Vendredi 12 Janvier 2018 mots dire

lu 508 fois • écrit publicAjouter aux marque-pagesSignaler un abus

Je suis passée chez ma meilleure amie en fin d'aprem....petit bilan de la semaine; je n'ai pas été très bavarde (c'est rare!), je suis vraiment épuisée...

Au fil de la conversation ma P me dit qu'elle a regardé quelques passages de cette émission qui passe en début d'aprem car elle ne bossait pas. Le thème: les mères toxiques. Elle me cite quelques phrases des "victimes", je sens les larmes qui montent, d'un coup. C'est la blessure de ma vie, mon drame, le seul je l'espère car il pèse, tu sais pj.

Il pèse depuis temps d'années, en sourdine, ignoré et incompris, que la moindre once de compréhension de l'autre est un miracle, un vrai.

Dire ce qui nous semble si irréel a semblé vain si longtemps. Parce que personne ne voit, que personne n'a envie de voir, que personne ne pense qu'il y a quelque chose a voir. Une maman est sensée être une femme qui aime son enfant. Une maman qui n'aime pas son enfant, c'est comme dire qu'une roue ne roule pas, ou que le feu ne brûle pas.

Pas possible.

Ca l'est et c'est un miracle qu'aujourd'hui que cela puisse être compris. Un miracle à chaque fois pour mes oreilles, un ordre rétabli au bout du chaos, de la confusion infinis.

Je ne me lasserai jamais d'entendre cette vérité salvatrice qui fait barrage à la folie.

Je pense à tous ces enfants qui auront la chance aujourd'hui d'entendre leur histoire et de comprendre qu'ils ne sont ni mauvais ni fou; non, pas eux. Elle.

En rentrant ce soir, j'ai visionné rapidement la fin.

Tellement triste pour ces femmes. Je connais le manque, il sera en moi, en nous, pour la vie.

L'une d'entre elles a dit qu'elle ne croyait pas les gens qui disaient qu'ils l'aimaient.

Je confirme.

Je ne sais jamais pourquoi on m'aime.

On me dit sympa, drôle, douce et puis tout ce que tu voudras, de toutes façons, c'est dans le disque dur: je ne sais jamais trop pourquoi on m'aime.

Je le vois, je le sens pas.

Confiance âbimée, trépignée.

Pas vu, pas pris, c'est enfin fini.

Vive les mots, les mots les mots les mots les mots les mots les mots les mots les mots les mots les mots, les vrais.

:-)

< /p>

6
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Sunday
  • mmg
  • Agent conversationnel
  • Axiome
  • Hector
  • october
Partager l'écrit
Alain60
Alain60 :

Ma femme a regardé ce documentaire ! J'ai vu quelques passages, celui où une mère asphyxiait son nourrisson, c'était vraiment affreux ! Que de telles choses puissent survenir dépasse l'entendement.

mmg
mmg :
• modifié 1 min. après

Je n'aurai peut-être pas dû lire ton écrit, il ravive une brûlure. Certaines plaies sont difficiles à cautériser.
Je confirme, tout ce que tu dis. Je doute cependant, qu'il soit possible qu'un jour ce soit fini
 

Elisa01
Elisa01 :

Désolée mmg..
Non c'est vrai il serait illusoire de penser que cela puisse finir vraiment. Mais savoir, comprendre, et le fait que cela soit de plus en plus reconnu par la société, quelle avancée, quel soulagement pour celui qui subit..

october
october :

J'ai vu aussi cette émission et j'ai eu mal d'entendre la souffrance de ces enfants devenus adultes et qui essayaient d'expliquer l'insoutenable...
C'est tellement pas dans la règle de la vie, une maman qui n'a aucun affect pour son enfant...
et pourtant, pas de doute, l'amour reste un mystère..surtout que de la naissance à la mort, on aura toujours la même seule mère.
et toujours la même question ...