Nouveau souffle

lu 50 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Mon "calvaire" - il est des calvaires bien pires que celui que j'ai vécu, je sais - mon calvaire donc a pris fin hier matin à 11h00 précises. La veille, un appel de mon principal employeur a reboosté en une fraction de seconde mon petit coeur de beurre qui se répandait en vilaines tâches graisseuses, molles et inconsistantes comme la déconfiture d'un pauvre type qui n'attend plus rien de rien et subit son sort car il sait qu'il doit tenir, pour lui et pour l'amour de sa vie... C'est avec un plaisir consommé que j'ai accueilli l'heureuse nouvelle de mon embauche à S., comme tous les ans; mon porte-monnaie et moi affichions le même large sourire radieux : c'est qu'enfin je vais être payé de l'heure, et non plus à la tâche !!!

Comme une mauvaise blague, cette dernière semaine a été ma consécration, dans le sens où miraculeusement j'ai atteint et dépassé mon quota d'heures. Le crois-tu ? Moi j'ai du mal à le croire, et si je t'écris qu'il s'agit d'une mauvaise blague, c'est parce que je me suis échiné comme un pauvre taré depuis Décembre sans obtenir de résultat et que là, au moment où je quitte l'entreprise, je suis devenu un professionnel émérite du tirage de bois dans les vignes, l'incarnation vivante du dieu Bacchus dans toute sa splendeur et son savoir-faire plurimillénaire. Mais mince, quoi ! Il fallait que çà me rapporte dès le début, plutôt que je crève la misère à danser devant le buffet et à crouler sous les factures qu'il m'était difficile d'honorer... Combien de fois n'ai-je pas maudit le Ciel de m'avoir laissé croupir dans la fange et, pire, de m'avoir fait boire le bouillon de mon infamie ! Dieu, comme je t'ai agonisé de fiel, toi qui n'y étais pour rien ! Je te reprochais ton absence de soutien et d'empathie, je t'accusais de multiplier obstacles et embûches à mon encontre... J'ai songé à vouloir mettre fin à mes jours, du reste. Cà m'a juste traversé l'esprit. Heu... pas "traversé", non, puisque j'avais commencé de planifier le truc - je n'entrerai pas dans les détails. Et puis je me suis dit qu'après avoir échappé à la mort suite à une naissance compliquée, avoir été miraculeusement guéri d'une tumeur hypophysaire en trois jours, et avoir été inopinément sauvé du suicide par Stéphane qui m'a conduit à l'hosto (en 2003), après tout çà donc il fallait peut-être se dire que j'ai une raison d'être en ce bas monde...

C'est alors que j'ai repensé à mon désir ancien d'être moine. Fuir ce monde de dingue pour me consacrer au travail et à la contemplation. Drôle, n'est-ce pas, quand on pense que j'ai enguirlandé Dieu. C'est tout moi, çà : antinomique jusqu'au bout des ongles ! Un jour blanc, un jour noir. J'ai toujours été comme çà, c'est dans ma nature de n'avoir point d'avis bien tranché sur tout et surtout de toujours tout remettre en question. J'ai donc écrit un courriel à l'abbaye de Ligugé pour tenter une timide amorce, leur disant que ma vie était absurde et vide de sens, que j'avais besoin de prières... Bref, ce sont les grandes lignes de mon message. Deux ou trois jours après, un frère de l'abbaye m'a répondu en me disant que toute la communauté prierait pour moi; en attendant il m'envoyait un très beau texte que voici :

Dieu t’aime, le sais-tu ?


Seigneur, je regarde vers Toi... Je crois que Tu m'aimes comme personne
n'est capable de m'aimer. Je crois que Tu m'aimes d'un Amour qui me
donnera la vraie joie du coeur.
Tu me connais, Seigneur... Tu sais tout de moi. Tu vois tout en moi, jusque
dans les moindres replis de mon être intime, parce que Tu es Dieu, et que
Dieu peut tout et voit tout.
Puisque Tu sais tout, Tu sais mon désir d'être compris et aimé. Tu sais ce
dont je souffre.
Puisque Tu peux tout, donne-moi le bonheur que je cherche.
Donne-moi le bonheur d'AIMER. Oh oui ! C'est cela qui me rendra
heureux : AIMER !
Alors, Toi, Seigneur qui es l'Amour, fais quelque chose pour moi. Je
regarde vers Toi avec confiance, parce que je sais que Tu es bon, et je crois
en Ton Amour pour moi.
Je sais que Tu es discret, que Tu ne forces personne à croire en Toi, mais
que Tu Te tiens à la porte de mon coeur, et que Tu attends en silence.
Alors Seigneur, comme un petit enfant qui se sait tant aimé, tant désiré,
tant attendu, je T'ouvre toute grande la porte de mon coeur.
Entre, Seigneur, moi aussi, je veux Te connaître, je veux T'aimer. Viens
dans mon coeur, Tu es chez Toi. Viens m'habiter. Sois mon Ami.
Manifeste-Toi à moi, pour que je vive en Ta PRÉSENCE, et que je marche
dans Ta LUMIÈRE. Je veux Te rencontrer, je veux T'aimer.
J'écoute Ton SILENCE D'AMOUR en moi. Dans le fond de mon coeur, je
me laisse envahir par Ta douce PRÉSENCE, par Ta PAIX et par Ta JOIE.
Ton regard est sur moi, plein de Tendresse. Tu m'aimes. Tu me
comprends. Tu me souris.
Merci Seigneur, pour Ton AMOUR si beau, si grand, profond et pénétrant.
Merci Seigneur, pour Tes deux bras ouverts vers moi.
Je veux me laisser aimer par Toi.
Apprends-moi à AIMER...

