Le temps qui passe sans vergogne

lu 95 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Aujourd'hui je suis frustrée et je sais pourquoi. Et je sais que l'écrire ne me fera que partiellement du bien. En fait jamais un mois ne m'a paru si long, sachant que j'ai peur du temps qui passe. Il y a tellement de choses dont j'ai hâte, même minimes, comme lire tous les livres que je veux lire depuis longtemps. C'est bête, cette relation que j'ai avec le temps. J'en veux pour lire, parce que je m'évaderais de cette linéarité, mais ça ne fera que constituer cette part de déni dans laquelle je me complais. Mais en même temps lorsque le temps passe et que je me retrouve confrontée à mes responsabilités, je panique. Et puis j'ai quand même envie de sauter le reste du mois pour être en septembre. Et puis j'ai quand même peur de septembre parce que ça voudra dire que l'été est fini. Ça voudra dire que j'ai vingt ans.

Je ne sais donc pas ce qui me fait le plus peur, le temps qui passe ou les examens. Quoiqu'il en soit je ne peux me débarrasser ni de l'un ni de l'autre.

Donc j'ai envie d'en finir avec août mais je crois que je n'ai jamais autant écrit que ce mois-ci, et je ne pense pas que ce soit la documentation dont j'ai le plus envie de me rappeler. Et pourtant ça me rend triste de vouloir en finir avec un mois, surtout l'été, mais je sais que c'est juste parce que je ne peux pas faire ce que je veux.

Je déteste écrire mal et ne pas me sentir mieux après, c'est contraire au principe et je suis toujours frustrée.

4
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Dear poet
  • Hofstadter
  • Hope_
  • Evana 19
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !