Tu me pousses au-delà des bornes de la patience virginale

lu 195 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Il reste un peu moins d'une demi heure au mois de mai, le temps file toujours à une vitesse folle et je suis incapable de visualiser ; il me file tellement entre les doigts qu'il me suffit de les écarter pour me retrouver aux antipodes du moment présent.Comme penser au temps me rend triste, j'essaie de relativiser avec mes projets de vacances, puisque j'ai décidé que jusqu'au 23 juin ma vie sera en suspens.Ceux-ci incluent expos, sorties en boîte, séjour dans un château, anniversaires, friperies, côte belge, traversée des balkans, examens de rattrapage et camping festivalier en Espagne. Plutôt plaisant, si on omet la partie examens de rattrapage. Je m'essaie à la litote mais au fond, je trépigne d'impatience, et ce programme d'été pourrait bien être le meilleur que j'ai jamais conçu. Pour une fois, pas de drama inutile, pas de dépression estivale, pas de paresse quotidienne. Enfin, peut-être un peu, j'estime mériter du repos, mais cette fois-ci des projets se concrétisent à l'avance.

J'ai lu le Songe d'une nuit d'été en une heure hier, bien qu'il ne soit pas essentiel de le lire pour mon cursus (enfin, en principe, oui: il fait partie d'une liste de quinze livres obligatoires pour la compréhension globale du cours. J'ai juste décidé de ne pas m'encombrer de lectures trop lourdes et de ne lire que les passages importants de certains monuments de la littérature parce j'ai beaucoup de travail. Mais celui-ci n'est pas nécessaire à la compréhension totale de l'oeuvre de Shakespeare, simplement représentatif). Bref, je m'égare ; je disais juste que j'ai beaucoup apprécié ma lecture, et que je devrais plutôt me concentrer sur Pantagruel, important pour mon autre cours de littérature. Seulement voilà, je ne suis pas experte en ancien français et c'est beaucoup plus drôle à analyser qu'à lire.

Je vais pas m'éterniser au sujet de la littérature, je comble avec ce que je peux mais c'est inutile. En fait, j'ai mon premier examen samedi et ma vie sociale se résumera aux interactions avec mes camarades selon notre ordre de passage.

Mais ma meilleure amie m'a invitée chez elle ce week-end, on pourra étudier ensemble (histoire de la langue et biologie ne vont pas spécialement de pair, mais la compagnie rend l'étude plus supportable) et se poser au soleil, si effectivement soleil il y a. De quoi me motiver, je l'espère.

Bref, j'ai essayé de reparler de ma vie mais ça ne mène à rien, je sais plus écrire comme avant, je suis pas drôle et j'ai aucune substance. Pas grave. J'ai juste hâte d'être en vacances, déjà pour concrétiser mes plans et parce que là, j'aurai tout le temps qu'il faut pour m'exercer à la stylistique.

2
+1
Ils aiment cet écrit :
  • colombine
  • Grungegirl
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !