Tout m'afflige et me fout le seum et conspire à me foutre le seum

lu 218 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Septembre-novembre. Toujours une bonne période, d'après ce que j'ai pu constater. C'est plus tard que les choses se compliquent, que je sens venir l'anxiété généralisée à plein nez.
Pourtant j'évite le sujet, fuir mes responsabilités doit être mon unique talent. Je suis épanouie socialement, et c'est une première, j'aime vraiment tous mes cours ce quadrimestre. Dommage qu'aimer un cours ne garantit nullement sa réussite.
Mais il subsiste cette angoisse, et je ne suis pas prête de m'en débarrasser. Parce que je ne contrôle pas tout! Et j'apprends à l'accepter.
Je m'essaie à la poésie. Depuis que les ateliers d'écriture ont débuté, je me sens plus inspirée. Je vais d'ailleurs me lancer dans l'écriture d'une nouvelle pour le concours, en espérant que le thème me parle plus cette année.
Si seulement je pouvais me limiter à ça. Écrire, rire. Si seulement la vie était faite de futilités. Encore faudrait-il que j'arrête de me plaindre, comme l'éternelle insatisfaite que je suis qui n'a apparemment "rien vécu" (j'en ris encore), mais il faut croire que je suis négative par essence.
Je voudrais tant relativiser, pourtant je sais que je néglige mes responsabilités et que je vais m'en mordre les doigts.
Il faut absolument que j'attaque le travail ce mois-ci, je ne m'accorderai que peu de répit sachant qu'il y a, à la clef, moins de panique dans mon système une fois les examens arrivés.
J'espère que ce ne sont pas des paroles en l'air dûes à l'heure tardive (pas si tardive mais je me réveille à 7h30 demain pour ramener mes amies françaises à la gare alors que je n'ai pas cours, mais j'en profiterai pour m'avancer dans mon travail). Que ceci me serve de mémo au cas où j'aurais tendance à perdre mon temps avec une quelconque distraction rédhibitoire.

2
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Soñar
  • Midnight City
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !