Mardi 01 Janvier 2019

lu 153 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Je déteste toujours autant les fêtes de fin d'année, cette obligation de faire la fête sous peine de passer pour un marginal, où rire est un devoir sous peine de passer pour un con. J'ai dû longtemps me justifier à ce sujet, aujourd'hui je n'ai plus envie. Je déteste, c'est tout. C'est comme ça, point. Pour moi, l'ambiance qui règne pendant cette période devrait exister tout au long de l'année, pas besoin d'attendre la dernière quinzaine pour faire preuve de convivialité et de générosité et souhaiter le meilleur à tout le monde.


J'ai cependant adoré ce réveillon. Le repas était absolument délicieux. Préparés par un traiteur, des mêts raffinés et délicats se sont succédés sans aucune fausse note. Nous avons fait la connaissance de gens adorables, notamment l'oncle de Louis qui a travaillé sur le paquebot France et qui nous a raconté son métier et la vie à bord de ce navire mythique. C'était passionnant. Les parents de Louis ont fait fortune - il n'y a pas de sot métier - dans les pompes funèbres et nous ont raconté des tas d'anecdotes hilarantes. C'était vraiment amical et très chaleureux. Qui plus est, il n'y a pas eu de fastidieuse séance de bécotage au moment des voeux, juste un "bonne année" collectif et un lâcher de lanternes quand ont sonné les 12 coups de minuit. Ca me convenait très bien.


Dimanche soir, alors que nous étions tous avachis sur les canapés, mis KO par notre journée au grand air, nous avons reçu un appel de Louis qui nous a tous invités à venir passer quelques jours dans le chalet qu'il occupait avec ses parents, à environ deux heures de route d'ici. Devant notre réticence - nous sommes quand même nombreux, et ne voulions pas troubler une réunion de famille - il a longuement insisté pour enfin nous dire que ce n'était pas négociable. Nous lui avons bien précisé qu'il s'apprêtait à recevoir 7 adultes, un grand ado en la personne de Mika, 4 gamins, un bébé et deux chiens, mais ça ne l'a pas du tout effrayé, au contraire. Tout était prévu, il nous attendait pour le réveillon et nous avait réservé un programme de dingue. Connaissant Louis, le contraire m'aurait étonné.

Nous avons donc bouclé nos valises et sommes arrivés dans un endroit incroyable. Un véritable palace au pied des pistes : 8 chambres, 4 salles de bain, un dortoir pour les enfants, piscine, jacuzzi, sauna, salle de sport, home cinéma, cave à vins à faire pâlir d'envie les plus grands restaurants étoilés, personnel de maison, je n'ai jamais vu autant de luxe concentré dans une seule demeure. Je n'ose même pas imaginer les tarifs outranciers qui sont appliqués pour une telle prestation. Nous pensions que Louis et Emma seraient seuls, mais non, nous avons été reçus par les parents de Louis, tous deux ravis de nous recevoir.

Après notre installation, ils nous ont emmené visiter la station. Ils connaissent tout le monde ici, presque tous les gens que l'on croise les saluent. J'étais un peu impressionnée je dois dire, pas tout à fait à l'aise, malgré l'accueil chaleureux de nos hôtes qui nous ont bien précisé que nous étions ici chez nous et que nous allions tous passer une très belle semaine. Les enfants, enchantés, ont tout de suite trouvé leurs marques.

En fin d'après-midi nous avons assisté à la descente aux flambeaux et profité du feu d'artifice, avant de rentrer nous préparer pour le diner. Une fois habillés pour la circonstance, nous nous sommes retrouvés dans l'immense salle à manger où une table dressée pour une vingtaine de convives nous attendaient. Comme chaque fois en de pareilles circonstances, c'est à dire lorsque je vais être en présence d'inconnus de façon inattendue et sans solutions de repli, il m'est monté une bouffée d'angoisse, une panique incontrôlable. J'ai commencé à être nerveuse, à me tordre les mains, à avoir chaud. Ces sensations se sont dissipées cependant, devant la simplicité des invités présents hier soir.

3
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Elisa01
  • mes maux fléchés
  • october
Partager l'écrit