Savoir oser

lu 174 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Des déceptions s'accumulent lamentablement au tableau de ma vie, je ne suis pas en mesure de changer le cours des choses, de prouver une quelconque valeur qui me serait propre. Je suis peut-être très narcissique parce que j'éprouve le contraire du manque de confiance en moi; j'aimerais bien que les autres me voient autrement que comme une demeurée. Parce que je ne suis pas académiquement douée, enfin, je l'étais à une époque, mais maintenant je n'ai aucune preuve concrète de mon intelligence (peut-être que je me suis créé cette idée de toute pièce, qu'au fond ce n'est qu'un délire mégalomaniaque, d'où ma présence fantasmagorique ici-même. Mon argumentation se contredit dans cette parenthèse, sachant que je voulais avec énormément de modestie déclarer que je valais mieux que ce que les autres pensaient de moi, mais j'ai fini par en douter moi-même).
Mon argument (répétition voulue, masculinisé pour tout de même établir une nuance) étant tombé à l'eau, je ne peux qu'affirmer que je ne me connais pas, du moins, pas suffisamment pour établir des diagnostics propres sur mon cas. Je pourrais me lancer dans une tirade interminable sur les dérives de l'académisme, mais j'ai peur d'encore enchaîner les contre-sens et décrédibiliser mon propos, un peu comme à chaque fois que je passe un examen oral, en fait.
Pourquoi je n'écris jamais comme ça à l'école ? Pourquoi je ne parle pas comme ça au quotidien ? Le don d'éloquence ne m'a visiblement pas été attribué à mon plus grand désarroi, et malgré mes vains efforts pour améliorer mon phrasé, j'en reste une espèce de gourde un peu nigaude devant mes pairs. Quel gâchis de potentiel quand même.

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Ritaz
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !