Dimanche 09 Septembre 2018

lu 173 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Je viens de terminer le livre d'Ovidie "à un clic du pire". C'est vrai Journal que tout ce qu'elle affirme fait peur. D'ailleurs, il m'a suffit de taper son nom, juste pour en savoir un peu plus sur elle en tant que journaliste et écrivain, pour me voir immédiatement proposer un accès libre à des vidéos pornos, avec des images très très hard. Aucun filtre, aucune vérification.

Je ne peux pas m'empêcher de penser à Robin, qui vient d'entrer au collège, et me demander comment le protéger de toute cette violence visuelle, dans une société où tout est hyper sexualisé.

Je sais qu'il parle beaucoup avec son père, qu'aucun sujet n'est tabou entre eux, mais je m'inquiète quand même. Il va bientôt avoir 11 ans, c'est encore un petit garçon, même s'il est très mûr pour son âge. Clément, sa maman et moi comptons beaucoup sur cette maturité et lui faisons entièrement confiance. Mais nous ne négligeons pas l'effet de groupe, c'est si facile de se laisser convaincre et entrainer à cet âge. Les adolescents sont cruels et sont souvent impitoyables avec les plus faibles. Ils se font un défi de transgresser les règles, et ceux qui ne suivent pas sont souvent exclus, montrés du doigt, voire harcelés.


Nous en avons discuté tout à l'heure avec Tiphaine, la maman de Robin. Ses deux derniers garçons sont encore petits puisqu'ils ont 3 et 5 ans, mais les deux fils de son mari ont 13 et 15 ans et n'ont pas reçu la même éducation, ne bénéficient pas de la même capacité d'écoute et de dialogue que leurs demi-frères. Donc elle aussi s'inquiète et reste très vigilante.

La sexualité est une affaire intime qui ne devrait pas subir de pression sociale. Elle est naturelle, les questions que les enfants se posent aussi, mais ils doivent la découvrir à leur rythme. Dans ce domaine, il ne devrait avoir ni normes, ni obligations, mais beaucoup de respect. Respect de soi, et respect de l'autre. La peur n'évite pas le danger, mais elle permet de rester en alerte. Alerte et disponibilité maximales pour les deux mamans que nous sommes.

4
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Elisa01
  • Evana 19
  • Oxymore
  • Philophobia
Partager l'écrit