Mardi 23 Octobre 2018

lu 117 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Ah ces hommes! ils sont bien compliqués quand même, il faut les suivre.


Vendredi soir j'ai reçu une visite pour le moins innatendue. Après avoir récupéré la puce à la crèche je suis allée faire quelques courses en prévision du séjour de Robin qui va passer ses vacances avec nous. Tout juste arrivée à la maison, voila qu'une voiture que je ne connais pas se gare dans la cour. C'était Pierre qui attendait mon retour. Il s'excuse du dérangement, mais il a besoin de faire des photocopies du livret de famille et me demande si je peux lui remettre. Je l'invite à rentrer, il m'aide à décharger mes sacs et je lui demande de garder un oeil sur Stella pendant que je vais chercher les documents dont il a besoin.

Je pensais que c'était une visite éclair, qu'il ne s'attarderait pas, mais il s'est mis à parler et on ne pouvait plus l'arrêter. Il m'a d'abord complimenté sur la restauration de la maison, la façon dont j'avais embelli le jardin "C'est toujours ta passion ça, le jardinage. Tu sais que le petit jardin que tu as créé devant l'entrée du chais est toujours en place, et le patio devant les bureaux aussi. C'était très beau cet été, j'ai des photos, attends je vais te montrer". Il m'a fait voir les clichés, c'est vrai que c'est joli, les plantations se sont bien installées et ont parfaitement évolué.


On peut dire qu'il n'a pas été avare de compliments. Il m'a trouvée épanouie et s'est réjoui de me savoir heureuse. Il m'a avoué tout timidement m'avoir envoyé un bouquet à l'occasion de mon mariage, et un cadeau à la naissance de Stella, mais de façon anonyme, sans oser ajouter de carte. "Ta petite fille est magnifique, comme sa maman. Le temps n'a pas de prise sur toi. Tu es comme Sophie Marceau, tu approches les 50 ans mais tu en fais à peine 30".

Eh bien, eh bien, quel gentleman tout à coup.
Il m'a dit qu'il était très satisfait des vendanges, que la récolte était exceptionnelle et présageait d'un excellent millésime, qu'il s'était remis à la peinture et qu'il avait commencé une thérapie. Ca me fait plaisir qu'il se décide enfin, ça fait longtemps qu'il aurait dû le faire. Il avait visiblement très envie de parler, alors je l'ai convié à rester dîner. Il a accepté tout de suite, est allé jusqu'à sa voiture chercher deux paquets : une petite peluche pour la puce et une boîte de calissons pour moi. Délicate attention, il se souvient que c'est mon péché mignon.


Nous avons passé une bonne soirée. Une très bonne soirée même. Il a l'air d'aller bien. Nous avons beaucoup parlé du passé, de notre mariage. Il m'a demandé pardon, pour tout le mal qu'il m'a fait, pour m'avoir trompée, pour la façon dont sa mère m'a traitée, et m'a remerciée de ne pas avoir rendu la procédure de divorce plus difficile. Même si pour moi c'est de l'histoire ancienne et que j'ai complètement tourné la page, ça m'a fait du bien d'entendre ses excuses. Ca prouve qu'il reconnait m'avoir mené la vie dure, et que ça n'a pas toujours été facile pour moi. Je me suis toujours reproché l'échec de notre mariage, pensant de pas avoir été à la hauteur, ne pas avoir su imposer mon style. Ma candeur ne faisait pas le poids face au machiavélisme qui règne dans les grosses familles de la bourgeoisie de province, où trônent l'argent, les combines et les secrets, et où il n'y a pas de place pour le romantisme.


En riant, il m'a demandé s'il pouvait me poser une question indiscrète, en précisant bien que je n'étais pas obligée de répondre, mais en spécifiant qu'il était sûr que j'allais répondre. Il m'a demandé si j'aimais Clément plus que je ne l'avais aimé lui. J'ai eu un petit temps d'hésitation, je ne voulais pas lui faire de la peine, mais je lui ai quand même répondu que oui. Il a éclaté de rire. Il devrait rire plus souvent, ça lui va bien. Dommage qu'il se soit fermé à ce point, il est toujours aussi beau. Sa réponse m'a quelque peu décontenancée : "pourquoi? parce qu'il baise mieux que moi?". Pour le coup, c'est moi qui ai éclaté de rire. Pourquoi les hommes sont ils à ce point convaincus que la réussite d'un couple repose uniquement sur le sexe. Ma réponse lui a fait baisser les yeux "non, parce qu'en quelques semaines, Clément me connaissait mieux et en savait plus sur moi que toi en 15 ans de vie commune". Son visage s'est assombri. Il s'est confondu en excuses, en me disant qu'il n'avait pas su saisir sa chance, qu'il avait manqué le coche avec moi, qu'il n'avait pas su m'aimer comme je le méritais, qu'il m'avait sous estimée, qu'il était persuadé que je serai rentrée dans le moule, que je me serai résignée à devenir la parfaite petite épouse toute dévouée à un mari qui évolue dans un monde où on ne fait pas de vague et dans lequel l'essentiel est de sauver les apparences, de préserver sa réputation et son nom. Eh oui, tout comme mes parents, il n'a pas réussi à dompter mon esprit rebelle. Et quand il est question de sentiments, je ne sais pas faire semblant, je ne sais pas "faire avec".


Pierre m'a ensuite confié qu'il avait loué un petit appartement où il aime se réfugier, seul, lorsque l'atmosphère au domaine devient trop pesante. Comme je le comprends, l'ambiance dans cette grande maison est tellement oppressante. Je n'ai jamais supporté y vivre. Il m'a émue. Il pourrait être très heureux s'il arrivait à s'affranchir. Mais il est toujours sous emprise et n'a pas la force de caractère pour s'en défaire. J'espère de tout coeur qu'il rencontrera une femme qui l'aidera à s'émanciper, il n'est pas trop tard. Les priorité changent lorsqu'on prend de l'âge. A la mort de son père, il a repris les rennes de la propriété, mais il n'arrive toujours pas à s'imposer. Sa mère et sa soeur l'émasculent et l'empêchent de s'exprimer. Notre mariage n'a pas survécu à la pression familiale, le pouvoir de notre amour était moins fort que leur amour du pouvoir.

3
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Louna-s
  • october
  • Ravioli
Partager l'écrit