Indépendance à tous les niveaux

lu 95 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Y a des jours comme ça, je sais plus quelle date on est depuis environ une semaine, j'ai mal à la tête parce que je travaille trop en alternant mon ordi et mes bouquins, alors je fais une pause pour écrire, sauf que c'est toujours sur mon ordi, alors le mal de tête ne part pas, et le travail n'est pas fait.

Journée un peu chargée en sms, avec le temps que je passe sur des écrans je pourrais en profiter pour me renseigner sur la date. Je crois que c'est mon inconscient qui me fait "oublier" de regarder, afin de ne pas trop avoir à me mettre à stresser (trop de verbes inutiles) pour des deadlines approchant à grands pas (expression figée inutile).

Toujours blasée mais je pense qu'il faut être loyal envers ses amis, alors je leur fais part de ma présence, qui me semble elle aussi inutile, mais parfois ils ont l'air d'insister alors je me dis que peut-être je devrais être un peu plus reconnaissante.

Très mauvais, le délire du "j'suis trop aimé". Ma vie aussi, c'est une alternance du trop plein d'amour et du vide, voire les deux en même temps, on sait jamais trop avec les gens.

Le jeudi j'ai cours dans une autre université, où je ne connais pas grand monde, et j'irai très en avance parce que j'ai quelque chose de prévu ce soir qui fait que demain mon trajet est fortement diminué. Pas la peine de demander aux gens de ma classe, personne ne va se lever plus tôt pour moi.

Je ne sais pas encore ce que je vais faire pour patienter, j'ai toujours Zola et Proust comme compagnie mais c'est un peu triste et gênant (quoique, la fille distante qui lit c'est un coup à se faire draguer classique, enfin si on était dans un roman pour jeunes adultes). Peut-être que la puce que j'ai dans le cerveau et qui dérègle mon sens de l'orientation sera endommagée si je me cogne la tête assez fort, et que j'arriverai à me trouver un café histoire de pas crever la dalle pendant que mes méninges se remettront des émotions fortes et cogiteront sur Gervaise et Odette.

Enfin, ça ne peut que bien se passer, j'ai souvent pris des cafés seule, mais rarement en terrain inconnu, ça me stresse, ce genre de bail.

J'ai mangé du chocolat et j'ai éternué cinq fois. Je ne suis plus malade depuis deux jours, alors si je fais une allergie je craque.

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • colombine
Partager l'écrit
colombine
colombine :

Tu ne peux as faire une allergie au chocolat, c'est un anti stress ;-)

Imogen
Imogen :

je fais peut-être une allergie au stress ahah