C. qui fait un passage sans le savoir. Et les moyens de faire de grandes choses.

lu 56 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

L.A.C.

Il faut que je sois si occupé que je n'y pense plus une seule seconde.


L. est venue prendre des nouvelles,ça a été bref, mais c'était bien. J'aurais bien voulu lui demander si s'appeler ne serait pas une mauvaise idée. Mais je ne me sens pas lui dire. En tout cas, qu'elle continue à prendre de mes nouvelles et d'en donner m'a fait plaisir.

C. est revenue dans ma vie l'espace de la vision de sa photo. Et en fait juste voir une photo, me peine. Ça me peine pour des tas de raisons. Ça sert strictement à rien de penser à elle. C'est pas comme si on allait se reparler un jour.

Un jour tout de même, j'aimerais, au plus profond de moi, qu'elle entende parler de moi. Qu'elle voit ce que je suis devenue. Et qu'en voyant ça elle se dise "Ah, alors j'ai loupé ça.." d'une manière positive. Aucune idée de si ça arrivera. Mais qu'elle se dise que.. En fait, j'ai envie qu'elle soit fière de ce que je serais devenu. C'est stupide. Vraiment stupide. J'évite de penser à elle en temps normal. Voir sa tête m'a rappelé qu'elle me manquait. Et que je reste toujours persuadé que si nous nous accordions ( plus ou moins comme c'était le cas dans les dernières années), on se serait poussés mutuellement vers le haut.

J'ai envie de lui parler, mais je ne saurais pas quoi lui dire, sans faire attention.
Je ne saurais pas forcément la croire.
Je ne voudrais plus être son ami. Car je n'ai jamais cessé de cacher ce que je pouvais ressentir ces dernières années, car ça fonctionnait. Voir qu'au final, cela n'a pas fonctionné aussi longtemps que ça.. Non. Bien sur que non, nous ne pourrions plus être amis.

J'ai des défauts. Mais je n'ai jamais cessé de l'estimer. J'aimerais pouvoir lui dire tout ça. Mais ça n'arrivera pas.
Parce qu'elle a choisi de se débarasser de moi pour quelqu'un qu'elle ne connaissait que peu ( Au moment où ça s'est passé. Et d'ailleurs, il a l'air de quelqu'un de bien, et d'assez intéressant.)
Aujourd'hui, je m'autorise une petite faiblesse. Penser à elle, et être quelque peu triste.

Non, je ne donnerais pas tout pour revenir comme avant. Non, je ne l'idéalise plus. Depuis bien longtemps. Mais je l'estimais. Assez pour faire d'elle une priorité. Elle a choisi que je n'en sois pas une. Elle a sans doute ses raisons. Que je pourrais comprendre. Mais que je ne pense pas vouloir comprendre.

Je la remercie tout de même car grâce à elle j'ai grandi.

Au fait. Je ne pleure plus depuis longtemps. J'avance. Aujourd'hui est un petit stop jusqu'à ce que je me couche ce soir.

Je ne te reprocherais qu'une chose. Que tu sois capable d'assumer devant n'importe qui sur terre. Sauf devant moi. (Ou à retardement, donc je n'appelle pas ça assumer. J'aurai été ravi d'en débattre avec toi de ça tiens.)

Je suis déséspérant des fois. Mes proches s'inquiètent car je ne trouve personne. Je n'ai pas envie de trouver quelqu'un particulièrement. Je découvre. Bref. Si on avait pu parler j'aurai eu des blancs de réflexions comme souvent.
J'espère sincèrement que tu ne t'es pas trompée de voie. Du fond du coeur. J'en douterais toujours, mais pour toi je l'espère.

P.S : Je veux faire de grandes choses. A moi de m'en donner les moyens.

Edit de 23h52 : Même en ayant des défauts, je suis bien obligé de constater qu'au fond de moi, je ressentirai toujours un truc pour elle. Comme pour L. ceci dit. Bref, pas la joie ce soir. Demain ça ira mieux. J'ai de grands objectifs.

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !