Verve et ironie voltairienne

lu 206 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Je crois que je vais mourir d'une overdose d'auto-satisfaction !
À l'incrédulité collective, tout va très bien, et je ne me plains pas. Le problème, c'est que connaissant la vie, je sais que ça ne durera pas; et c'est normal, j'ai appris à le vivre maintenant.
Comme dirait maître Pangloss, c'est le meilleur des mondes possibles. Un monde où j'essaie de placer une référence littéraire à chaque écrit parce que je crâne avec ma filière. En vrai, j'aime trop. En comparaison avec l'année dernière, surtout ! Les cours sont vraiment passionnants mais je ne mentirai pas en disant que le travail en lui-même est dur. La quantité de travail à fournir aussi.
Mais je parviens à gérer tout ça en allant étudier dans des cafés ou à la bibliothèque, chourant quelques journaux et lisant des extraits de Freud. Et je dois dire que je suis plutôt fière de moi, et beaucoup plus organisée qu'avant (vive le bullet journal et les surligneurs couleur pastel).
Demain j'ai l'opportunité d'aller donner mon sang pour la Croix rouge à l'Université, ma phobie des aiguilles et du sang me freine un peu mais dans ma liste des choses à faire avant d'être trop vieille pour pouvoir les faire, il y a don de sang en numéro 14. Alors pas d'excuse, je remplis tous les critères, ce serait dommage de priver les gens dans le besoin d'un beau B+.
Demain a aussi lieu le souper facultaire, j'espère pouvoir rencontrer quelques personnes, et si pas, passer un bon moment avec les gens que je connais déjà.
Il me reste trois livres à lire pour mon cours d'histoire de la littérature française, sinon : La Princesse de Clèves, Les rêveries du promeneur solitaire et Les liaisons dangereuses. Évidemment, ayant lu les plus courts en premier, il me reste ceux-ci (Les précieuses ridicules et Candide se lisent ridiculement vite).
Et j'ai aussi commencé ma nouvelle pour le concours, le sujet me parle assez bien et elle prend forme petit à petit. Je n'ai toujours pas la prétention de me croire digne de gagner mais je le fais pour me forcer à écrire de la fiction, chose qui se fait d'autant plus rare cette année. Je vais tenter de ne pas tomber dans le pathos et le cliché, mais je pense qu'avec quelques rectifications, ça peut le faire. Sur ce, je me replonge dans ma lecture, parce qu'à force d'avoir une vie, j'oublie de noter ce qui est important, parfois.

4
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Onsemiro Yegrina
  • edamna
  • colombine
  • Promise
Partager l'écrit
edamna
edamna :

Bonne chance pour les 50 premières pages de la Princesse de Clèves ! Elles sont lourdes de descriptions sans fin

Imogen
Imogen :

ahaha j'avais déjà lu la première partie, atroce ! j'avoue avoir sauté quelques paragraphes :')