grosses fatigues

lu 325 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages
♫ Musique d'ambiance : [source]

Chargement de la musique...



Ca y est j' ai dit à R. que c'était ok pour samedi. J'ai embellis sa journée à en croire le grand sourire qu'il m' a décoché. "Trop cool" qu'il me dit, "si tu veux je passe chez toi, on boit un verre et on va diner". T'emballes pas le soin palliatif, d'ici à ce que tu mettes un pied chez moi de l'eau aura coulé sous les ponts! Je ne suis pas du tout prête à te faire entrer dans mon univers. Ma maison, c'est mon refuge, mon antre, ma caverne, on n'y entre pas comme ça, il faut montrer pattes blanches, réussir l'examen de passage.

"Je préfères qu'on aille boire un verre en ville" je lui réponds.

"Comme tu veux. T'as une préférence pour le resto?"

" Surprends-moi!" lui ai répondu avec un petit air que j'ai voulu malicieux (aïe, j'espère qu'il ne va pas m'emmener déguster des sauterelles grillées ou des chenilles confites!"

J'ai lu dans son regard que ma réponse avait fait son petit effet. Ce "surprends-moi" avait éveillé ses sens je crois, et il avait le pouvoir de décision (les poids des mots, le choc de l'égo).

Sinon, mon petit journal, tu penses bien que je suis crevée. Et comme chaque fois que je suis fatiguée, je n'ai AUCUNE patience. Du coup, au boulot, je joue le remake de "Femme au bord de la crise de nerf".. Je n'avance pas, je râle tout le temps. Bref, faut pas m'emmerder. Les collègues ne me reconnaissent plus, ils pensent que j'ai la grippe. Une angine neuronale, oui! A force d'exposer l'intérieur de ma tête aux courants d'air.

2
+1
Ils aiment cet écrit :
  • SevenSeven
  • meandre
Partager l'écrit