"Fais du bien à un vilain..."

lu 83 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

"Fais du bien à un vilain, il te chie dans la main" - Proverbe français

Mon pauvre frère, tout compte fait ta vie n'est pas enviable et je devrais m'estimer heureux du sort qui est le mien. Au passage je loue l'endurance dont tu sais faire preuve, espérant ardemment que jamais tu ne t'en défausseras...

Nous aurions pu passer une journée agréable aujourd'hui, maman, mon frère et moi : une aimante complicité nous avait réunis ce midi autour d'un repas simple et chaleureux, la douceur familiale retrouvée après les tribulations que l'on connaît. Nous avions recréé un lien naturel entre nous trois et en jouissions innocemment, le coeur léger, l'âme sereine, l'oeil neuf et ouvert sur ce que l'autre avait de plus beau en lui; je le sais car je l'ai lu dans nos physionomies, nos gestes et propos.

...

Le déjeuner et la vaisselle achevés, mon frère se laisse gagner par le sommeil tandis que maman et moi nous nous plongeons dans le visionnage d'une vidéo, jusqu'à ce que le téléphone sonne : ma belle-soeur en larmes supplie mon frère de partir chez son fils cadet qui vient de s'enfermer dans une pièce avec une corde pour se pendre. Juste avant il a frappé sa compagne qui gère l'argent du couple et a refusé de lui donner 80€ pour sa consommation de drogue... Son frère aîné, alerté par les cris et témoin du drame appelle la police qui vient rapidement sur les lieux. Le suicide avorte, les parties s'affrontent, mon frère est submergé par un mélange de honte et de ras-le-bol qu'occurent les frasques du fils ingrat à qui il avait tout donné, jusqu'à lui trouver une deuxième fois consécutive une place dans l'entreprise où il est cadre et que mon neveu vient d'abandonner cette semaine après quelques mois de "tenue à carreau"...

Après le départ de la police, mon neveu part chez un de ses amis, camé comme lui, laissant sa compagne éplorée et sa petite fille d'un an. La pauvre est angoissée et confesse à mon frère qu'elle partira chez son père à des milliers de kilomètres d'ici dès qu'elle le pourra. Quel gâchis ! Dans la foulée, mon frère s'accroche avec son fils aîné, à qui il reproche son laxisme et son manque d'enthousiasme à trouver un travail - à 31 ans il ne se décide pas à bosser, est entretenu par sa femme, alors qu'ils ont un enfant de quatre ans et un deuxième en préparation... La coupe déborde, mon frangin prend sa voiture et revient nous voir, maman et moi, pour nous conter ses déboires. Il se sent si mal ! Son statut de père lui pèse sur les épaules. Il regrette d'avoir attiré ses enfants dans la région, de leur avoir cédé sa maison pour qu'ils n'aient pas à payer de loyer, de les avoir aidés financièrement et professionnellement. Ses efforts ont été vains, hélas.

Je compatis.

10
+1
Ils aiment cet écrit :
  • IraSuperbia
  • Philophobia
  • rotvi
  • colombine
  • Lizo, diary of a « lover »
  • Addam
  • Lolita Véda
  • Prunus
  • lucie srevat
  • Black Magic Girl
Partager l'écrit
Lolita Véda
Lolita Véda :

Contente de te revoir parmi nous !! Tu manquais !

colombine
colombine :

Heureuse de te retrouver.
Mais quelles douleurs que la vie de ton frère !
C'est vrai que les malheurs et galères de ceux que nous aimons nous obligent à relativiser les nôtres. Ceci dit, ton frère n'a pas à porter les échecs de la vie de son fils. C'est dur à dire mais cela jeune homme a fait le choix de vivre ainsi.
Et toi, mon ami, ne porte pas les peines de ton frère. C'est sa vie.
Plein, tout plein de bisous

Hector
Hector :

@Lolita Véda : Tellement paumé en ce moment... Je me replie sur moi-même :(
J'ai un malaise à partager mon mal-être ici, alors qu'auparavant je ne m'en privais pas. Va comprendre !
 
En tout cas votre présence à tous m'est bien douce, et ton message est réconfortant. Merci Lolita ☼
Je te souhaite une jolie journée

Hector
Hector :

@colombine : Tu as bien raison, ma Colombe : dans une certaine mesure il faut savoir se protéger de son empathie pour autrui, ne pas oublier que c'est la Terre qui nous porte et non nous qui portons la Terre sur nos épaules... La "sur-affectivité" vampirise nos énergies.
 
Merci de cette petite piqûre de rappel qui m'aide à rester bien dans ma tête ♥ 
Gros bisous, et bonne journée !!!

Ancien diariste :

c'est la Terre qui nous porte et non nous qui portons la Terre sur nos épaules…
 
c'est tres joli! 

Lolita Véda
Lolita Véda :

@Hector : Pas toujours facile de se laisser aller surtout après un long silence. Il suffit parfois de laisser les idées vagabonder ou de laisser les mots prendre la main. Un mot suffit, quelquefois. J’espère que ce n’est qu’un mauvais moment...

Hector
Hector :

@Youmi : Merci Youmi !!! Cà m'est venu comme çà :D
 

Hector
Hector :

@Lolita Véda : Le mauvais moment vient enfin de prendre fin ! Lundi j'embauche chez mon autre employeur jusqu'en Octobre, et je serai payé à l'heure, et non plus à la tâche !!!
HEU-REUX !

Lolita Véda
Lolita Véda :

@Hector : super !! Une très bonne nouvelle et en plus tu es Heureux !! Que demander de plus !!

Hector
Hector :

Je revis :)