Jeudi 21 Février 2019 - bonne poire

lu 83 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

La déception a pris le dessus sur la colère, je me suis un peu calmée. Ce n'est pas souvent que je sors de mes gonds comme ça, d'habitude je suis un peu plus diplomate. Ca faisait un petit moment que ça couvait et que je me contenais en édulcorant un peu ce que j'avais à dire. Mais j'en ai vraiment assez que Mélanie me prenne pour une quiche.

Si Eloi n'était pas le meilleur ami de Robin, et si je ne l'aimais pas autant, je crois que je couperai définitivement les ponts avec sa maman. Au début de notre rencontre, j'ai ressenti de l'empathie pour elle, je la trouvais courageuse et ça me faisait plaisir de l'aider. Je lui amenais souvent des fruits de notre verger, des confitures, des gâteaux. Dimanche encore, quand nous sommes passés prendre Eloi pour l'emmener à la piscine, nous lui avons déposé un grand panier de légumes. Vendredi Clément a livré une centrale d'achat et le responsable de l'entrepôt lui a donné un lot de produits déclassés. Il m'a ramené 10 kg d'endives, des salsifis, des topinambours, des clémentines, beaucoup trop pour notre consommation personnelle et nous avons partagé avec Odile notre voisine, et Mélanie. Mais je crois que je vais arrêter ça. Cela fait plusieurs fois qu'elle m'envoie des piques, je la trouve ingrate, je pense même qu'elle est jalouse.


Robin est en vacances et hier j'avais pris ma journée. Il était convenu que je garde Eloi, et Mélanie, qui est en congè cette semaine, devait prendre Robin aujourd'hui.

En déposant son gamin hier matin, Mélanie m'a demandé quel était le programme de la journée. Je lui ai dit qu'on avait prévu d'aller au cinéma voir "Dragon3", puis qu'on finirait l'après-midi dans une aire de jeux. Elle m'a alors demandé si je pouvais aussi emmener les jumelles parce qu'elles étaient infernales et que ça lui permettrait de se reposer un peu. J'ai refusé, pour plusieurs raisons. D'abord de sécurité. Je devais passer prendre Maeva, et je n'ai pas un autobus, donc un bébé et 5 marmots dans la même voiture, ce n'est juste pas possible. Ensuite parce que j'avais envie de profiter pleinement de cette journée, pas de la passer à faire le gendarme et à courir après deux gamines ingérables. J'ai bien vu que ça ne lui avait pas plu du tout, et elle est repartie en faisant la tête. Si elle avait eu une urgence, j'aurai surement dit oui, mais juste pour la soulager, je ne suis pas d'accord. Je suis enceinte de six mois et moi aussi je suis crevée.

On a passé une super journée, le film était mignon comme tout, et ensuite les enfants se sont éclatés sur les toboggans, dans les parcs à ballons, sur les échelles de corde. On est rentré, après avoir ramené Maeva chez sa maman, Eloi a dormi à la maison et ce matin, comme prévu, j'ai déposé les garçons chez Mélanie. "J'espère qu'il ont pris leur petit-déjeuner, parce que nous on a déjà fini". Ben ouais, ils ont déjeuné avant de partir. "T'as rien prévu pour Robin ce midi? Je te préviens ça sera purée Mousseline et Knacky, moi je n'ai pas le temps de cuisiner, et surtout pas du bio". OK, comme tu veux, ça me va très bien. Elle a envoyé les gamins jouer dans la chambre, en leur demandant de ne pas faire de bruit pour ne pas réveiller son mari, et de ne surtout pas énerver les filles parce qu'elle n'avait pas envie de passer sa journée à hurler. J'aurai préféré qu'elle me dise "écoute, ton gosse j'en veux pas, reprends-le", ça aurait eu le mérite d'être clair.

J'étais un peu stressée au boulot, le jeudi est une grosse journée, je finis toujours tard et je ne voulais pas abuser de "l'hospitalité" de Mélanie.

Tout à l'heure j'ai récupéré Robin et je lui ai demandé s'il avait passé une bonne journée. Mélanie a répondu à sa place "oui, ben ils ont joué à la console hein, nous on n'a pas les moyens de les emmener à droite à gauche faire des activités, ni de partir 6 fois en vacances dans l'année. C'est sûr que quand on a les moyens, on peut offrir plein de trucs à ses gosses".

Je lui ai gentiment fait remarquer qu'on faisait beaucoup d'activités gratuites, vu qu'à la veille de chaque période de vacances je passe beaucoup de temps à rechercher ce qui est proposé par la municipalité et qui permet à tous les enfants de profiter de loisirs sans que les familles ne dépensent un seul centime, et que je choisissais les activités payantes en fonction des tarifs préférentiels que je peux obtenir par mon CE. Quant aux vacances, on a la chance d'avoir un pied à terre dans différents endroits, ce qui nous permet d'économiser le prix d'une location. On paye notre séjour autrement, en donnant un coup de main à la ferme lorsqu'on descend chez Damien, ou en bricolant avec Christophe lorsqu'on va en Normandie.


