Souffrances

lu 35 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Les vies en moi se sont des protections ou des réalités?
Incompréhension de savoir comment dialoguer, confusion et distorsions.
Je n'ai jamais terminé quelques chose dans ma vie à par les courses.
Dans les relations amoureuses une psychotique ne pourra jamais terminé, une psychotique ne vie pas, il doit y avoir une volonté pour vivre car chaque instant est un combat, un manque de confiance en soit.
La première foi c'était horrible, pour réussir malgré la douleur d'accumuler avants je me suis créé des vie antérieure pour lutter et pour achevé cette histoire, je l'es affronter comme une guerre intérieure sans pour autant pouvoir me défendre dans la réalité.
J'était effrayé, violé depuis un moment par des choses invisibles mais ça personne peux savoir ce que ça fait comme douleurs, la première foi était bien réel j'était même pas capable de parler, m'exprimer parce que je pensais à tous ses viol, à une sortie et à toute les sorties... J'ai jamais su parler sans afficher un faux sourire nerveux par peur de dire ce qu'il ce passe réellement en moi, peur de dire que j'ai peur d'être en face des autres alors, comment voulait tu que je vivent m'a première foi avec le pire individu, c'était le pire au moins j'était sûr d'être bien dégoûté, j'ai dit oui puis non et il m'a dit si, si puis il m'a fermement serre le bras tout en étant dans le noir sans rien voir, j'était sans papa maman ni même mon frère je me suis dit allée essaye au moins d'y parvenir à percé ce trou puis, même si c'était sans amour et sans connaître la personne de plus de 2heure j'ai fermé les yeux puis tout le lendemain matin j'ai fait semblant et j'ai souris comme si j'était une habituer...
Il est repartit me laissant seule, j'ai dormis enfin... puis à mon réveil j'ai commencé par vivre l'enfer.
Les effet secondaire de la pilule du lendemain, j'ai arrêter de manger, j'ai était courir, je me suis frapper, j'ai pleuré, j'ai pensé à vraiment tout pour réussir par me calmé car j'était seule pendant toute une semaine... J'ai était chez mamie et papy, chez tata tout en rigolant comme si de rien était puis j'ai continué à discuter avec lui a distance, il a commencé par m'insulter car j'avais peur, à me menacé, c'était le pire qu'il pouvait m'offrir puis j'ai finalement pro mon courage à deux mains pour demander à tata un peux d'aide, juste pour acheter un test de grossesse sans rien rien de plus.
J'ai angoissé pendant des mois pour tout cela, il est revenue harceler chaque mois avec des messages insultants.
J'en pouvait plus, j'avais en moi mes vies antérieure alors comme j'était à bout j'ai finalement pris la décision d'en parler à maman après plusieurs crise de tristesse à cause du service pour personne handicapée.
Ça aura pris plusieurs années...
Maman ne m'a rien dit à par, vie avec.
Comme pour tout elle est très froide...
J'était harcelé et j'ai était mit à bout au point de ne pas vouloir aller en vacance car j'en pouvait plus de recevoir des messages, l'attente et ses attente...
J'était bloquer par mes sensations étrange et il me promettait des soins comme si sont entourage était des sages.
Avant ca il avait déjà coucher avec des filles, par ma faute, tout ce qu'il faisait était de m'a fautes et moi je voulait réussir à m'en sortir... J'était accablé et mal dans m'a peau.
Voilà à peux près...
Après ses viol fantomatique qui ont durée 8 année dû à une mauvaise rencontre sur internet plein de gens me disait que j'était foutu, mal barré, sous emprise, il sont croyant et moi j'était malade psychologiquement et je ressentais réellement des viol nuit et jours, pendant mes cours d'école, partout et ca devenais monstrueux.
J'en n'ai parler à ma mère... J'en n'ai parler m'a psy... a des gens que je connaissait pas, que je ne voyais pas et à chaque déception j'était comme morte. Je grillé mes yeux à travers l'ordinateur à la recherche d'une faille pour me démêler l'esprit... Apaisé mon corps...
Je voulait retombé en enfance tellement j'était épuisé de ses attouchements fantomatiques, les gens qui m'on écouté se sont jouer de moi de toute les manières possible, j'ai montrer mon corps nue et toute une école que je connaissais pas m'a vue, je me suis monté des filme, je suis resté seule pour ne plus faire de rencontre mais j'avais toujours des monstre sur mon corps.
Mon âme c'est battue contre du vide, j'ai pleurer à cause des gens...
Je dévoile ce que peux être la psychose sans médicaments, les moment suicidaire était même pas pris en compte... Je ne voulait plus prendre de médicaments car c'était comme si tout avait basculé à cause de cette rencontre virtuel, le pénis du garçon et ses mots m'on choqué j'avais 13ans.
C'est comme si il avait pris le contrôle sur ma vie, j'ai commencé à ressentir mon première viol dans la nuit et ça m'a fait tremblé, j'avais les symptômes d'une magie noire.
J'était folle et suicidaire.
Je n'ai pas envie de raconter plus de détails sinon il y en n'a long.
Aujourd'hui ca va un peut mieux même si quand jetait petite j'entendais des voix et j'avais un lien d'amitiés avec ses présences, ses présences sont toujours la avec moi, elles sont différente comme à chaque age, la vie me réserve bien d'autre surprise... même si j'ai l'impression d'être toujours à côté de la plaque.
Quand des garçons me parle, je me dit qu'il y a pas une grande différence avec ce que je subis... sont t'il toujours aussi méchant...
Quand j'ai peur je devient infranchissable, une barrière même si j'ai besoin d'aide.
C'est dure de décrire ma maladie car j'ai l'impression de présenté une folle dingue alors que en vrais je suis tout à fait normal...
C'est ça qu'il faut accepté le fait de paraitre comme n'importe qui voir une personne très généreuse mais en vrais d'avoir une fragilité plus poussé que la moyenne.
Je me pose énormément de questions pour m'en sortir et c'est ca qui fascine les garçons...
Je ne ferais plus jamais l'amour, ont n'a toujours une 2ème chance mais c'est ca qui va me garder en vie... tout ce qui est important à mes yeux ne le sont pas pour les gens normaux donc je doit refusé et me protéger.
La vie c'est comme la course à pied, sauf que je n'arrive pas à vivre je suis hors jeux... Quand je pense à mon avenir je n'imagine rien, juste des gens qui m'écoute parler et des aident avec des professionnels.
Je n'ai aucune confiance en moi et je crois que c'est pour ca que je n'ai pas peur de dévoilé tout ce qu'il me passe par la tête, j'ai peur...

J'ai envie de rajouté,
Si ont ne fais rien pour la nature j'ai peur que certaine naissance soit des enfants malade avec des vies comme la mienne.
Ce qui est bien par contre c'est que pour m'a part j'ai beaucoup de respect pour la nature.

4
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Lavi
  • Ravioli
  • Maryline_du_59
  • Philophobia
Partager l'écrit
Ravioli
Ravioli :

C'est un écrit très lourd de sentiments que tu nous as fait là. Tu dois en avoir vraiment très gros sur la patate mais écrire semble te faire du bien.

Lavi
Lavi :

Dure à lire. Bonne chance.