Un énorme secret

lu 103 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Quand j'avais 8 ans, un jour, ou une nuit, je me suis réveillé et j'ai vu deux démons, débout devant mon lit et qui me regardaient avec des sourires méchants et maléfiques.. J'ai fermé les yeux, j'ai mis la couverture sur ma tête (La couverture dans mon lit a toujours été un vrai bouclier pour moi) et crié de toute mes forces.. Ma mère est arrivé dans ma chambre et j'ai vu qu'ils avaient disparu.. Je me calmais pas du tout, j'étais absolument convaincu que c'était arrivé, qu'ils étaient là.. Elle me répétait que c'était un cauchemar et j'étais totalement convaincu que non et qu'elle comprenait pas ce que j'avais vu.. Mais je savais que je ne dormirais plus jamais si je ne faisais pas l'effort de la croire, et ça ne servirait à rien d'avoir trop peur.. Après, j'ai commencé à prier Dieu en cachette, pour être protégé, et aussi parce que je comprenais pas pourquoi ces êtres m'apparaissaient pour me faire peur, j'étais encore beaucoup trop jeune pour avoir fait quelque chose de si mal, qui mériterait ça.. J'ai donc pensé, à l'époque, que ça avait un lien avec qui j'étais réellement, dans l'autre dimension, avant d'avoir été transféré dans un corps de chair..

À cette époque, je ne comprenais rien, mais j'avais aussi certaines visions concernant les grandes lignes de mon futur.. 17 ans.. Injustice criminel.. Solitude.. Destin unique.. Et je vais m'abstenir d'en dire trop ici.. Je pouvais pas vraiment en dire plus.. C'était pas comme si je rêvais à mon futur ou que je le voyais vraiment, mais c'est comme si y'avait juste des choses que je savais naturellement.. Des choses devaient se produire, et ces choses étaient trop importantes pour les éviter même en connaissant le futur, ou en croyant avoir une clé pour les éviter.. M. devait mourir à 17ans, l’évènement devait faire le tour du pays et nos visages devaient être en première page du journal.. Et je crois aujourd'hui que même si j'avais dit à M. qu'il avait les yeux d'une couleur rouge ultra déplaisante et démoniaque, qu'une ombre passait dans le ciel au moment et que j'avais un très fort sentiment que je devais me retourner et lui demander ce qui arrivait, 5 heures avant sa mort, ça n'aurait rien changé.. Je crois que je n'aurais jamais su éviter ce destin.. Si je l'avais sauvé, il serait mort d'une autre façon, pas longtemps après, ou quelque chose comme ça, mais de toute façon, il n'était pas sauvable cette journée-là.. Son rendez-vous avec la fin était prévu le 20 octobre 2001, depuis très longtemps.. Ça m'a pas empêché de pleurer pendant 2 ans, à tout les jours et souvent.. Plusieurs coïncidences entourent cette évènement.. J'ai un bouton entre les deux narines depuis la matin ou j'ai appris la mort de M, et quand je suis allé à l’hôpital pour comprendre quelque chose, je suis tombé sur le médecin qui avait accouché M. La grand-mère de M. avec qui il était très proche, m'a aussi confié en secret qu'elle avait rêvé qu'il mourait, la journée avant sa mort, mais elle n'avait pas eu le courage de lui en parler.. J'étais le seul qui savait que ça n'avait rien à voir avec un manque de courage, mais avec le destin.. Je n'ai rien dit à sa grand-mère, c'était complètement inutile et je savais déjà ce que je devais savoir: son rêve, et le reste était sans importance puisque de toute façon, elle serait morte en vain, avec mon secret, dans les prochaines années.. Et ça ne l'aurait guère aidé à surmonter la perte de son petit fils adoré..

À 12 ans j'ai rencontré R. Il m'a beaucoup changé.. Il m'a intégré dans un groupe d'amis au secondaire, me faisait rencontrer des filles et tout.. Puis, un jour, il m'a parlé d'un truc de magie qu'il avait trouvé dans le livre de son oncle.. C'était vraiment n'importe quoi, j'étais pas intéressé du tout, mais il jurait que c'était vrai et que ce livre était rare et avait une très grande valeur.. Il disait qu'on devait se pratiquer pour des choses simples avant de passer aux choses plus sérieuses.. Donc on se pratiquait souvent en faisait venir le soleil ou la pluie.. C'était très énergétique, il fallait approcher nos mains et on pouvait vraiment sentir les boules d'énergies dans nos mains.. Le plus souvent, je voyais que ça marchait assez bien.. J'ai commencé à le faire seul et souvent dans la maison qui est devenu hantée à la même époque, des témoignages de proches le prouvaient aussi.. Il fallait dire le nom d'une sorcière, faire de l'énergie et dire ce qu'on voulait.. J'ai arrêté de voir R. quand j'ai eu 14 ans, mais j'ai continué la magie.. Je constatais que j'avais des pouvoirs un peu spécial avec cette magie, mais je savais pas si c'était moi qui faisait ça, la sorcière ou le hasard qui serait conscient.. Ce que je demandais devait se produire.. Mais il fallait jamais que ce soi des choses impossibles à réaliser.. Toujours des petites choses, le soleil, la pluie, faire poser un papillon sur un fleur en particulier, voir telle personne dès que je sortirais des toilettes publiques.. J'ai jamais voulu faire de mal avec cette magie, et jamais essayer de faire quelque chose de trop dure, seulement des hasards qui avaient une chance plus ou moins importantes de se produire.. Mais un jour, quand j'ai eu 23 ans, il y a eu un drame terrible dans la maison.. J'ai essayé de tuer M., la femme dont j'étais amoureux depuis mes 17 ans et ma meilleure amie.. Pourquoi? C'est encore la question que je me pose aujourd'hui.. On commençait à vivre une belle histoire, on s'embrassait et tout, on était sur le point de faire l'amour, pas de baiser, mais vraiment faire l'amour, puis elle retardait toujours, me disait que c'était pour demain ou qu'elle était menstrué et des choses comme ça et y'avait quelque chose qu'elle voulait pas me dire.. Mais ça n'a aucun sens que j'ai fait ça pour avoir du sexe plus vite, absolument aucun.. J'étais drogué et pas moi-même à cette époque.. J'ai raconté aux psys, et je le crois vraiment, que je pensais que je devais faire ça, que c'était comme un ordre que je recevais des démons dans la maison.. Je disais que si je n'avais pas fait ça, il lui serait arrivé un grand malheur.. Et le but de tout ça n'étant pas vraiment que M. perdre la vie, mais que moi je perdre mon bonheur.. Une fois sous la menace d'une couteau que ma main tenait avec regret, ça serait déjà fini, qu'elle meurt ou non, elle ne voudrait plus que notre relation aille plus loin, et ça serait la même chose pour moi.. Elle comprenait pas ce qui arrivait.. J'avais le couteau près de son ventre et elle, les mains sur son visage, pour pas voir ce qui allait arriver.. Je donnais des coups sur elle avec le couteau, mais ma main ne pouvait pas aller plus loin.. Je m'arrêtais, à chaque coups, à un centimètre de son ventre.. Comme mes dernière forces, ou une protection invisible, qui m'empêchait d'aller plus loin.. J'ai finalement lâché le couteau, mais elle, elle ne s'est pas calmé.. Ensuite, elle a crié, ma soeur est venu et elles sont parti.. J'ai voulu la retenir, je m'excusais, je pleurais, je devenais fou, mais elle est parti.. Je savais que j'étais l'instrument de cette agression mais pas réellement l'auteur.. Je considère que la seule chose que j'ai fait avec un vrai libre arbitre a été d’arrêter le couteau avant qu'il pénètre en elle.. J'étais tellement énervé après l’évènement.. Ça se bousculait tellement dans ma tête, je savais pas si je devais me suicider ou si elle avait appelé la police et tout.. Mais ensuite, le destin s’enchaîne.. Quelques jours avant, j'avais croisé Bob, une vieille connaissance, puis il m'a dit qu'il venait de déménager près de chez moi et m'a montré où c'était.. Après l'agression de M., je marchais vers le pont dans le but d'y sauter, puis je suis passé en face d’où Bob et sa copine habitaient.. Je me suis dit que ça serait bien d'y aller, qu'il ne m'avait sûrement pas dit où il habitait, quelques jours avant, sans une bonne raison.. Les deux ont été des anges pour moi.. Surtout la copine de Bob.. J'en revenait pas qu'elle ne me juge pas pour ce que je venais de faire.. J'avais dit toute la vérité sauf pour tout ce qui est des démons et tout ça.. J'ai juste dit ce que j'avais fait et le pourquoi n'était pas clair mais je parlais de mes problèmes de drogues aussi.. J'étais tellement en panique extrême que j'ai failli sauter de leur balcon pour me tuer quand j'ai vu deux ambulanciers entrer dans le le bloc appartement.. Je pensais que c'était des policiers.. L., la copine de bob, a tout de suite pris les choses en main et m'a assuré que c'était juste des gens qui habitaient ici.. J'avais jamais eu si peur de ma vie, j'aurais aimé mieux mourir par la torture plutôt que d'être sous les mains des policiers pour un crime comme ça.. L. a été merveilleuse, elle m'a calmé en me disant que M. appellerait pas la police parce que c'était une junkie et les policiers ne l'auraient sûrement même pas cru.. Mais moi j'aimais encore M., mais elle disait de l'oublier et que c'était pas une bonne fille pour moi, qu'elle se foutait de moi et tout.. Pourtant je pourrai jamais oublier quand on s'embrassait, parce que j'ai jamais touché le bonheur de si près, autrement.. L. m'avait calmé pour le moment mais les jours suivants ont été un véritable enfer sur terre.. Je criais de toute mes forces, seul dans ma chambre, je détruisais tout, je frappais dans les murs et il y avait plein de trous.. Je m'en voulais tellement, j'arrivais pas à me pardonner, je comprenais pas pourquoi j'avais fait ça.. L'été a été d'un ennuie à mourir, sans elle.. On faisait toujours des sortis avec mes soeurs et tout.. Donc je me suis aussi éloigné de mes soeurs, par la suite.. Parce qu'on était moins amis et parce que je crois que j'en voulais à N. ma soeur de ne pas m'aider à la retrouver puisque c'était sa meilleure amie.. Mais ma soeur disait ''Oublie cette fille, c'est une pétasse, c'est pas pour toi''.. Mais moi j'en avait rien à foutre de sa réputation de pute, j'étais trop bien avec elle, on était souvent ensemble et tout, et elle aussi était bien avec moi.. Deux semaines après l'agression, elle m'a rappelé pour me dire qu'elle s’ennuyait et qu'elle était bien avec moi et tout.. Ça m'a donné un court espoir.. Mais un peu maladroitement, je lui ai demandé si on ferait encore du sexe ensemble dans l'avenir.. Elle a dit ''Ok tu pense encore à ça?''.. Elle a fait semblant qu'elle devait aller aux toilettes, puis elle a couru à tout vitesse pour s’enfuir, comme si je la poursuivais.. Cette réaction me faisait l'aimer moins.. C'était comme si elle était revenu pour me faire chier profondément, pour me montrer un peu ce que j'avais perdu dans ma vie.. Le bonheur.. Les semaines suivantes, j'ai commencé à voir Bob très souvent, à tout les jours puisque je ne voyais plus M. Il est rapidement devenu mon meilleur ami.. Environ un an et demi plus tard, j'ai fait mon dernier tour de magie, le seul qui a totalement foiré.. Je pensais que le tour fonctionnerait toujours comme moi je le voulais, mais j'avais jamais essayé de provoquer l'amour ou les sentiments d'une personne.. J'ai mis le téléphone devant moi et j'ai demandé que ça sonne, que ça soi M. et qu'elle m'aime.. 30 secondes plus tard, le téléphone a sonné, numéro confidentiel, et même si je savais que les tours fonctionnaient toujours, j'étais agréablement surpris.. Par contre, quand j'ai répondu, ce n'était pas M. mais plutôt Bob.. Là je comprenais vraiment rien.. Pourquoi Bob appelait à ce moment précis alors que ça devait être M.? Incroyable. Mais j'aurais très bientot la réponse.. A était une femme vraiment gentille, très sensuel, très alcoolique malheureusement pour elle, d'environ 40 ans mais toujours avec des manières de jeune fille ado.. Bob n'avait pas encore couché avec elle parce qu'il disait qu'elle était trop mince et il avait peur de la briser en deux, alors elle le suçait, mais elle, elle voulait se faire baiser.. Bob disait que je pouvais le faire si je voulais (trop généreux, il avait déjà une blonde en plus).. Donc je commençais à