) de délester petit à petit ton bât ; la charge te paraîtra moins lourde.....avec le temps.
Et là, tu pourras te battre, relever la tête, et avancer vers de belles éclaircies.
Te beso muy sinceramente
 
 

rotvi
rotvi :

@colombine : merci Colombine pour tous ces mots encourageants. Tout ce temps que tu prends pour me lire et laisser des commentaires aussi sincères me touche vraiment. Je ne crois pas en la réincarnation mais toi, et là je suis certain de ne pas me tromper, tu es un ange. Bises et merci. 

colombine
colombine :

@rotvi : Oh non, je ne suis pas un ange :-))) Je suis une personne qui a découvert qu'elle avait une âme, et que celle ci aspirait plus que tout à être heureuse. Le bonheur à tant de visage ! Il peut être dans le sourire d'un enfant, dans un simple sourire reçu d'un (une ) inconu(e) dans la rue, comme dans la rencontre avec l'amour amoureux;
Mil besos

rotvi
rotvi :
• modifié 32 min. après

@colombine : oui dans toutes ces choses simples qui la plupart du temps passent à côté de nous sans que nous les remarquions! Besos!