Nuages

lu 52 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Tant de décalage entre nous tous... Ma famille m'apparaît de plus en plus anxiogène, au point que je les supporte à peine ces temps-ci; je pourrais me passer d'eux sans en ressentir le manque. Jusqu'à présent mon amour pour eux faisait que je tolérais leurs défauts et leur emprise, mais quand cet amour-même s'amenuit comme peau de chagrin, qu'espérer de plus ? Mauvaise année que celle-ci. C'est l'année des mises à plat, des dévoilements qui blessent, mais qui sont ô combien nécessaires. Ne pas se mentir, ne plus sourire pour taire la blessure. Je m'autorise à dire ce que je pense, même si çà fait mal, plutôt que d'arrondir le dos, dire "oui" et "amen" à la sainte parole de ma mère et de mon frère. Cela ne se fait guère sans dommages, ces derniers jours, mais combien cela est libérateur pour moi !!! Te rends-tu compte que je me fais enfin respecter ? Pourquoi a-t'il fallu attendre cinquante-deux ans, dis ? Oh, bien sûr, j'ai eu droit à l'éternelle manipulation maternelle :

"A cause de toi j'ai fait des cauchemars"

"Me dire çà, à mon âge..."

"Si je comprends bien j'ai été une mauvaise mère !"

ce à quoi j'ai sèchement répondu qu'elle ne devait s'en prendre qu'à elle, que je n'avais plus l'âme du bon petit garçon malléable, que c'était maintenant à moi de faire son éducation, à moins qu'elle préfère qu'on ne se voie plus. Je lui ai rappelé en mémoire certains épisodes de mon "dressage" juvénile, qui ont façonné à jamais ma vie de timoré. J'ai usé de mots très durs, qui lui ont arraché des "oh" et des "ah". Est-ce une bonne technique pour réapprendre à autrui la tendresse et la considération? Peut-être après tout, puisque les autres méthodes n'ont jamais fonctionné...

En tout cas, ni ma mère ni mon frère ne semblent m'en vouloir, soit parce qu'ils considèrent que ma colère est légitime, soit parce qu'ils jouent les faux-culs et cherchent à éviter les sujets qui fâchent. Libre à eux de ne pas soutenir plus longtemps un échange qui aurait pu se révéler constructif, même si çà égratigne au passage. Sur ce, je vais laisser infuser tout çà dans leur esprit borné de psychorigides.

5
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Lolita Véda
  • michigan
  • Elisa01
  • Blue Moon
  • Addam
Partager l'écrit
Lolita Véda
Lolita Véda :

Ne pas taire ce qui nous mine !! Comme tu as raison de le faire et il n’y a pas d’age. Le principal est de le faire et si cela te libère c’est encore mieux !! Et même s’ils n’en parlent pas, cela ne signifie pas pour autant qu’ils n’y pensent pas...

Ancien diariste :

au moins ça, c'est dit!

Hector
Hector :

@Lolita Véda : La cocotte-minute s'est réveillée ! :D

Hector
Hector :

@rotvi : Comme dit la locution latine : "Ite missa est" :)
Mais c'est désagréable.
 

Ancien diariste :

j'adore ta locution: Elle tombe à point nommée! Bravo pour ta force de caractère!

colombine
colombine :

@Hector : Le tout est que le cocotte minute n'explose pas. Tu as dit ce que tu avais à dire, c'est important. Qu'importe la manière dont ils ont pris tes "confessions". 
Peu importe l'âge auquel on ose enfin se libérer de nos douleurs, ces peines que l'on traine depuis l'enfance. 
Tu sais que j'ai fais la même chose avec Madame M. Comme je suis une fille douce et "gentille", j'y suis allée en douceur, par petites couches, certaines parfois plus épaisses que d'autres. Le sujet est clos de par le mutisme de Madame M. Ca me va car mon sac est bien moins lourd aujourd'hui. Et tu sais quoi ? Elle se rapproche demoi comme jamais :-)