parler à A. plus souvent et aller chez elle parfois mais on avait encore rien fait de sexuel, mais de toute évidence c'était pour très bientôt.. Quand Bob a appelé, c'était un samedi et il était environ 10h du matin.. Bob devait passer la journée avec A., c'était prévu comme ça depuis très longtemps et il m'avait averti qu'il serait absent pour cette raison.. Au téléphone, il a dit que A. dormait et qu'il venait chez moi toute la journée à la place de rester avec elle.. Bon ok.. On a joué aux cartes et tout jusqu'à tard le soir puis je suis parti travailler à 23h pour la nuit.. En revenant, le matin, j'ai vu plein de voitures de polices et ambulances devant chez A. et Bob, qui habitaient dans le même bloc appartement.. Pas le temps de penser à ça, je suis vite aller dormir, j'étais trop épuisé.. À mon réveille, j’apprenais la nouvelle.. A. est morte, dans des circonstances très nébuleuse, avec, m'a-t-on dit, des marques de doigts dans le cou et le nez défoncé.. Puis, j'ai passé la journée avec Bob.. J'ai décidé que je lui disais tout.. Il devait tout savoir sur la magie et sur son coup de téléphone d'hier.. Pour le confronter un peu.. J'allais pas lui dire ''Bob, on dirait que c'est toi qui a tué A. Est ce que c'est vrai?''.. Je me suis dit que s'il avait perçu quelque chose de paranormal, également, il serait plus à l'aise de m'en parler.. J'ai tout déballé.. Des premiers essaient avec R., jusqu'au tour pour reprendre l'amour de M. et son appelle.. Sa première réaction a été de faire comme si il ne comprenait pas mon histoire et n'y croyait pas.. Pour prouver que je disais la vérité, je lui ai demandé s'il allait me croire si je faisais un tour maintenant.. Il a dit que oui.. Je lui ai demandé de choisir quelque chose.. Au début, il a choisi un évènement totalement improbable de se produire.. C'était comme de me demander de changer un humain en crapaud, ça fonctionnait pas comme ça.. Il avait mal compris la magie que je faisais.. J'ai expliqué encore puis il a choisi que la voiture qui était dans la rue, devant nous, qui bloquait la rue, se déplace de là.. J'ai dit ''d'accord, quand je vais ressortir, il va bouger'', je suis entré dans la maison et j'ai fait le tour avec beaucoup d’intensité.. Environ 5 minutes plus tard, je suis sorti, et au même moment, la voiture a commencé à se déplacer pour en laisser passer une autre.. C'était tout à fait synchronisé avec ma porte qui s'ouvrait.. Je me suis mis à crier ''Tu vois, regarde, je l'avais dit, c'est fou non?''.. Le gars de la voiture m'a regardé, loin de comprendre, comme moi, la série de coïncidences qui venaient de se produire pour qu'il bouge sa voiture exactement à ce moment précis.. Bob, lui, ne semblait pas très impressionné.. Pas la suite, il avait une attitude totalement étrange.. Il a compris que je le suspectais beaucoup et il me répétait ''J'ai un alibi, j'étais avec toi Samedi, tu le sais.'' puis ça le faisait beaucoup rire.. Mais devant mon insistance, il finissait par être juste assez sérieux, en me disant que c'était pas lui, pour que je le crois.. Mais je sais pas trop si je l'ai cru, on dirait qu'il me cachait quelque chose.. Des enquêteurs lui ont parlé, à lui et sa copine, ils ont même dit mon nom et mes empreintes étaient partout dans son appartement, et j'ai beaucoup plus le profil criminel de quelqu'un qui pourrait faire ce genre de choses, et pourtant, aucun enquêteur n'est jamais venu pour me parler de ça, avoir ma version ou quoi que ce soi.. Et je n'ai jamais su si Bob était un suspect pour eux et pour qu'elle raison ils ne voulaient pas me parler puisque j'étais avec Bob, ce Samedi ou c'est arrivé.. Moins d'un an plus tard, Bob a commencé a être très malade.. Je pouvais pas m’empêcher de penser à une sorte de malédiction, que ce soi pour le punir lui, ou pour moi en me faisant encore perdre un ami.. Bien que sa maladie m'attristait beaucoup.. Il a fait des tests et ils ont dit que c'était la sclérose en plaque.. Encore une année plus loin, il ne pouvait marcher.. Une année encore et il ne bougeait plus le petit doigts et ne pouvait plus parler et était parfaitement conscient.. Il est resté comme ça un an, sans pouvoir parler.. Ils ont terminé le travail à coup de fortes doses de morphine, à l’hôpital..

La voiture qui se déplace de la rue, ça a vraiment été la dernière fois.. Ensuite, j'ai fait la paix avec Dieu.. Je voulais arrêter de changer le cours des choses en priant des sorcières de merde.. J'ai prié et juré que je ne toucherais plus jamais à ces choses de ma vie, que ce soi les sorcières, le satanisme en général et tout.. J'ai respecté ma promesse à ce jour.. J'étais très content de ma décision même si j'avais aucune idée si Dieu entendait.. Pas la suite, plus rien de paranormal ne s'est produit dans la maison.. Je n'ai jamais retrouvé une autre copine, ça fait maintenant 13 ans.. J'ai cru longtemps que tout ça, même à partir des accusations criminels que j'ai reçu, à l'agression de M., faisaient parti de la mise en place d'une malédiction satanique pour m’empêcher de trouver le bonheur, c'est à dire l'amour, ma femme, les enfants, le bon travail, la maison, ect.. Aujourd'hui, je ne sais plus trop.. Je vais bien, je suis heureux, pas trop malade si je me compare à d'autres, et encore assez jeune pour faire des enfants, c'est la seule chose que je suis certain présentement.. Ça fait 13 ans que ces évènements sont fini, c'est le passé et je n'y pense plus à tout les jours avec la même intensité qu'à l'époque.. J'ai oublié M. Je ne me suis jamais brisé quoi que ce soi, alors que j'aurais sûrement du mourir avec le sport extrême de rue que je faisais.. Je pensais tellement que je pouvais pas mourir à cause de tout ce que j'avais vu avant, que je prenais des risques, parfois pas du tout calculé.. Chaque fois que j'évitais la mort de près, je vivais plus que jamais.. Mais après, je ne tenais pas à la vie.. La seule chose que je voulais, c'était de ne pas être blessé pour continuer le sport et les risques.. Et je ne faisais rien pour ne pas l'être.. En roller blade, sans équipement et sans frein, je descendais les cotes à toute vitesse en passant entre les voitures et tout.. Faut dire que je suis très bon en patin.. Ma soeur m'a vu à l'action une fois, et elle m'en a souvent reparlé, elle pensait que j'allais me tuer et que c'était la fin de ma vie.. J'ai pris beaucoup de risques, et je m'en suis sorti avec des blessures plutot mineur uniquement, mais en réalité, je devrais vraiment être six pieds sous terre à l'heure actuel.. J'ai la chance d'être encore ici, mais je ne suis pas certain d'avoir mérité cette chance.. Mais je suis vraiment reconnaissant de ce que j'ai, aujourd'hui, à cause de tout ce que j'ai vécu, même s'il y a d'innombrables choses que je n'ai pas..

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Journaldunehypersensible
Partager l'écrit
Journaldunehypersensible
Journaldunehypersensible :

je ne suis pas passé par les même épreuves que toi il n’empêche que j’ai vécu des situation similaire, je te souhaite vraiment de trouver le bonheur malgré tout ce qui t’est arrivé ;)