Lundi 15 Octobre 2018

lu 139 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Je crois que mon amitié avec Pat s'est définitivement consumée. J'avoues que j'ai un peu de mal à comprendre, un peu mal tout court d'ailleurs. Elle a l'air de tellement m'en vouloir. Elle n'est quand même pas restée sur cette proposition d'emploi déclinée, ce n'est pas son genre de stagner, ou alors je la connais beaucoup moins bien que je ne le pensais.

Samedi Sabine nous avait invitées à déjeuner chez elle. Cela faisait longtemps qu'on ne s'était pas retrouvé toutes les quatre, malgré cela je n'avais pas trop envie d'y aller. J'avais plutôt envie de rester en famille, à jardiner, nettoyer les massifs, planter les bulbes, un week-end au grand air pour décompresser. Mais Sab a beaucoup insisté en disant qu'elle avait une chose très importante à nous demander, et que le déjeuner ne s'éterniserait pas. Donc après la séance de bébé nageur, j'ai déposé Clément et la puce à la maison avant d'aller chez Sabine.

Comme toujours, elle s'était surpassée, c'était absolument délicieux. Elle avait préparé une salade avec des figues, des raisins et du fromage de chèvre, un saumon farci aux cèpes et une tarte aux mûres et au chocolat blanc. C'était succulent, vraiment elle a un talent inné pour la cuisine. On sent qu'elle y prend du plaisir et qu'elle y met tout son amour. Et de l'amour, Sabine, elle en a à revendre. On ne peut pas dire que Pat ait été agréable, bien au contraire. Elle n'a pas lâché son téléphone de tout le repas, s'intéressant à peine à la conversation, et quand elle daignait ouvrir la bouche, c'était pour lancer des piques. Bref, j'ai trouvé son attitude plus que déplacée, mais j'ai pris sur moi parce que mon opinion était sans doute influencée par notre dernière dispute et je ne voulais surtout pas ternir cette journée, d'autant plus que les deux autres ne sont pas au courant de notre querelle.

Après le dessert, Sabine est allée chercher un jeu de carte qu'elle a posé sur la table en nous proposant une petite partie. Et là, surprise, c'était un faire part de mariage. Super original comme annonce. Le grand jour est prévu le 24 novembre, elle voudrait que nous soyons toutes les trois ses témoins et que nous l'accompagnions pour choisir sa robe. Jusque là particulièrement silencieuse, Patricia a lancé d'un ton sec "ah ouais, et tu vas aller l'acheter où ta robe, chez Rondiva? Non parce qu'à moins d'un miracle après un petit séjour à Lourdes, je ne vois pas comment tu pourrais être présentable en moins de deux mois. Parce qu'au dessus du 42, ça ne ressemble plus à grand chose, et toi tu dois faire un 46, 48 non? Va falloir te ressaisir ma grande, on n'attrape les mouches avec du vinaigre". Magali lui a lancé un regard foudroyant en lui demandant "Qu'est ce qui te prend, t'es malade de balancer des trucs pareils". Sabine, à qui il en faut beaucoup pour éteindre le sourire, a répondu "c'est rien, elle n'a pas tort, je me suis un peu empâtée, mais Jérôme adore, il dit que je ressemble à une statue grecque. Allez les filles, on va pas s'engueuler aujourd'hui, on va boire un coup pour fêter ça, je suis tellement heureuse si vous saviez!". Elle a débouché une bouteille de champagne et on a trinqué à la santé de la future mariée. J'ai juste trempé mes lèvres et Sabine s'est étonnée que je ne boive pas ma coupe. Je ne voulais rien dire pour le bébé, c'était la journée de Sabine, hors de question d'attirer l'attention sur moi. J'ai prétexté une migraine, ce qui n'était pas faux, mais Patricia, pas très subtile, "ne me dis pas que tu es enceinte! mais t'es une vraie pondeuse ma parole, c'est pas possible". Je m'étais retenue tout le long du repas pour ne pas lacérer de mes ongles sa figure des mauvais jours, mais là elle m'a trop gavé.

"C'est quoi ton problème exactement, Pat?"

'Oh, Madame Peace and Love sort ses griffes. Toujours la même, grand défenseur des causes perdues. Il y a que, je suis bien désolée, mais Sabine est grosse. Elle n'est pas ronde, elle n'est pas pulpeuse, ELLE EST GROSSE, il faut appeler un chat un chat. ET toi, tu m'écoeure à nous balancer tout le temps ton bonheur à la figure. Ta vie parfaite, ta fille parfaite, ton mari parfait! Tu peux pas critiquer un peu de temps en temps, histoire d'être comme tout le monde. Tu as tellement changé depuis que tu es avec Clément, c'est dingue je ne te reconnais plus. Ce type là, il te fait du mal, il t'empêche d'avancer, il t'étouffe, il te vampirise. Ca doit être un super coup au pieu pour qu'il te mette dans un état pareil. Quoique je dis ça, je n'en sais rien, parce qu'avec toi, on ne sait jamais rien. Madame a ses petit secrets, qu'elle partage pas, même avec ses copines. Ben je suis désolée, mais c'est pas ça être copines. Entre copines, on se dit tout. Toi on a toujours l'impression que t'as pas confiance. Et ça m'énerve. Et, s'adressant à Magali "et toi tu devrais prendre fissa rendez vous chez ton esthéticienne, tu as une peau dégueulasse!". Elle a ramassé son sac Lanselle, ses lunettes Gucci, s'est dirigée vers la porte en faisant claquer les talons de ses Louboutin, est remontée dans son 4X4 Mercedes et a démarré en trombe en faisant crisser les pneus sur les graviers.


Nous sommes restées comme deux ronds de flan, Qu'est ce qui lui arrive, elle n'a jamais été comme ça. Magali m'a dit de ne surtout pas lui chercher d'excuses, que c'était une connasse prétentieuse et qu'elle ne la supportait plus. Qu'elle ne l'avait jamais aimée en fait, qu'elle ne l'avait jamais portée dans son coeur mais qu'elle avait toujours pris sur elle pour ne pas me décevoir, parce que ça me faisait plaisir qu'on se réunisse toutes les quatre, et qu'elle n'avait jamais compris comment je pouvais être amie avec une punaise pareille. Sabine semblait d'accord avec elle. Bien sûr, ce sont des réactions à vif, mais ça voudrait donc dire que depuis 5 ans elles font semblant... uniquement pour me faire plaisir. Et moi je n'ai rien vu. Je suis stupide.

4
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Addam
  • Philophobia
  • colombine
  • october
Partager l'écrit