Elle m'a toisé du regard en me demandant "c'est qui la gamine qui était avec vous hier, ta filleule? Eloi m'a dit que c'était "ta fille d'accueil", mais j'ai pas bien compris". Je lui expliqué que nous étions "famille de vacances" alors là elle me répond "c'était pas la peine d'aller chercher aussi loin, vous auriez pu penser aux jumelles, elles non plus elles ne partent jamais".


Elle est quand même sacrément gonflée! Pendant les vacances scolaires son fils passe presque toutes ses journées chez nous avec Robin, on l'emmène pratiquement partout. Aux vacances d'automne dans le Vercors, cet hiver à la montagne où il a fait des activités qui n'ont rien coûté à personne vu que le père de Louis connait tout le monde dans la station et qu'il a fait en sorte que les gamins puissent faire tout ce qu'ils voulaient gratos.

Il y a trois semaines elle est partie une journée en stage et elle m'avait demandé si je pouvais aller chercher ses enfants à la sortie de l'école parce qu'elle prévoyait de rentrer tard. Je l'ai fait avec plaisir, entre mamans il faut s'entraider. Les gamins ont mangé et dormi à la maison, et le lendemain Mélanie est venue les récupérer. Elle a demandé si tout s'était bien passé, si les filles n'avaient pas fait de difficulté pour manger, et Alix, une des jumelles lui répond qu'elles avaient mangé des restes. Alors sa maman me regarde offusquée "ben et vous, vous avez mangé quoi? ". Ben la même chose pardi, qu'est ce qu'elle s'imaginait? Que je nourris ses petits au pain sec tandis que je me goinfre de homard? Et pas des restes d'il y a huit jours non plus. J'avais fait cuire beaucoup trop de pâtes la veille donc j'ai fait un gratin de macaroni avec des oeufs battus, de la crème, du jambon et du fromage râpé. Autant dire que sa remarque m'est restée en travers de la gorge.

Tout le monde s'est régalé, personne n'a eu d'intoxication alimentaire. Quant aux deux petites pestes, non seulement elles ont terminé leurs assiettes, mais elles en ont réclamé, de mes restes. Et le matin, au petit-déjeuner, tout le monde a apprécié le smoothie fraichement pressé, les tartines beurrées et les confitures maison, et chacun est parti à l'école avec dans son cartable des chaussons aux pommes que j'ai passé la soirée à confectionner. Chez moi ce n'est peut-être pas mieux qu'ailleurs, mais ce n'est certainement pas pire non plus.

Pour une fois qu'elle garde Robin, Mélanie a le culot de me reprocher de ne pas avoir fourni le sandwich qui va avec! J'étais tellement en colère que j'ai ouvert mon sac et que je lui ai demandé combien je lui devais. Elle a été saisie et a commencé à bégayer un comment ça, je ne comprends pas. J'ai insisté "ben oui, je te dois combien pour avoir gardé Robin, et pour le jambon purée flamby du midi. Tu prends combien de l'heure?". Je l'ai vu qui semblait réfléchir et elle a changé de couleur en entendant une voix derrière " tu dois rien du tout Marie". C'était Mourad, le papa d'Eloi, qui est sorti de son demi coma le temps de prononcer ces quelques mots, et qui a vite replongé dans sa torpeur. Je me demande bien si, sans l'intervention de son mari, elle n'aurait pas accepté que je la paye.


Avant de remonter en voiture, j'ai mis les points sur les "i" et les barres sur les "t" en disant à Mélanie que rien ne changerait pour Eloi, que si elle le permettait il serait toujours le bienvenu à la maison et qu'on continuerait à l'associer aux activités de Robin, mais que pour le reste il ne fallait plus qu'elle compte sur nous.


Je suis déçue! Mais c'est bien fait pour moi, Mika m'avait prévenue que Mélanie était une profiteuse. Je n'y peux rien, je suis comme ça. Je me méfie pourtant des gens, mais dès qu'ils sont entrés dans ma sphère privée, je baisse ma garde, et je ne devrais pas.


Mais qu'est ce qu'elle croit, que tout nous tombe tout cuit dans le bec, que ce qu'on a on l'a trouvé sous le sabot d'un cheval? On bosse dur, tous les deux, pour pouvoir s'offrir quelques loisirs. Je sais bien que ce n'est pas facile pour elle, qu'elle assume toute seule depuis que son mari est tombé malade, mais tout le monde a ses problèmes, ce n'est pas pour cela qu'il faut en vouloir à la terre entière. Ce que je fais, même si ce n'est pas grand chose, je le fais de bon coeur, et je ne demande pas la reconnaissance éternelle. Mais un petit merci serait bienvenu quand même.


Elle n'aura plus rien, c'est terminé, fini d'être la bonne poire. Clément a raison, il faut que j'arrête de jouer les bons samaritains.

9
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Philophobia
  • Antileus
  • rotvi
  • Lolita Véda
  • edenn
  • Black Magic Girl
  • Umber
  • Elisa01
  • Isis 31
Partager l'écrit