Vendredi 29 Juin 2018

lu 156 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Ce n'est pas ma journée, mon thème astral ne doit pas être fameux. Saturne aurait dû être en verseau et c'est Mercure qui lui est passé devant, ou un truc dans ce genre là. Personne n'est à sa place et ça fout le bordel dans mes chakras.

Mais non Journal, tu sais bien que je ne crois pas en l'astrologie, mais quand ça ne va pas, c'est toujours la faute à …


Bon, par où commencer? Allez, débarrassons-nous d'abord de la mauvaise nouvelle.

Mon cher et tendre m'annonce ce matin qu'il repart lundi pour une tournée de deux semaines. Toujours cette fichue usine boulimique de pièces détachées, nichée au fin fond de l'Europe, qui réclame sa ration pour satisfaire l'apétit de ses chaines de montage. Il avait promis qu'après la naissance du bébé il n'accepterait plus de missions aussi longues. Donc j'enrage. Evidemment que je ne vais pas lui faire une scène, je sais bien qu'il est redevable à son patron. Chaque fois qu'il a besoin de descendre sur Lyon le vendredi ou le lundi pour récupérer ou déposer Robin, son exploitant lui trouve toujours une tournée qui l'arrange. Mais quand même, j'enrage.


Ensuite j'ai eu droit à une leçon de morale de madame ma mère qui n'a pas encore compris qu'à 45 ans et toutes mes dents j'ai droit à mon libre arbitre.

Ma famille ne déroge pas à la règle. Elle aussi a un oncle avec un humour bien à lui, qui tâte le terrain avec des sous-entendus pour connaître les opinions politiques de chacun. Ce même oncle va, quelques verres plus tard, faire des blagues bien vulgaires et bien racistes avec un sourire de fierté abrutie, se permettre des allusions et des gestes déplacés auprès de la gente féminine, et qui, plus l'heure avance, devient tellement lourdingue qu'en général la soirée dégénère.

Ouiii Journal, tu y est, tu l'a reconnu, tonton Jacky!, le "beau"-frère de maman.

Tu connais la chanson :

"on choisit ses copains, mais rarement sa famille,

Y'a un gonze mine de rien qu'a marié ma tantine, ...".

Et bien le dit oncle s'était mis dans la tête de nous inviter à passer le week-en dans sa RéSIDENNNCE SECONNNDAIRE, un mobil home à Berck.

Berck, Berck, Berck, Berck, Berck !!! Je n'ai rien contre Berck, mais j'ai beaucoup contre tonton. Il a ruiné notre petite réception en l'honneur de Stella qu'on avait organisé le week-end de Pentecôte. Déjà que je l'avais invité à contre coeur, pour faire plaisir à maman. Alors hors de question d'aller passer deux jours, 48 heures, 2880 minutes, avec cet individu.

Du coup maman n'est pas contente, elle m'a fait un topo sur la famille, les valeurs, les traditions, la politesse (la politesse!, non mais je rêve), et caeteri, et caetera ... M'en fous !!!


Ensuite je me suis engueulée avec monsieur mon frère, qui voulait nous inviter à un barbecue demain soir.

Mais qu'est ce qu'ils ont tous à vouloir nous inviter? Ce week-end on a décidé de rester rien que nous trois, chez nous, au frais. D'abord parce que je ne vais pas revoir mon chéri avant deux semaines, ensuite parce que je reprends le boulot lundi et qu'il faut que je me prépare psychologiquement, au calme, à laisser ma choupette. Du coup frérot n'est pas content, il m'a fait des reproches à n'en plus finir, et m'a dit des trucs pas très sympas. Tant pis, il va se calmer.


Mon frère et ma belle soeur sont des fêtards invétérés. Tous les week end, du vendredi soir au dimanche midi inclus, lorsque Batiste n'est pas de garde, ils font la chouille. Leur maison est toujours remplies "d'amis", rarement les mêmes à deux ou trois exceptions prêt, tous agglutinés devant le bar ou autour de la piscine l'été, largement alcoolisés, souvent grossiers, l'un allant souvent avec l'autre. Tu ne peux discuter avec personne puisqu'ils roulent tous sous la table au bout d'une heure, et lorsqu'ils ont tous dépassé les 4 grammes, leur loisir favori est de "chopper la première meuf qui passe pour la mettre à poil et la balancer à la flotte" pour ensuite poster les photos sur FB. Désolée, mais moi ce n'est pas mon kif. C'est leur façon de vivre, je ne juge pas, ça leur plait, ils ne supportent pas une maison vide, ni d'être seuls. A tel point que lorsqu'ils partent en vacances tous les trois avec Sacha, ils s'ennuient.

Clément et moi sommes plus casaniers. Nous aimons beaucoup recevoir notre petit cercle d'amis proches, mais nous aimons aussi la solitude. La solitude à deux, pour nos moments d'intimité nécessaires à l'harmonie de notre couple, et aussi la solitude chacun de notre côté. C'est vrai qu'on n'est pas extraverti, mais ça ne fait pas de nous des coincés pour autant. On n'est pas des saints non plus, ça nous est déjà arrivé de boire un petit verre de trop, mais on n'a pas besoin de l'alcool pour se sentir bien, et on passe de très bonnes soirées sans picoler au point de ne plus savoir comment on s'appelle. On ne se sent pas à l'aise dans le monde des noceurs, et qui plus est on ne sait pas faire semblant. A chacun sa nature, l'essentiel pour moi est de respecter celle des autres.
Et puis ça veut dire quoi faire la fête? Pour moi "faire" signifie "fabriquer", ce n'est donc pas naturel, spontané. En tout cas pour moi. Je ne sais pas faire la fête. Je m'amuse, souvent, beaucoup, mais pas en grimpant sur une table pour faire tourner ma petite culotte au dessus de ma tête, ni vomir tripes et boyaux dans les rosiers.


Ce week-end, on a envie de farniente, de glandouille, de sieste crapuleuse, de câlins sous la couette (ou sans couette), des bisous baveux de notre petite princesse, et de rien d'autre.

4
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Scy
  • colombine
  • Evana 19
  • lucie srevat
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !