Pére [dû/meable/cutant/fusion]

lu 54 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages
Date sur la ligne du temps : 13 Avril 2019

Venus, ne dis jamais, jamais.

Jour J. Départ de mon papa. Il a fondu en larmes, je ne m’attendais pas à ça. Il m’a pris dans ces bras : il ne l’avait jamais fait. Tu sais Vénus, je pense que le décès de son ami très proche lui à fait réaliser que nous ne sommes que de pasage sur cette terre.Rien est éternel, pas même lui, qui as une péche d’enfer malgré son âge.

Pour ma part je n’ai pas pleurer. De toutes manière je ne pleure jamais en public. Je hais ça. J’ai l’impression d’être dans une position de faiblesse et de baiser les armes. Je lui ai juste souhaiter bon voyage. Je pense que lorsque je ressentirais son manque je vais pleurer. Mais pour le moment ça va, donc inutile de faire mouiller mes yeux. Je suis triste, un peu.. . Beaucoup même. Parce que mine de rien je m’étais habitué à ce qu’il sois dans les parages. Je m’étais habitué à être fière d’être la fille de cet homme si grand, de sa grande classe naturel et de son sourire... Moi qui m’étais promis de ne pas m’attacher, c’est rater !

Je te déteste tout comme je t’aime. Comme la phrase qui me dis: C’était trop beau pour être vrai.

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Louna-s
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !