Dimanche 12 Août 2018

lu 108 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Je suis là où la pluie commence,
Je suis là où la pluie finit.
Je suis la paix et le silence,
La source reflétant la nuit.
Ne me demandez pas pourquoi
Je vois les arbres me sourire,
Les fauvettes fondre de joie,
Le ciel de juin s'approfondir,
Pourquoi je me sens comme un champ
Où, dès l'aube déjà, l'on sème
Autant de joie que de froment.

Vendredi, nous sommes partis à la découverte de la faune. Guidés par Damien nous sommes montés dans les alpages dans l'espoir d'observer chamois, bouquetins et marmottes. Ce sont des animaux craintifs, toujours sur le qui-vive, et on n'avait aucune garantie d'en apercevoir. Nous avons fait un pique-nique au milieu des vaches, imperturbables devant ces envahisseurs venus occuper leur territoire le temps d'un déjeuner. Il y avait beaucoup de rapaces, et Damien nous a prévenu qu'il serait étonnant qu'on puisse voir les marmottes, en alerte face à ce danger venu du ciel. Il a quand même repéré quelques bouquetins se reposant sur une crête. Sans son oeil affuté, ils seraient passés inaperçus, car ils se fondent complètement au décors. Un peu déçus de ne pas avoir vu les petites reines des prés, nous avons repris notre route et pour rejoindre la ferme, Damien nous a fait redescendre par la cascade où un peu de fraicheur nous a fait le plus grand bien. C'était une bien belle randonnée, je ne me lasse pas de ce paysage préservé, exempt de fioritures. La nature parle, et elle a beaucoup de belles choses à dire.


Hier, nous avons passé l'après-midi au bord du lac. Baignade, bronzage, concours de ricochets et fou rire autour du jeu du post-it ont fait passer à tous une excellente journée. Le soir venu on n'avait pas trop envie de rentrer. Le repas du soir étant prêt, Christophe m'a proposé de faire un saut jusqu'à la maison et de ramener de quoi manger au bord de l'eau. Approuvé à l'unanimité! Après le diner, on est resté admirer le coucher de soleil sur les cimes. Je trouve que la tombée de la nuit est toujours un moment magique. J'aime le crépuscule, l'heure bleue, tous ces parfums qui viennent de partout et de nulle part. Je sais Journal, je me répète, mais je suis faite pour la vie au grand air. C'est une vraie prise de conscience ces vacances, ou plutôt non, un rappel de ce que j'aime et de ce que je suis vraiment.

Notre activité du jour était culturelle et locale. Déambulation entre les stands du marché voyageur des artisans créateurs, rien que le titre de la manifestation te fait rêver. Ensuite nous avons assisté au concert donné à l'église. Original ce concert, très éclectique, je m'attendais à de la musique de chambre et bien pas du tout.


Ce soir je me fais servir, les hommes se mettent aux fourneaux. Il ont allumé le barbecue, j'en déduis que ce sera grillades. Clément a dressé la table, allumé plein de bougies et débouché le rosé. Il est détendu mon petit mari, il se sent bien ici, ça se voit. Il est avec son fils, son frère, son grand copain Seb, Mika et Tarik qu'il adore, et Christophe qu'il apprécie de plus en plus, même s'il me dit fréquemment pour plaisanter qu'il l'a à l'oeil, allusion aux vacances de l'an dernier pendant lesquelles il n'a pas arrêté de me faire des scènes de jalousie à cause de Chris. Il a enfin compris que Christophe est un ami et qu'il n'avait rien à craindre de lui, ni de quiconque d'ailleurs.

Maurice Carême

2
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Lettreperdue
  • colombine
Partager l'écrit