Tout excès d'émotion provoque un débordement de mon canal lacrymal

lu 55 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

J'essaie d'effacer l'encre sur mes mains, ça part pas.

Les résultats sont tombés, ça va. De toute façon tout n'est pas une performance malgré le plaisir sadique qu'éprouve une de nos professeures à nous faire sentir médiocres et inférieurs intellectuellement.

Putain d'élitisme et de purisme.

Aujourd'hui est une longue journée, demain aussi, mercredi pire.

Jeudi ça va.

Vendredi j'ai rien.

Ça va quand même être long. Long et pas motivant.

Je me demande toujours ce que je fais là, mais je suis trop loin pour tout lâcher.

Je ne vois pas comment je pourrais potentiellement y arriver mais je ne peux pas avoir fait tout le reste pour rien.

Et puis j'ai horreur des lourdeurs administratives. S'encombrer de mails, et puis quoi ? Encore heureux qu'on ne m'impose pas les appels téléphoniques.

Les seuls pour qui je veux bien faire des efforts sont mes profs d'italien, ils sont si gentils. Leur gentillesse me fait pleurer. La méchanceté de mon autre prof me fait pleurer aussi mais je sens quand même fortement la différence.

Je ne dors plus reposée depuis longtemps.

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Lizo
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !