6 février 1555 : Sonnet 6

lu 57 fois • écrit publicAjouter aux marque-pagesSignaler un abus

6 février 1555,

Cher journal, aujourd’hui l'inspiration m'est venue, j'ai décidé décrire encore un sonnet de plus, sur lui, sur notre amour... Aujourd'hui l'inspiration me vient du lever de soleil, de l'envie d'un baiser de lui, un de plus, avec les doux rayons de soleil qui balayent mon visage et m'éclairent. De pouvoir l'attraper et le garder. Ce sonnet m'inspire, me donne espoir.

Ce nouveau jour qui se lève avec ce nouvel Astre qui se lève à nouveau me remplit de joie. Ce fut un doux réveil bercé par les rayons du soleil qui réchauffent mes joues. Bien que mon amant ne me baisât pas la joue à mon réveil, mais ce baiser je l'aurai.

Après ce doux réveil, il était temps de se remettre à l'écriture et à la lecture de Pétrarque qui m’inspire grandement dans sa manière d’écrire, puis rajouter à ce programme quelques autres lectures en italien.

Mon sonnet du jour est fini : le sonnet VI. J'en suis particulièrement fière, surtout de ce vers : "Qui baiserait le plus beau don de Flore", j'imagine que peut de personne comprendront de quoi parle ce vers, mais la est la beauté du vers. Ce vers exprime une rose ou vous pouvez imaginer les lèvres de mon tendre amour.

L'Astre soleil se retrouve aussi dans mon sonnet V, j'y fais allusion dans le troisième vers du premier tercet : "J'endure mal tant que le soleil luit". Cet Astre si brillant éclaire mon âme. Et me donne de l'inspiration pour mes sonnets.

J'ai à peine fini ce sonnet que le désir me revient : l'envie d'écrire un sonnet VII. Je ne sais pas encore quel thème je vais abordée... Mais j'aimerais faire allusion à mon âme sœur, mon amant, puis à notre union, mon amour total pour lui...

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !