Lundi 02 Juillet 2018

lu 140 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Je l'appréhendais ce moment, je savais que ç'allait être difficile, mais pas à ce point. Heureusement Clément m'a accompagnée, sinon je crois que je n'aurai pas pu. Perdre mon bébé de vue, de bras, pendant 10 longues heures, c'est une étape difficile, une épreuve même.


Ce matin nous avons déposé la puce chez Odile, notre voisine. C'est elle qui va la garder jusqu'à vendredi. Je pensais m'être bien préparée puisque depuis deux semaines je lui laisse Stella un peu tous les jours, histoire que la séparation ne soit pas trop brutale, mais au moment de partir, lorsque j'ai déposé Boop, le doudou lapin, près d'elle, j'ai bien cru que j'allais me mettre à pleurer. Son papa aussi était ému, d'autant plus qu'il ne reverra pas sa petite souris avant deux semaines.Je sais que mon bébé va être bien, et je préfère nettement qu'elle soit gardée par une personne que je connais et en qui j'ai confiance plutôt que la laisser à une parfaite inconnue.


Je n'ai pas voulu donner de conseils à Odile, elle est maman, et grand-maman, elle sait s'y prendre, j'ai simplement donné quelques indications sur le rythme de Stella, sur ses préférences. Mais pendant tout le trajet qui me menait au travail, je n'ai pas arrêté de me demander si Odile allait savoir la coucher, lui donner le biberon, la changer ... comme moi. Parce que c'est aussi ça le problème, c'est très narcissique. Puis je me suis dit que le plus important n'était pas qu'elle fasse à ma manière, mais que mon bébé soit bien. Parce qu'après tout, c'est ce qui compte. Qu'au moment du change nounou pose Stella sur la couche ou glisse la couche sous Stella n'est qu'un détail. Du moment que mon bébé est chouchouté, dorloté, nourri, changé, qu'on s'occupe de son bien-être et qu'il revoit sa maman le soir, pour lui tout va bien. Dans l'histoire, c'est moi qui morfle le plus.


Lorsque je suis arrivée au boulot, je n'avais pas du tout les yeux rougis par les larmes que je n'ai pas versé (la vilaine menteuse). Un petit bouquet de fleurs m'attendait sur un bureau super bien rangé et Mika préparait le café. Nous allons travailler en binôme cette semaine, le temps que je reprenne mes marques. Son contrat se termine vendredi soir et à partir de la semaine prochaine, c'est lui qui prend le relai de nounou Odile. Jusqu'à son entrée à la crèche, Stella sera gardée par ses parrains.


Ma journée de reprise s'est bien passée. J'ai retrouvé mon BigBoss, qui est très satisfait du travail fourni par Mika pendant mon absence, et mes chers (pas tous) collègues.


A 18h30 j'ai récupéré la puce. Tout s'est très bien passé, elle a été sage, comme d'habitude, et visiblement elle n'était pas du tout perturbée, je suis donc un peu plus sereine pour demain. Elle m'a accueilli en plissant sa petite frimousse, comme elle fait toujours quand elle est contente, et je n'ai pas pu me retenir de verser ma petite larme. Mon bébé, mon petit coeur! Je viens de lui donner le bain, je lui ai raconté ma journée, elle m'a raconté la sienne, et maintenant elle dort. Rien n'a changé. Pas de pleurs, pas de cris, pas de stress. Si ce petit bout de 4 mois arrive à gérer la situation, je devrais y parvenir aussi, il n'y a aucune raison.

10
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Philophobia
  • lucie srevat
  • colombine
  • Smartine
  • Elisa01
  • Kayx
  • Hune
  • Esperluette
  • Scy
  • Evana 19
Partager l'écrit