Je tiens à ne pas changer de fantôme

lu 140 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Je veux rencontrer des gens et ne plus continuer à m'engouffrer dans la spirale infernale de l'académisme et ses dérives, en même temps c'est si dur d'avoir constamment quelque chose à prouver, comme si ma valeur en tant qu'humaine ne suffisait pas, qu'il fallait que je mette mes capacités intellectuelles à l'épreuve constamment. Et je fais des phrases longues et je doute de mon potentiel et quand bien même j'avais du potentiel ce n'est pas une prérogative, j'ai le droit d'exister sans faire quelque chose de ma vie, on a tendance à oublier que l'existence est une fin en soi et qu'elle précède à l'essence. Mais c'est dans le souci du devoir de mémoire que cette tension à laisser une trace surgit, et que je veux être entendue pour ce que j'ai à dire et pas pour ce que d'autres ont dit avant moi. J'ai nulle part où exprimer ma créativité (quand elle veut bien se manifester), je me sens pas à ma place là où on forme les perroquets, j'adore apprendre mais ces dates, ces faits, ces concepts et ces noms qui ne convergent vers rien me laissent perplexe. Et je pourrais choisir de faire autre chose, il y a tant de choix, mais c'est justement ça le problème, il y a trop de choix, je ne sais pas ce qui est fait pour moi.
Et je voudrais juste être dénuée de toute responsabilité et juste vivre pleinement en tant qu'être humain et non en tant qu'élément ayant une chose à fournir, devant remplir une fonction qui n'est même pas utile à la société mais qui dans la prétention collective aura "réussi sa vie".
Si j'avais juste l'occasion d'être dénuée d'enveloppe corporelle et juste flotter entre l'espace et le temps sans expectatives extérieures
Je déteste clôturer mes phrases sur des points de suspension alors je la laisse juste s'envoler parce que je sais pas comment la conclure. Après en tant qu'éternelle insatisfaite de bourge occidentale je trouverai toujours le moyen de me plaindre alors que j'ai le droit de choisir mes études comme me le rappelle constamment cette génération x ayant fui le communisme qui me sert de géniteurs, alors peut être que c'est bien si ces mots restent à l'intérieur de ce journal et que je continue ce schéma de vie attendu.

2
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Junan
  • Dear poet
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !