Tentative d'activisme

lu 293 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

J'ai du mal à me dire qu'avant, je cherchais des raisons à exprimer un mal-être, comme si tout ce que je ressentais devait forcément être lié à quelque chose. Ce que je ne comprenais pas c'est que parfois les émotions nous dépassent sans trop savoir pourquoi, et maintenant je sais que je suis capable de relativiser sans laisser les événements m'atteindre au même point. C'est pas trop grave, de pas comprendre. Parfois y a rien à comprendre. Et le temps passe, beaucoup d'éléments se rajoutent, je sais plus penser.

La maîtrise de moi-même n'est peut-être pas encore tout à fait acquise mais je fais preuve de maturité, l'époque de la drama girl puérile est définitivement close, j'espère. Il est important de noter que je maintiens mes opinions sur pas mal de choses, je ne vais pas changer ce que je pense (politiquement ou autre) pour l'approbation de la populace, je n'aime toujours pas l'abléisme, le royalisme, le capitalisme, les mots qui finissent en isme, à part l'expressionnisme et d'autres courants d'art. Mais pas les courants d'air, non. Et le cynisme, aussi, peut-être. C'est dur de m'expliquer, parfois c'est bien d'éduquer les gens sur le féminISME et les problèmes sociaux mais ça devient très vite des débats de valeurs, je peux pas diffuser mes idées sans une bonne volonté du parti extérieur. Et ça me bouleverse, parce que mes intentions sont pures, elles ne visent pas à causer de douleur. Je n'ai pas à "accepter l'opinion" de quelqu'un qui fait preuve d'intolérance pour de basiques droits humains. Ce n'est pas le même niveau. Je me bats pour ces basiques droits humains. Et l'opinion de mon interlocuteur, c'est justement empêcher ceux-ci. Alors non, toutes les opinions ne sont pas bonnes, si je ne suis pas d'accord, c'est pas comme ne pas être d'accord parce que quelqu'un met du ketchup sur ses pâtes. C'est ne pas être d'accord parce que tu veux empêcher mes frères, mes sœurs, de travailler dans leur pays, d'aller à l'école, de se marier avec la personne qu'iels aiment.

Donc le travail sur moi-même consiste à ne pas m'emporter sur ce genre d'arguments, puisque je n'ai plus de raison d'être égoïstement triste, je peux au moins réguler mon débit de parole pour donner du poids à ce que je veux transmettre.

C'est un peu brouillon dans ma tête, ce que j'essaie principalement de dire c'est que maintenant j'ai des raisons concrètes de me plaindre de l'existence, mais en plus de ça je peux aider, je ne vais pas m'en sortir seule et souvent je perds patience parce que je suis impuissante face à cette société dans laquelle nous vivons mais en même temps, c'est cette société qui m'a aussi apprise à penser tel que je le fais maintenant, il y aura toujours des débiles mais je peux au moins essayer de les rendre moins débiles comme moi on m'a rendue moins débile. Et même si ça reste un leurre, si ça marche pour deux personnes ça fera deux personnes en plus sur le chemin de la tolérance et ça c'est cool d'une manière idéaliste. J'espère inculquer aux gens que je rencontre que de leur position privilégiée ils peuvent accomplir beaucoup de choses face aux géants du consumérisme. Mais je dévie encore.

Ma conclusion est que j'ai grandis dans une optique de riche blanche qui croit qu'elle est née dans la mauvaise époque parce que personne la comprend et que tout le monde n'a d'intérêt que pour les télé réalités et les chanteurs de radio. Wow, c'est peut-être le cas, mais est-ce réellement une raison de s'engluer dans la dépression quand toute cette énergie pourrait être utilisée à bon escient ? Quand je pense à toutes les bonnes actions que j'aurais pu faire, le temps que je passais à me lamenter dans mon lit sur de la musique emo dramatique, j'aurais pu le passer à m'instruire, aider ceux dans le besoin. Au lieu de ça je me concentrais sur des gens indignes de mon temps, parce qu'on ne m'aimait pas parce que j'étais "différente" et moi je n'aimais pas les autres parce que j'étais "différente". Alors oui embrassons nos différences mais n'en faisons pas une exclusivité, au lieu de s'unir on dit des "j'aime pas les gens hyper basiques qui lisent pas Kant et écoutent pas The Doors... tu peux pas comprendre David Lynch, wow i'm so deep" et des "comment tu fais pour t'amuser si tu bois pas? Désserre ton string", fin on est tellement privilégiés qu'on trouve le moyen de se plaindre de puérilités quand on vit une crise mondiale ? La guerre tue chaque seconde ? La HAINE tue chaque seconde! Entre temps je dois me taire face à des gens qui votent pour des chefs d'états haineux parce qu'ils font indirectement ou pas partie de mon entourage, parce que "c'est leur opinion". J'en ai marre de devoir me taire face à l'injustice, et je vais plus le faire, pas tant qu'un changement ne sera pas visible, même minime. Je peux pas rester assise à me morfondre sur l'inexorable fuite du temps ou l'inutilité de l'existence quand j'ai tellement de choses à changer. Bien entendu tout ne repose pas sur mes épaules, c'est pour ça que je veux sensibiliser le monde, sensibiliser les plus chanceux, même ceux qui ne voient pas qu'ils sont chanceux. On a tous besoin d'aide, certes, mais autant commencer par le noeud du problème.

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !