Conversation intime avec ma conscience et découverte du moi intérieur

lu 546 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

À force de trop raconter ma vie, j'avais oublié à quel point il était plaisant de se torturer l'esprit avec des questionnements existentiels et des réalisations soudaines de personnalité. Le mardi, je prend toujours conscience de -j'avais essayé de formuler ça d'une manière poétique mais c'est tellement anodin que ça en devient particulier de saisir la nuance- la vie. Genre, en général. L'Existence avec un E majuscule. Pas le genre "j'ai un contrôle de math demain" (véridique, mais je préfère penser dans le vide plutôt que de me mettre à étudier).

Mais, comme toujours et paradoxalement, trop penser me détruit, et pourtant c'est la chose pour laquelle je suis la plus douée. Celle qui me différencie un peu des autres.  Et qui provoque surtout des "hein? T'es bizarre"

réprobateurs. Ça ne me dérange pas plus, que ça, j'ai l'habitude. Donc, le mardi, jour le plus long niveau horaire et comprenant le cours de morale (équivalent philo), est le jour le plus favorable à la crise existentielle. Parce que je prends conscience:

-que je vis

-que j'existe

-que ce sont deux choses totalement différentes

-que c'est moi et pas quelqu'un d'autre qui est en train de divaguer en ce moment et mettre son année scolaire en péril

-que j'ai si peu de temps sur terre et que je le gaspille à me demander pourquoi la vie pourquoi la mort

-qu'à l'échelle de l'humanité ma vie ne représente rien

-mais que je suis bien destinée à en faire quelque chose puisque visiblement je suis née

-que les heures de français semblent durer des siècles mais les années filent à une vitesse folle (et je n'ai que 16 ans, merci l'âge ingrat des incertitudes!)

-que justement, je ne sais rien.

J'aime pas ne pas savoir. Not knowing is the worst thing ever. Mais le monde est fait comme ça, il n'y a pas de réponse, il n'y a d'ailleurs pas de question. Hormis celles proposées-ci dessus, mais qui portent le titre existentiel pour une raison.

Et moi je veux savoir. Pourquoi je suis là, qu'est-ce que je suis en train de faire, y a-t-il un but à ma misérable vie et est-ce que ça vaut la peine que je continue d'expérimenter. Le moi conscient, pensant et introspectif sature là. 

"Au delà du réel, la plus extraordinaire expérience que nous puissions faire est celle du mystère", Albert Einstein si je me souviens bien. Ça me tourmente de trop penser, et du coup je suis nerveuse sans raison. Super la science cognitive.

Je pense que mes tristes péripéties quotidiennes ne sont plus suffisamment intéressantes à relater. Ma vie n'a rien d'extraordinaire, elle est faite de frustration, de grands moments de solitude, d'incompréhension, d'anxiété et de paradoxes.

Je peux plus décrire ce que je pense, j'ai le cerveau en ébullition et les nerfs qui bouillonnent et j'ai des maths à réviser. Mais ce désir de compréhension accumulé me frustre énormément. Je sais pas comment je vais m'en sortir. Je sais pas.

9
+1
Ils aiment cet écrit :
  • une larme un sourire
  • Emma Fairy Dust
  • Chri Stel
  • Jenna Hammilton
  • Solaire
  • Doudou.com
  • thehehe
  • Cherwii
  • Smoking Brain
Partager l'écrit
une larme un sourire
une larme un sourire :

"Hein?? T'es trop bizarre toi!" je vais me faire rebaptiser comme ça tellement je l'entends... Je vois qu'on se torture l'esprit avec les mêmes questions insolubles :)

Imogen
Imogen :

Disons que ça m'avait pas particulièrement plus dérangé que ça avant ma prise de conscience d'aujourd'hui ! Contente de pas être seule :)

Emma Fairy Dust
Emma Fairy Dust :

Moi aussi je pense trop. Je pense que tout le monde est dans ce cas. Mais ne te torture pas de trop non plus, hein?!  Et puis les questions qui n'ont pas de réponses ça c'est le pire. Les débat aussi. Bref je m'éloigne un peu de ma première pensée. Mais......pour les "t'es bizarre toi", t'en fais pas on me dit pareil mais pas pour mes réflexions. Moi c'est plutôt pour ma façon d'agir. Mais MERDE quoi, on est libre on fait ce qu'on veut, on est qui on est!! Ceux qui pètent plus haut que leurs culs en croyant que eux ne sont pas bizarres avec leurs réfexions, on s'en fout. 

NON MAIS HÉ? ON S'EST CRU OÙ ICI? CHEZ LES BISOUNOURS??
Je sais que je m'emporte un peu (juste un peu) mais ça me révolte des trucs ainsi. 

Bisous quand même !!! Parce que toi je t'aime bien. Entre bizarres on se comprend hein ;)

Imogen
Imogen :

Ce qui m'agace surtout, c'est les gens qui prennent un plaisir à rabaisser les considérés comme bizarre, et exactement comme tu l'as dit, qui pètent plus haut que leur cul... enfin, je suis quand même contente d'avoir un certain nombre de personnes dans le même cas que moi, parce qu'avant je me sentais seule au monde (une des pires choses selon moi) mais maintenant j'assume ma différence et j'en suis fière! Merci beaucoup Emma, ton amitié compte beaucoup pour moi et t'es une de mes bizarres préférées ;) bisous! <3

une larme un sourire
une larme un sourire :

Tellement de reflexion dans ces p'tits cerveau qu'on se transforme en phénomène de foire xD @Emma Fairty Dust, comportement bizarre je connais, on va bientôt me faire un procès pour mes goûts alimentaires et mes crises d'agitations sans raison xP

Emma Fairy Dust
Emma Fairy Dust :

@une larme un sourire : Moi, on va me faire un procès pour mon rire qui a apparement un niveau sonore trop élevé!!! Ainsi que pour mes grimaces à la Mr. Bean. Bref... Une bizarre qui s'assume et qui en a marre des critiques.. Voilàvoilà

Au moins, on est pas seules...

Solaire
Solaire :


" Le monde que nous avons crée est le résultat de notre niveau de reflexion, mais les problèmes qu'il engendre ne sauraient être résolus à ce même niveau" Albert Einstein

Imogen
Imogen :

Encore une citation à méditer... ;)