Mercredi 28 Mars 2018

lu 194 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Il me stresse ce repas de famille Journal si tu savais. Savoir que Gilles, mon père, mon frère et ma belle soeur vont se retrouver autour d'une même table me met dans un état. Gilles, le compagnon de ma belle mère, est quelqu'un de charmant. Raffiné, cultivé, épicurien, il est tout à fait conscient de son pouvoir de séduction. Très bon orateur, il sait capter l'attention, et adore qu'on l'écoute (en même temps il a beaucoup de choses très intéressantes à dire). Mais dès qu'il s'agit de politique il devient très virulent, voire agressif. Je sais qu'il ne partage pas du tout les mêmes idées que papa et mon frère, et que ces derniers démarrent au quart de tour, donc cela risque de faire des étincelles. Quant à Karine, ma belle soeur, elle adore jeter de l'huile sur le feu. Elle est super gentille, rigolote, mais c'est une fouteuse de merde, elle ne peut pas s'en empêcher. Dès qu'elle sent qu'une situation est en train de dégénérer, il faut qu'elle en rajoute, ce qui fait qu'à la fin tout le monde s'engueule. Bon, on verra bien. De toute façon, on ne pourra pas passer notre journée à tenter d'éviter certains sujets de conversation.

Nelly et Gilles ont appelé dimanche pour savoir s'ils pouvaient venir passer le week end de Paques avec nous. Bien sûr, il n'y a aucun souci. Ils arriveront vendredi dans la soirée, après avoir récupéré Robin à la sortie de l'école. Clément s'est dit qu'il était temps que les deux familles fassent enfin connaissance et nous avons donc invité mes parents, mon frère et Damien. Je sais qu'il n'aime pas beaucoup les réunions de famille, mais s'il veut se joindre à nous il sera le bienvenu. Pour ménager les susceptibilités et qu'il n'y ait pas de jalousie mal placée, nous avons proposé à mes parents de rester dormir ici dimanche soir et de passer le lundi avec nous. A l'occasion de Pâques, le traditionnel marché dominical a été décalé au lundi. Ce sera un grand marché fermier, nous pourrons donc tous aller nous y promener. Comme ça je n'aurai peut-être pas droit au sempiternel reproche de faire passer ma belle famille avant la mienne, comme lorsque j'étais marié avec Pierre. J'avoues Journal, j'en ai un peu assez de devoir en permanence ménager le chou et la chèvre, mais j'ai tellement envie d'harmonie et de paix.

Je viens de terminer mon pliage de serviettes, en forme de lapins, pour amuser Sacha. Et en cherchant un tuto pour les réaliser, je suis tombée sur cette idée sympa de rideau en papier. J'ai fait un patron et j'en ai réalisé plusieurs avec des chutes de papier peint et de papier cadeau. J'ai le temps de faire des travaux manuels en ce moment, la puce dort 20 heures par jour. Pour la déco de table, ce sera jaune, vert et blanc, les couleurs du printemps.


Là je planche sur mon menu, ça fait trois fois que je le refais. Il faut que je me décide, je n'ai pas envie de faire mes courses en 36 fois, avec un bébé ce n'est pas évident de courir les magasins. Je ne veux pas faire trop traditionnel, mais il y a des incontournables. Et je n'ai pas envie non plus d'une grosse bouffe qui nous plombe à notre chaise, on peut se régaler léger. J'ai envie de fraicheur, d'abandonner les plats d'hiver roborants pour faire la part belle aux produits printaniers.

Des asperges, c'est excellent ça les asperges, gratinées avec une petite sauce à la crème. Allez, je mets ça sur ma liste. Ensuite il faut que je fasse du gigot, c'est obligatoire. Si je n'en sers pas, mon père va me rabâcher toute la journée que l'agneau est indissociable de Pâques, qu'on ne respecte pas la tradition si on n'en fait pas, blabli blabla. De plus, je suis certaine qu'il va apporter une bouteille d'un vin qui s'accorde avec cette viande. Il aura mis des heures à le choisir, il n'aura lésiné ni sur la qualité ni sur le prix pour impressionner tout le monde, donc s'il n'y en a pas il va être déçu et il va faire la tête toute la journée. Donc gigot d'agneau! Et bien voila, on avance. Ensuite un gros plat de salades et un beau plateau de fromages. Je crois qu'il me reste de la pâte de coingt pour l'accompagner. Pour le dessert, il faut qu'il y ait du chocolat. Sauf que je ne suis pas douée pour travailler le chocolat, ce n'est pas mon fort. C'est toujours ou trop dur, ou trop mou, ou carrément raté. Je vais opter pour un dessert aux fruits, avec une sauce au chocolat. Une charlotte aux poires tiens.

Et pour le repas du soir, j'ai prévu du brochet que j'ai acheté à Jean-Claude. Il en a pris plusieurs à la pêche. C'est un mets de choix, je n'en ai jamais mangé je dois dire. Il faut que je regarde comment ça se prépare ces bêtes là.

On aura eu de temps d'éliminer les calories du déjeuner, Philippe notre maire est passé ce matin pour dire qu'il organisait une chasse aux oeufs dimanche après-midi pour les habitants du village et leurs invités. Les gamins vont être contents, les petits comme les grands.
Pour le lundi, Nelly m'a demandé de ne m'occuper de rien, elle amène des produits de sa région pour nous les faire découvrir. C'est bien, un casse tête en moins!


Je vais préparer les chambres et demain j'ira en ville faire les courses. Il faut que je pense aux chocolats. Ceux que nous allons dissimuler dans le jardin pour Sacha, et Robin, et ceux que nous allons apporter à la mairie pour la chasse de dimanche.

Ca me fait très plaisir de recevoir et de réunir tout le monde, mais j'espère que ça va bien se passer. Je sens que Clément commence à perdre patience et je sais qu'il n'a pas très bien pris les leçons de morale données par mes parents au restaurant l'autre jour (et encore, je ne lui ait pas répété ce que papa m'a dit en aparté). J'espère que le sujet du baptême ne va pas revenir sur le tapis. Je ne tiens pas à ce que la réunion de famille se termine en eau de boudin.

7
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Philophobia
  • Mavieselonmoi 2.0
  • Elisa01
  • Lizo
  • Scy
  • Aeliassa
  • colombine
Partager l'écrit