Mémoires d'une introvertie anxieuse

lu 310 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Être dans mon corps c'est beaucoup trop de pression. Trop de responsabilités.
Il arrive un moment où je ne sais plus supporter le poids de devoir répondre de mes actes.
Y a comme une lourdeur qui pèse sur mon cœur et ça devient ingérable.
J'en ai marre d'avoir honte tout le temps.
Y a une telle rupture entre la moi que je voudrais être, la moi que je fais passer aux yeux des autres et moi-même. J'arrive pas à enlever cette distance entre ces trois états et c'est très frustrant je dois dire.
J'ai envie de te raconter ma vie mais ça me met mal à l'aise.
Je sais qu'il faut que j'apprenne à rire de mes bêtises, que je m'accepte, et j'ai cru être arrivé à être plus ou moins en paix avec moi-même, mais je ne dupe personne, je suis un moment gênant ambulant.
C'est drôle parce qu'avant je renvoyais une image d'intelligence. À la rigueur suffisamment instruite pour être prise au sérieux. Là j'ai l'impression de me ridiculiser quoi que je dise, et même si on a beau me persuader du contraire, j'arriverai pas à faire la part des choses.
C'est dur, d'avoir une forme humaine. J'aimerais bien rester dans une bulle et ne pas avoir à affronter la vie perpétuellement. J'aime pas avoir des contraintes, je sais pas ce que je dois faire, je sais pas ce que je suis capable de faire.
J'avais plein de choses à dire mais au final j'ai trop honte.
Mes aspirations se retrouvent réduites à néant parce que je n'ai pas la force ni le courage pour les achever. Je sais que je n'ai pas confiance en moi, mais j'ai justement l'impression d'avoir trop confiance en moi, justement... pour échouer.
Il fait froid. Tout le monde oublie les moments gênants, personne les consigne dans un carnet qu'on ouvre tous les mois pour faire l'inventaire. Il arrive que je m'en rappelle et ressente la même honte encore plusieurs mois après.
On devrait pas embarrasser les gens.
Je m'embarrasse toute seule.
Suffit que je sorte de chez moi et le calvaire commence. Je ne veux pas être regardée, encore moins que l'on me parle.
Je fais de l'anxiété sociale depuis mes 12 ans.
Parfois je me dis que je devrais un peu plus me respecter.
Allez, ouvre un bouquin, ça t'aidera à penser à autre chose.
Chaque moment de divague est bon pour que la gêne refasse surface.
Je suis pas encore assez mâture je crois.
Les responsabilités c'est pour les adultes.
J'ai 18 ans, j'ai encore rien vécu, faut arrêter avec toute cette histoire de précocité intellectuelle qui fait qu'on a réussi notre vie.
J'suis pas aussi intelligente qu'avant et va falloir s'y faire.
Ou j'y ai peut-être cru suffisamment longtemps pour me leurrer mais ça prend plus.
Les interactions sociales, c'est dur.
On m'avait dit qu'une fois adulte j'en rirais.
J'attends toujours.

Joyeuse journée internationale des droits de la femme.

3
+1
Ils aiment cet écrit :
  • IamJulie
  • Gabriellee
  • escorpia
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !