"Le bon mois" askip

lu 87 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

C'est en essayant de démêler mes écouteurs alors que j'étais en larmes que je me suis dit qu'il fallait que j'écrive parce que le tableau était plus que pathétique.
Point positif, j'ai démêlé mes écouteurs. Négatif, je suis toujours en larmes.
Assez lucide pour écrire cela dit.
Tout va globalement bien hein. Toujours, relativement, j'ai une bonne vie.
Mais je pense à mon anniversaire. Et j'ai des émotions.
Je pense que j'ai rien envie d'organiser. Parce qu'organiser c'est faire quelque chose plus pour les autres que pour moi, et égoïstement je veux, particulièrement cette année, que ce soit mon jour. Mais voilà, mes amis ne m'organiseront rien, je ne suis pas crédule. C'est déjà un miracle s'ils s'en rappellent, en plus c'est un dimanche, on ne peut même pas se voir dans un contexte spontané.

Ça sert à rien ce que j'écris.
Bref j'ai compris que je passerai mon anniversaire en pyjama à pleurer et à penser que vingt ans de ma vie se sont écoulés et que je n'ai toujours pas pleinement la vie que je rêve d'avoir.
Et je sais que personne ne peut vraiment avoir ça ! Je sais que j'ai de la chance, qu'il y a tellement pire !
Mais je rêve de petites choses que les autres ont. J'estime qu'à vingt ans je ne devrais plus avoir à me justifier à mon père. J'estime que si je voulais organiser une petite fête il devrait trouver cela normal. Mais tu sais, on en a déjà parlé, c'est jamais comme ça.

Tout le monde s'en fout de toute façon.
Du coup ne te méprends pas, j'ai accepté cette vie semi-convenable, au moins j'ai pu faire des voyages, les seules fois où je me sens un peu libre. Mais dans l'absolu, jamais je ne pourrai spontanément sortir à ma guise et inviter des amis sans prévenir au moins trois semaines à l'avance sur papier. Je le fais souvent mais jamais sans la culpabilité que m'impose le paternel.

Je ne me sens pas mieux après avoir écrit alors à quoi ça sert je me le demande encore

5
+1
Ils aiment cet écrit :
  • michigan
  • MaliceMan
  • Lettreperdue
  • Plume Rouge
  • Elisa01
Partager l'écrit
Plume Rouge
Plume Rouge :

Haha ne t'inquiètes pas, à 20 ans on a besoin d'indépendance et on a l'impression qu'on a un passé très long... Puis tu prends 5 ans de plus, tu évolues, tu te rends compte que t'as changé, et en général tu as un regard plus bienveillant sur toi-même a posteriori... Les voyages que tu as pu faire sont mon rêve à moi, que je n'ai pas réalisé avant mes 23 ans ;) Quand à ce problème de fête, heureusement l'indépendance vient aussi vis à vis des parents un jour, même si on a l'impression sur le moment que ça n'en finira jamais...
 
Aller courage à toi, ne désespère pas : tu as encore la vie devant toi pour devenir la personne que tu veux être et accepter la personne que tu es ! :)

Imogen
Imogen :

oui, c'est vrai, j'ai pu constater la relativité des choses par rapport il y a cinq ans déjà, et niveau liberté c'est très différent. je pensais juste pouvoir avoir le droit de marquer le coup maintenant, je commençais à un peu m'impatienter de ne pas pouvoir vivre pleinement comme je le voulais, mais ça devra attendre encore un peu j'imagine :)
merci en tout cas, ça m'a un peu remonté le moral de voir les choses de cette façon !