Qu'est-ce que je peux faire de moins ?

lu 87 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Longue discussion, je suis fatiguée. Mais on en avait besoin. Enfin, c'est peut-être un peu présomptueux de penser pour les autres, mais je pense quand même que ça nous a fait du bien, de vider notre sac.
Je pense aussi que j'ai conscience que je suis difficile à vivre. Je suis partagée entre trouver que j'en demande beaucoup et que j'en reçois pas assez.
Tout est une question de perspective. Et il ne faut pas forcer. Les gens ne sont pas là pour me convenir après tout.
Et je crois que je suis parano parce que je suis consciente de la bonté de mes amis, ils s'inquiètent pour moi, me soutiennent, m'écoutent, j'ai de la chance de me considérer parmi eux car au fond on ne peut pas tous y prétendre. Mais par conséquent j'angoisse, j'ai l'impression que chaque prise de distance est une séparation nette et non un simple besoin de se ressourcer, j'angoisse quand les gens sont plus intéressants et moins tristes et feraient de meilleurs amis, et j'angoisse quand je sais que ce sont précisément ces insécurités qui font que je risque de perdre ces si bons amis.
Quelle poids je suis, vraiment. Je ne voudrais vraiment pas de moi comme amie.
Mais je dis ça en pleine connaissance de ma situation, et pense que cette lucidité peut me permettre d'avancer vers le meilleur. Je suis vraiment une gamine, je régresse, j'avais atteint une certaine sérénité d'âme et maintenant retour aux vieux démons.
Je cherche le conflit en fait. Je veux l'éviter, mais c'est plus fort que moi, je me mets dans des situations qui fâchent. Peut-être que s'il se passait vraiment de la merde dans ma vie, ce qui m'avait appris à rationaliser à l'époque, je n'en serais pas à élaborer des scénarios de rejet aussi faramineux. Mon objectif de ce mois-ci est donc d'avoir vingt ans aussi dans mon comportement.
Je pense que j'ai encore beaucoup de choses à dire mais je ne vais pas rallonger parce que je m'endors sur mon clavier et que de toute façon je ne suis plus drôle comme avant (j'appelle ça la régression nulle : je suis comme avant mais sans les qualités)
Ma maison sent les choux de Bruxelles et j'en ai la nausée.

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • colombine
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !