L'esprit de l'escalier

lu 331 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

J'aime pas le changement. Ça peut paraître complètement anodin, dit comme ça. J'aime pas beaucoup de choses. Comme les papillons et les portes automatiques à l'entrée du métro.  Mais le changement, c'est quelque chose de tellement plus abstrait. Et tellement plus inéluctable. Et je le ressens. J'aime pas être bousculée dans mon petit confort quotidien, et j'aime pas devoir modifier mes habitudes. J'aime pas beaucoup de choses, ouais. 

Le temps que j'ai durant les vacances est assez propice à l'overthinking, ce qui fait foirer mes plans de détente totale. En parlant de changement, mon esprit vagabonde à l'éternel problème du bonheur éphémère qui nous tombe dessus mais une fois parti, nous fait encore plus mal. Et puis j'ai tendance à de plus en plus over-analyser les conversations que j'ai. C'est limite obsessionnel. Ça s'appelle l'esprit de l'escalier (ma passion de la psychologie ne fait qu'accroître, c'est tout juste si j'expliquais à ma mère les déductions du professeur Pierce dans l'épisode de Perception qui a repris ce soir--> professeur qui souffre de schizophrénie, tiens tiens nous voilà collègues). Bref l'esprit de l'escalier est le fait d'accorder trop d'importance aux mots employés dans une conversation jusqu'à en trouver des sens cachés (ce qui provoque des maux de tête pas possible dans mon cas, à force de tout analyser).

Le truc c'est que la je divague encore, je passe d'un sujet à l'autre, j'ai plus envie de rien, je suis sappy, j'ai envie de rire, j'ai envie de pleurer, et je me retrouve en la "moi", cette "moi" que j'étais il y a trois mois et demi. Ce qui correspond à mes débuts sur Diariste, mais là n'est pas le problème. Soit, cette "moi", celle qui prend ses désordres mentaux très au sérieux mais que ses parents ignorent complètement (sauf pour l'empêcher de faire ce qu'elle veut, évidemment dès qu'il s'agit de liberté), mais qui vit assez bien avec. Entre temps, j'ai du passer par une phase de changement phénoménale (liée au bonheur si soudain qui m'a été accordé), pour en revenir au point de départ (tendances suicidaires en moins). Alors, à quoi ça m'a mené? À me reposer les mêmes questions existentielles qu'il y a quatre mois? Encore le cycle perpétuel? Sempiternal? Over and over again and again? (Stop avec les paroles de chanson maintenant). Ouais, c'est "normal" à l'adolescence que l'on se pose ce genre de questions. Sauf que je suis pas une adolescente normale. Et puis j'aime pas la normalité. Et puis j'interprète tout à ma manière. Et puis j'utilise trop le terme "et puis". Oh mon crâne, merde quoi! Je sais pas quels médocs ma mère a prit quand elle était enceinte de moi, mais ça m'a pas franchement réussi. Tant mieux peut être. C'est cool d'être bizarre. Folle un peu moins, mais bon j'arrive à le dissimuler. À première vue. Je vais arrêter dans mon délire inintéressant et retourner à mes occupations antisociales et sans grand intérêt. 

4
+1
Ils aiment cet écrit :
  • valnonette
  • Petite Audrey
  • october
  • Jenna Hammilton
Partager l'écrit
valnonette
valnonette :

L'esprit d'escalier n'est pas une tare. Tout ce que tu décris peut devenir une chance, ta particularité est une aubaine. Tu n'as pas envie d'être comme les autres n'est ce pas? Tu voudrais qu'ils te comprennent? Finalement, garde ton mystère, mais réjouis toi de ta différence et tout le monde ne verra que tu bien en toi. (Conseil de vieille qui as traversé une adolescence normale et si particulière). Bonne route!

Imogen
Imogen :

Effectivement je prône la différence d'esprit haha :') je suis vraiment dans une période trop étrange de ma vie, j'ai l'impression de tout recommencer. Mais comme tu le dis ce n'est pas forcément mauvais :) merci beaucoup du conseil et du commentaire! :)

Petite Audrey
Petite Audrey :

J'approuve Valnonette et puis, si je puis me permettre, on voit dans ta façon d'écrire que tu es très mature, pour pas dire autre chose que tu prendras surement pas au sérieux :p

Imogen
Imogen :

Merci beaucoup :) mais je suis ouverte à tous les avis ne t'en fais pas^^

Petite Audrey
Petite Audrey :

Ah c'est que je voulais dire "On sent que t'es intelligente", mais j'avais peur que tu le prenne avec ironie... Parce que dit crue comme ça, c't'un peu bizarre, mais c'est ce que je pense, et sans humour noir ;)

Imogen
Imogen :

Oh merci! T'inquiètes je le prends pas avec ironie (bien que je sois une adepte de l'humour noir^^), ça me fait plaisir au contraire :)

october
october :

Y aurait*il un soupçon de Paranoïa dans la folie d'Imogen ;))  ?
Délires d'interprétation.??...J'adore toujours tes écrits..50 couleurs de noirs...
Bisous...

valnonette
valnonette :

Un soupçon de paranoïa.... Hummmm... Je dirais... Beaucoup de finesse dans les degrés, oui! De belles nuances et pas si noires, elle sent la couleur, elle l'évoque par contraste. Et une belle image que cet esprit DE l'escalier.

Imogen
Imogen :

Oh merci beaucoup, october et valnonette, vous ne savez pas à quel point ça me touche! Après tout la folie il n'y a que ça de vrai ;)