Trop plein.

lu 33 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

J,
ça faisait longtemps tiens une bonne insomnie des familles... bon c'est raisonnable il n'est pas encore deux heures quand je commence ce texte. Mais j'ai cours à 8h15 donc bientôt...

Trop d'angoisses remontent. J'ai eu un flashback de l'incendie à midi : dans la déco du café où on a mangé avec Émilie et Wivine, un doudou tomate, exactement comme celui que j'avais quand j'étais gamine. Ça m'a ému, en bien, plein de doux souvenirs d'enfance qui reviennent... aussitôt teintés de «et mon doudou tomate a cramé avec tout le reste de mon enfance». En plus dans ma série du moment un personnage commence à souffrir de PTSD et rien que ça c'est limite déclencheur d'anxiété pour moi.

J'ai fait du shopping avec les copines et du coup je culpabilise, parce que l'argent c'est encore une énième source d'angoisse pour moi. J'ai grandi dans une famille où on ne parle jamais d'argent, ou on ne m'a jamais appris la valeur des choses ou comment faire ses comptes... donc malgré le fait que je suis partie de la maison il y a bientôt sept ans, je galère encore avec ça. En plus j'ai pas dépensé tant de sous que ça : des lunettes de soleil, une ceinture, un t-shirt en coton, trois paires de chaussettes à motifs rigolos et une extension de Time Stories pour jouer avec Antho, soit un total de 45€ dont 25€ pour le jeu.

Hier j'ai oublié d'aller dîner chez ma tante avec mon chéri. Je m'en suis souvenu vers 19h15, trop tard pour faire le trajet, pas très cool de devoir la prévenir quinze minutes avant qu'en fait on venait pas. Elle avait commandé des sushis en plus. Mais c'est surtout le sentiment de culpabilité et d'être nulle qui m'a mis un coup.

Et enfin... Éline et Lukas, et le Projet. Source d'angoisse principale ces jours-ci. J'ai lâché un dévastateur «Bon, à mardi prochain» à la fin du cours mardi dernier et depuis j'évite de croiser leur regard... Silence radio de leur part également, et on a toujours pas travaillé ensemble depuis au moins 2 semaines. Si j'ai dit ça c'était pour exprimer ma frustration d'une situation que je n'arrive pas à débloquer. Non, on ne peut pas juste se voir le mardi pour bosser, surtout si le mardi je suis la seule à bosser. Comment faire ? Je suis fatiguée d'avoir l'impression d'être la seule à m'en soucier. Je suis très en colère. Je suis dans l'affect. Trop. Une partie de moi a envie de refaire un pas vers eux, relancer le dialogue, reproposer encore une séance de travail... l'autre partie de moi se dit que ce n'est pas à moi de faire ce pas, que j'en ai fait beaucoup des pas contre pas grand chose en face, que ce n'est pas leur rendre service de les laisser sur leur petit nuage confortable où je fais tout pour ce groupe.

Je suis en train de ruminer, désolée, J... D'habitude j'essaie d'avoir un discours un chouïa plus construit. Ce doit être mon xanax qui fait effet. Je suis contente ça faisait un moment que je n'en avais pas pris. Le premier du mois de juin ça c'est sûr.

Ah oui dans les trucs cools quand même : un coup de fil de mon frère mardi soir à minuit, qui me demande conseil pour son rubik's cube (il était au bar, un peu pompète, et voulait se la péter c'était mignon) et me dit qu'il m'aime ; le partiel d'histoire de l'architecture moderne que j'ai bien réussi je crois ; ma séance notée de modelage (reproduire en argile un bout de bois, mais en 3 fois plus grand) pour laquelle le prof m'a dit «t'auras une bonne note, c'est du bon boulot».

2
+1
Ils aiment cet écrit :
  • EdelwS
  • mon courrier
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !