Jeudi 11 Juillet 2019

lu 57 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Borderline ou trouble de la personnalité limite. Cela fait 2 ans que je connais cela. 2 ans que je me reconnais dans presque chaque symptome.

il y en a 9,il faut s'en reconnaître d'un minimum 5, et que cette situation dure depuis longtemps. Je me reconnais dans 7 où 8,je ne sais plus, et depuis un moment déjà.

Une des cause serait un traumatisme dans l'enfance,comme l'abus sexuel ou physique, ou même un mauvais traitement de la pars des parents. Je ne sais pas si l'harcelement peut rentrer dans cela.

Enfin, dans tout les cas, je m'y reconnais beaucoup. Maintenant, il faudrait que j'aille voir un psychologue. C'est ce qui est écrit da's chaque truc que j'ai lu. Mais je refuse de le faire. Pour le faire je devrais en parler à mes parents. Et qu'est ce qu'ils feront ? Ils se moqueraient de moi, comme toujours.

Je n'ai pas vraiment le temps, mais, je vais ou écrire chaque symptôme et j'explique en quoi je me reconnais dedans. J'y verrai peut être plus clair.

- des sentiments chroniques de vide

Alors, celui la, j'ai du regarder sur internet ce que c'était vraiment, je savais pas trop. Et donc ce serait, comme le nom l'indique, des sensation de vide, d'ennuis et d'apathie.

Je m'y reconnais, je m'ennuie très, voir trop souvent, et, j'ai l'impression d'être vide à l'intérieur.

- une difficulté à gérer la colère

C'est un vrai problème que j'ai, la colère apparaît, monte très vite et éclate, sans me laisser le temps de réagir. Je sais très bien que cette colère est démesurée, et je déteste sa.

-une capacité réduite à prévoir les conséquences de ses actes

C'est bizarre, mais, même si je sais comment les gens vont réagir, en criant ou en riant par exemple, je ne sais JAMAIS les conséquences que ces actions auront sur eux. Je ne sais pas trop comment vraiment l'expliquer, alors je vais le laisser là.

- une perturbation de l’identité (remise en question de projets ou de sentiments certains, questionnement sur soi, difficultés à analyser son ressenti

Complètement. Je me demande si je veux vraiment travailler dans la psychologie, je me demande qui je suis vraiment, sans jamais avoir la réponse, et je ne sais jamais comment je me sens. Différencier mes émotions est très difficile pour moi.

-une tendance à idéaliser puis à dévaloriser l’autre

Encore une fois, c'est tout à fait moi. Je peux aimer quelqu'un, ne voir aucun de ses défauts, penser que celle ci est parfaite, et puis, le lendemain, pour une seule petite erreur, me mettre à la haïr, à ne plus jamais vouloir la voir, ne plus voir aucune qualités en elle. Et puis, il m'arrive de me remettre à la re idéaliser, puis encore à la dévaloriser et.. Avec certaines personnes, c'est juste un cycle infini.

- une instabilité dans les relations interpersonnelles (changements fréquents d’amis, de partenaire, de milieux professionnels, tendance à la manipulation, etc.

Pas vraiment. Je ne change jamais d'amis, et, j'ai pas vraiment le choix, en fait. Je peux pas changer de milieux professionnels ni de partenaire non plus, d'ailleurs. C'est vrai qu'il m'arrive de manipuler les gens, et oui, je sais que c'est honteux, mais c'est plus fort que moi. Mais je le conterai pas, donc, pour celui, c'est non. Donc on passe à 8/9 pour l'instant.

- des efforts effrénés pour éviter les abandons (crainte excessive des ruptures, de l’éloignement

Oui. Que ce soit juste parce que je me l'imagine ou pas, d'ailleurs. Chaque petite chose est un signe d'abandon pour moi. Dans la vrai vie, j'ai tendance à ne pas lâcher les gens que je connais, pour être sûr que jamais ils ne m'abandonnent, et des que quelque chose vas mal, je panique. Sur internet, il m'arrive de faire sa, aussi, mais quelque fois j'abandonne avant qu'on ne puisse le faire, pour ne pas que ça arrive. Mais ça me fait tout aussi mal de faire sa.

- des symptômes dissociatifs et une idéation persécutoire (impression de sortir de son corps, d’être victime d’un complot)

Bon, celui la, c'est un peu compliquée. Je n'ai jamais l'impression de sortir de mon corps. Mais, j'ai l'impression que tout le monde m'en veut, qu'ils veulent TOUS me faire du mal des que je sort dehors. Quand quelqu'un rigole, c'est car on se moque de moi, derrière mon dos. Et puis, je rentre chez moi, je réfléchis le soir et je me dis que c'est idiot quand même, et que c'est faux. Mais des que je resort dehors, je recommence à penser comme cela.

des comportements impulsifs, dangereux, d’auto-mutilation (crises de boulimie, tendance au jeu, consommation abusive d’alcool ou de drogues)

Bon.. C'est compliquée, lui aussi.. L'alcool, je suis bien trop jeune, la drogue est illegal, et pour les jeux aussi, je suis trop jeune. Ils donnent pas beaucoup d'exemple sur ce site, mais j'en avais trouvée un dans lequel ils en donnait, alors, je vais juste dire les deux dans lequel je me reconnais.

La mutilation, c'est vrai, je ne me coupe pas. Mais, ils disaient que ce n'était pas que sa. Que se frapper, se tirer les cheveux ést aussi de la mutilation. Et je fais ces deux là. Quand je suis en colère, triste, quand je me sens coupable de quelque chose je me frappe ou me tire les cheveux.

La nourriture. Je mange, je mange et je mange. Je ne grossis pas, c'est vrai, mais je ne fais QUE manger. Quand je mange, j'ai l'impression de moins souffrir. (Puis, de temps temps en temps , il y a une semaine où je mange presque pas, comme la (Je n'ai mangé que la moitié d'un paquet de chips, et un tout petit peu de poisson panée ce soir, pour faire plaisir à ma grand mère, mais je n'avais vraiment pas faim. Hier j'ai mangé encore moins, et avant hier pareil).)

des idées et des gestes suicidaires

Je vois pas trop ce qu'ils entendent par geste suicidaire, mais je sais que j'y pense souvent. Je pense souvent à la joie que tout le monde aurait à ma mort. Je sais très bien que je ne manquerais à personne. La mort ne serait qu'un soulagement pour moi.

Ce qui nous fait donc un total de 8/9. J'aurai pu donner plus de détails, expliquer beaucoup mieux, mais.. Je sais pas expliquer.

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Maryline_du_59
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !