Du rêve au cauchemar

lu 77 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

Journal,

Aujourd’hui en allant au boulot j’ai rencontré un ancien « ami » à moi du nom de Joâo. J’ai d’abord crus rêver. Et comme autrefois, il étais en très charmante compagnie. Il a changé , tellement changé que je ne l’avais pas reconnu au premier abort. Il faut dire que j’étais presque dos à lui. C’est seulement lorsque il est descendu du métro et que les portes de sont fermé que je l’ai reconnu. Nous nous sommes regarder et puis le métro a démarré. Le laissant lui sur le quai et moi a l’intérieur du métro avec toute nos questions rester en suspend comme figer dans le temps pour toujours.

Pour faire court, c’est un mec qui me faisait la court. Je lui et toujours fait comprendre que je n’étais pas intéresser. Le jour ou j’ai finalement presque baisser ma garde, j’ai appris qu’il courait après tout ce qui bouge. Et là je me suis dit « ma fille, tu as du flair ! »
Nous sommes rester en bon termes, et puis comme toujours le temps à fait que nous nous sommes perdu de vue.

C’était un mec cool, il me faisait bien marrer. De toute manière il n’est pas nécessaire d’en faire une tonne pour me soutirer un brin de rire. J’ai le rire facile ! Je pert a tout les coups au jeu de « la barbichette » et je peu éclater de rire à la blague la plus nul de l’univers, si elle et bien raconter.
Il m’arrive d’être drôle aussi, je le suis toute la journée de tout les jours de la semaines. On dit que la plupart des gens cachent leurs tristesse/solitude/peur etc par le rire... c’est tout moi ! Pour ne pas avoir à me dévoiler ou à montrer mon mal être en société je passe mon temps à sourire et à faire rire.
Qui ce douterais que derrière une fille pleine de joie ce cachent en vérité une profonde tristesse ? Personne !
Bref journal, mon but premier aujourd’hui n’est pas de faire pleurer dans les chaumières donc poursuivons.


En sortant de ma sieste je me suis lever en sueur. Tétaniser par la peur et j’ai eu du mal à émerger. J’avais fait un cauchemar. Comme toujours après un cauchemar et comme dans les films télévisée, je me suis enfiler une bonne gorgée d’eau fraîche. Je déteste les cauchemars ! Après cela, la vie a repris son court et c’est finalement le moment pour moi d’affronter le sommeil.

“D'être hanté par mes vieilles obsessions, cela me rassure. Mieux vaut un cauchemar apprivoisé que la blessure à vif d'un souvenir récent.”
Daniel Sernine.

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !