Tellement de souffrance

lu 82 fois • écrit publicAjouter aux marque-pagesSignaler un abus

J'ai voulus arrêter d'écrire. Mais j'en ai besoin, vraiment. Tout cela va sûrement être brouillon.

En ce moment même, je pleure, ça se calme et, repart de plus belle. J'ai frapper ma petite soeur, j'étais tellement énervée, et maintenant j'ai honte. Elle l'a dit à ma mère. J'ai commencer a pleurer. De honte, de colère, ou de tristesse, je ne sais pas vraiment.

Et maintenant ma petite soeur dort, ma mère me dit d'arrêter de pleurer, ma grande soeur m'ignore et mon père dort également.

Heureusement, je suis allée voir mon petit frère. Lui, 6 ans,le petit autiste que tout le monde croit insensible. Le seul a m'avoir spontanément fait un câlin, quand je suis rentrée en pleure dans sa chambre, alors qu'il était dans son lit fatigué. Il déteste les câlins mais pourtant...

Et puis, je sais que je le fait peur quand je perd le contrôle, que je me met a crier sur les gens de ma famille. J'ai honte de lui faire peur. Et, bizarrement, au moment ou ma colère domine, savoir cela ne fait que la redoubler.

Je fais peur a ma petite soeur aussi, j'ai honte, mais... Quand je perd le contrôle j'éprouve tellement de plaisir, malgré la colère. J'emploie une voie calme et effrayante, et dit des choses effrayantes, jusqu'à n'en plus pouvoir, et je me met a lui crier dessus, quelquefois la frapper.

Heureusement, avec mes parents je ne fais que crier. Mais je leur en veut. Ils m'ont donner la vie. Ils n'aurait jamais du. Et puis, il ne voit même pas la souffrance en moi... Ils tentent le contact physique quand je suis vide alors que j'en ai pas besoin. Ça m'énerve et je crie encore... Mais quand j'en ai besoin,la, rien !

Non, ma seule raison de vivre est mon petit frère. Juste mon petit

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !