Vingt-et-un pilotes et une ado reconnaissante

lu 234 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Parfois tu réécoutes une vieille chanson. Bon, pas si vieille que ça, mais que t'as l'habitude de passer parce que t'es fragile et que c'est pas le bon moment pour exploser en larmes. Et tu te demandes comment un gars qui avait 17 ans à l'époque, ton âge, a pu écrire quelque chose qui te correspond autant, que toi-même tu n'aurais pas pu mieux décrire, quelque chose d'aussi beau.

"No phun intented", Tyler Robert Joseph, 2007.

Le sentiment de solitude qui s'empare de toi le soir, dans ta chambre, après une longue journée. Les autres entendent le silence, toi des voix. Tu ne dors pas.

Puis tu grandis, tu expérimentes.

"Twenty One Pilots", dit "self-titled". Twenty One Pilots, 2009.

Craquer devant quelqu'un. Le bruit des crayons grattant sur le papier en plein cours d'histoire. Proposer son aide à quelqu'un qui traverse une mauvaise passe. Les promesses, l'honnêteté, la foi.

Puis tu grandis encore, et tu changes, et tu rencontres des gens. Des gens bien. Tes meilleurs amis. Et tu vas prendre des risques, ne pas trop savoir si ça va valoir le coup ou pas.

"Regional at best", Twenty One Pilots, Tyler Robert Joseph et Joshua William Dun, 2011.

Marcher sur le trottoir une après-midi ensoleillée. S'endormir par mégarde. Agir comme si ça allait bien tout le temps, même si ça va bien que la moitié du temps. Les plaintes monotones, le supplice. Les jours d'été solitaires.

Et tu vas encore grandir et changer. Essayer de trouver une valeur à en quoi tu crois, un sens à la vie, un intérêt à l'existence. Combattre la peur. De l'avenir, de la vie.  

"Vessel", Twenty One Pilots, Tyler Joseph et Josh Dun, 2013.

L'hiver. L'optimisme. Seul, mais pas complètement. Ecrire dans un vieux carnet. La neige. Regarder le clair de lune par la fenêtre. Sourire sans montrer les dents. Les vieux sweatshirts à capuche. Les légers rayons de lumière qui éclairent une pièce.

Et peut-être qu'à un moment, y aura un grand changement dans ta vie. Rien n'est pareil, et beaucoup plus de gens s'intéressent à toi. Beaucoup trop peut-être. Enfin, surtout pour ton anxiété. Tes insécurités. Tu combattais la peur, tu combats l'angoisse. Le combat continue. C'est une boucle. Une guerre en toi. Peu comprennent vraiment, beaucoup prétendent, mais tu dois t'y faire, parce que tu n'es pas sous contrôle de ton pouvoir.

"Blurryface", Twenty One Pilots, Tyjo et Jishwa, 2015.

Prendre de la confiance. Trouver tes vrais amis, ne plus être trop sûr. Sortir la nuit, rouler vite. La sagesse. Aller et venir. Donner de meilleurs conseils que lorsque tu étais jeune. Faire semblant, parfois. Toujours avoir quelques doutes. Beaucoup de doutes certains jours. Oublier. Se souvenir. Créer de bons souvenirs à se rappeler pour toujours et jamais oublier. Lire de vieilles lettres. Passer à autre chose. Aider les autres. Terminer un long voyage. Voir enfin la lumière à la fin du tunnel.

On me demande souvent, qu'est ce que je trouve à ce groupe. "C'est bizarre". Enfin non, maintenant qu'une chanson passe en boucle sur NRJ, "ils sont troooop bien!". Pas comme si ça fait plus d'un an et demi que j'en parle. Mais c'est tellement plus que ça. Ils ont trouvé le moyen de me faire comprendre, accepter, me battre pour ma propre vie. Ils m'ont aidé quand ça allait pas. Ils ont été mes meilleurs ami. C'est pathétique dit comme ça, et ça rentre grave dans le cliché de la fangirl sensible, et peut-être que je rigolerais de ma puérilité plus tard. Mais je me dois de les remercier.   

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !