Jeudi 27 Décembre 2018 - oh temps, suspend ton vol!

lu 64 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Hier, escortée de tous mes chats, je suis sortie dans le jardin à la nuit tombée. Il faisait très froid, l'herbe gelée scintillait comme autant de petits diamands. Le ciel était clair, aucun nuage ne venait embrumer la voute étoilée. Le regard pouvait se perdre loin, loin, aussi loin que l'imaginaire pouvait l'emporter. Qu'y a t'il derrière ce rideau noir, un autre monde? le néant? On ne le saura peut-être jamais.


Ca me fait bizarre d'être seule, Clément me manque, Stella aussi, et en même temps, je savoure pleinement cette pause dans mon quotidien. Ce matin je me suis levée à la même heure que d'habitude, j'ai fait mes 45 mn de vélo elliptique et mes 15 mn de rameur, pris ma douche, mon petit déjeuner et j'étais toute étonnée qu'il soit si tôt. Alors j'ai pris le temps d'accompagner Monsieur faire sa promenade dans le jardin. Le givre recouvrait tout, nacrait pelouse, arbustes et portail. Les mésanges affamées réclamaient leur pitence dans un concert de piaillements aigus. Sous la lumière étincelante de l'Etoile du Berger, la nature s'éveillait. Venus, l'étoile du matin, aussi mystérieuse que captivante, irradiait le ciel de sa beauté.


Pour me rendre au travail, j'ai emprunté la route des coteaux. Je me suis arrêtée pour admirer le lever du soleil. L'horizon était rouge, flamboyant. J'aurai bien prolongé un peu mes flâneries matinales, mais les premières lueurs du jour m'ont sortie de mes rêveries et déjà, hélas, il fallait redescendre sur terre. J'ai pensé qu'une très belle journée s'annonçait et c'est vrai, j'ai passé une excellente journée, j'en ai apprécié chaque seconde.


Ce soir, après le boulot, je ne suis pas rentrée directement à la maison. Je suis allée en ville, musarder dans les allées du parc. Je suis entrée dans cette librairie, lieu incontournable que j'avais l'habitude de fréquenter à l'époque où mes années de célibat ne donnaient pas le même sens au temps qui s'écoule. L'endroit a bien changé. Les anciens propriétaires ont pris leur retraite et le nouveau a transformé la vieille boutique aux étagères poussiéreuses en café lecture. C'est un concept audacieux qui semble avoir trouvé son public. J'adore!


Cette petite escapade m'a fait beaucoup de bien, elle m'a aéré la tête et délesté d'un poids, le poids de la routine. Routine que j'adore au demeurant, je ne la changerai pour rien au monde, mais aujourd'hui j'avais besoin de prendre mon temps, besoin de ne pas penser aux conséquence de la mauvaise gestion de ce fichu temps.

5
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Antileus
  • Hune
  • mes maux fléchés
  • colombine
  • october
Partager l'écrit