Te dire l'effet que ce texte a eu sur moi ! Tout l'opposé de l'attitude qui fut la mienne au creux de la vague... Je me suis vraiment senti interpellé par cette prière et j'ai regretté de n'avoir pas suffisamment confiance en Dieu quoi qu'il advienne. J'ai eu envie de faire un retour sur moi-même, un vrai, de me reprendre à bras-le-corps et d'embrasser une nouvelle foi. Le temps a fait son chemin, j'ai fini par contacter une paroisse pour pouvoir suivre des cours de catéchisme (j'étais chrétien évangélique à la base). Un rendez-vous a été fixé, que j'ai honoré hier après-midi. J'ai rencontré au presbytère de Saint-Sulpice-de-Royan une femme d'une grande bonté, très à l'écoute, affermie dans sa foi, pleine d'indulgence et de compassion, qui m'a exhorté en toute sagesse. Elle n'a rien d'une exaltée, d'une illuminée, et cela m'a mis en confiance. Ses paroles m'ont beaucoup touché.

7
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Blue Moon
  • Lolita Véda
  • rotvi
  • Elisa01
  • Black Magic Girl
  • Jessy1
  • colombine
Partager l'écrit
rotvi
rotvi :

ce souffle nouveau dont tu parles, cette éclosion divine est superbement mise en lumière dans cet écrit. Comme si ce boulot difficile dans les vignes au contact du dieu Bacchus t'avait révélé à toi-même; un peu comme s'il t'avait permit de faire un bilan où tu confrontes arguments contre arguments; la vie ou la mort; et au final tu en ressorts plus fort, cela a raffermit ta confiance en toi et ton envie de donner à ta vie un sens autre. Je dois admettre que tu nous offre ici (en tous cas à moi et je t'en remercie) un écrit simplement magnifique. A couper le souffle...

Lolita Véda
Lolita Véda :

C’est toujours avec autant de plaisir que je découvre tes textes et te retrouver ici est un grand plaisir. Il est heureux que tu aies retrouvé la confiance en toi grâce à ta démarche, que tu n’envisages plus le pire. Merci Hector pour ton superbe texte.

Black Magic Girl
Black Magic Girl :

Ce texte est tout simplement magnifique. Je n'ai pas les mots. Merci pour ce partage et bon cheminement dans la foi.

Hector
Hector :

@rotvi : Durant ces quelques mois je suis passé par un cruel processus de fermentation alchimique, mélange de vie et de mort nécessaire à la vinification du produit brut. Cà va un peu mieux aujourd'hui, bien qu'il reste encore des miasmes à évacuer... J'y vois un peu plus clair, c'est le principal.
Merci mon ami d'avoir saisi avec justesse la nature de mon cheminement. Chaleureusement ☼

Hector
Hector :

@Lolita Véda : Merci Lolita ! Je ne sais si ma démarche est correcte mais il faut savoir vivre de ses intuitions pour démêler l'inextricable. Mon esprit est un peu plus apaisé à présent; s'il pouvait toujours en être ainsi, hélas !
Je t'embrasse cordialement

Hector
Hector :

@Black Magic Girl : Merci pour tes mots, Black Magic Girl ! Ils me touchent d'autant plus que je sais avec quelle acuité tu travailles sur toi-même.
Toutes mes bonnes pensées

rotvi
rotvi :

@Hector : La reprise avec ce nouveau patron devrait marquer une transition tout en douceur; les beaux jours semblent revenir, ton esprit y voit plus clair...Ce boulot, au demeurant fort difficile, aura eu au moins le mérite de clarifier certaines choses en toi et notamment ton acharnement pour ne pas dire abnégation et d'en poser certaines autres comme pierres angulaires de ta réflexion. Voilà le pas de géant. Il est là. Beaucoup de courage à toi !

colombine
colombine :

@Hector : Ce texte est magnifique, et je ne suis pas surprise qu'il t'ait sur t'interpeller. 
Fais-toi confiance, et tu as vu, croire et "obéir"  à tes intuitions .......
Je t'envoie tout plein d'énergie, de la belle et bonne énergie, et aussi plein de bisous affectueux