Impuissance apprise

lu 156 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Je pense qu'il faut considérer le désespoir appris comme un élargissement de l'esprit. On aurait souvent tort de dire que les jeunes sont paresseux et que la génération Y ne cherche pas de travail. Démonstration par l'expérience de Selligman (je suis dévastée que des rats aient été martyrisés pour le bien de la science cela dit, mais j'ai besoin de la citer pour illustrer mon propos, alors je mets 30 secondes mes convictions profondes de côté):

Prenons deux boîtes : A et B. On place un rat dans la boîte A dont le sol est électrifié, et un rat dans la boîte B dont le sol est également électrifié, mais qui possède une cloison amovible de sorte que le rat puisse échapper aux décharges électriques s'il s'y réfugie.

Au bout de plusieurs décharges, le rat de la boîte A va se rendre compte qu'il s'épuise à échapper à son destin, car où qu'il aille, le sol est électrifié. Il va dès lors se recroqueviller et accepter son sort, subir. Le rat de la boîte B, quant à lui, va, après un certain nombre de tentatives, comprendre qu'il a possibilité de s'échapper ; les conditions étaient réunies pour qu'il s'en sorte.

Si les jeunes ont donc du mal à trouver un travail c'est parce qu'ils viennent de la boîte A ; il n'est pas question de manque de volonté ou d'investissement, on vit juste dans un monde malade.

Bref, je suis au courant que je passe mon temps à lire, écrire et dessiner, que je m'épanouis à travers l'art plus qu'à travers mes études. Rectification: j'adore mes études! J'adore me nourrir de savoir! Je déteste juste les examens! Que quoi qu'il arrive on sera toujours jugés sur des capacités intrinsèques! Je suis consciente de ma rébarbativité (néologisme, ça ?) mais il faut que je m'exprime, au moins sur internet parce que c'est toujours le mois sans plainte™. Et même si mes passe-temps oisifs contribuent à mon épanouissement personnel ils ne valent rien à l'échelle mondiale. Je n'aide pas! Je m'engage comme je peux à travers les assoc' et manifs mais c'est pas suffisant je trouve, je trouve ça même un peu hypocrite d'aider qu'indirectement.

J'écoute toujours Ludovico Einaudi quand j'ai besoin de pleurer ça aide vraiment et c'est magnifique.

Eeeet je pense encore à l'avenir parce qu'on m'a demandé une fois de plus quel genre de travail j'aimerais faire, j'en ai aucune idée mais plus je grandis plus ça se concrétise, oui j'ai le temps mais j'avais plus de temps avant. Les gens de mon âge ont presque tous leur permis ou font des petits boulots, moi je peine à me faire des pâtes. Je déplore le fait de n'en avoir si peu à faire de la vie, pourtant c'est tellement précieux la vie, j'ai pas le droit de ne pas faire des efforts, pas tant que tous ces gens souffrent, merde! Mais je sais que si l'on a tant de mal c'est parce qu'on vient de la boîte A et qu'on a appris à subir.

Éventuellement tout ça s'éclairera, je suis quand même dans une meilleure position mentalement que je l'étais en 2014, et ça veut en dire beaucoup.

Note positive: progrès personnel, j'ai fini Le motif dans le tapis, et j'entame une relecture du Procès de Kafka. Encore 15 livres !

3
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Ritaz
  • colombine
  • Promise
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !