Mercredi 23 Janvier 2019

lu 47 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

10h43

Cher Journal,
Quelle matinée médiocre. Et hier était encore plus étouffant et fade. J’ai comme l’impression terrible d’avoir tout raté. Ça m’empêche de dormir la nuit. Ça fait deux semaines que je dors à deux heures du matin. Je sens mon âme comme aspirée dans les abymes d’une profonde solitude.

J’ai le sentiment ce matin d’avoir tout raté. Et je n’arrive même pas à pleurer. J’ai raté l'amour qui pourtant s’est présenté à moi à plusieurs occasion, j’ai préféré faire perdre le temps de l’homme que j’aime. J’ai raté mon semestre alors que j'étais brillante et qu’on me prédisait un avenir de génie. Je n’ai rien eu du conseil de classe alors que mes copines ont toutes deux eu les félicitations. La déléguée m’a même soufflée devant elle : les professeurs ont dit que tu étais la plus faible de ton groupe d’amies, mais tu essayes c’est déjà ça. Et j’avais envie de pleurer. J’ai toujours été la meilleure, je ne mérite pas de me voir dépassée par des filles qui ne travaillent même pas. Je n’ai pas su garder mes amis. Depuis quelques jours elles sont distantes. Et, je crois, avoir à l’instant le cœur brisé en amitié. Ça existe, Journal ? Je pense que oui, vu ma douleur. Nous sommes trois, il fallait bien que l’une soit mise de côté. Et ça a été moi. Moi, malgré mes efforts. Moi malgré mes blagues. Moi malgré mes petites attentions. Moi malgré mes messages d’inquiétudes quand l’une va mal. Moi malgré tout. Tu ne sais pas à quel point j’ai eu mal de les voir rentrer, l’une tenant le bras de l’autre, sous un parapluie, marchant loin devant moi. Elles ne m’avaient même pas attendues, elles ne s’étaient même pas retourner pour voir si j’étais encore là. Peut-être que j’aurais du oublier mon parapluie à la maison. Peut-être que ça aurait été différent. Peut-être qu’il aurait fallu que je perdre une dizaine de kilos pour être présentables face à elles : celles que tout le monde trouve jolies.

Je me sens tellement seule. Comme au début. Comme toujours. Comme je l’ai été toute ma vie. Je regrette d’avoir pensé avoir trouvé des amies qui auraient changé ma vie.

10h47

Je me sens libérée d’avoir relâché ce qui me pesait. Maintenant, je vais essayer de lâcher prise. C’est important, de reprendre sa respiration. Tout va bien.

Aujourd’hui, au lieu de finir à 18h je vais finir à 16h. C’est pas plus mal, j’étais très irritée à l’idée de finir aussi tard. Il pleut, encore. C’est vraiment super chiant.

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !